Ehsan Abdelmalek :  "Je n'ai pas hésité une seule seconde"

Ehsan Abdelmalek est une demi-centre égyptienne de 28 ans qui a terminé meilleure buteuse du championnat de D2 l’an dernier. Avec plus de 9 buts de moyenne par match, elle a grandement participé à la bonne saison de son équipe d’Aunis-La Rochelle. Arrivée en France en 2010, elle n’avait encore jamais eu l’occasion de jouer en LFH. Ça sera bientôt le cas sous le maillot de l’OGC Nice.

L'OGC Nice handball a enregistré l'arrivée de trois renforts de choix. A quelques jours du premier match de championnat, nous vous proposons de découvrir les trois nouvelles joueuses de Sébastien Gardillou. Avec aujourd'hui Ehsan Abdelmalek.

Première question qui s’impose, la préparation sous cette chaleur, ça n’est pas trop difficile ?

Si, pour moi c’est très dur. Ça va un peu mieux depuis la reprise mais j’espère quand même que ça va bientôt se calmer …

Comment se sont passées vos 3 premières semaines au sein de l’équipe ?

Je ne vais pas mentir, au début j’avais un peu peur. Il y a une telle différence entre la D1 et la D2 que je ne savais pas trop comment ça allait se passer. Heureusement, les filles et l’entraîneur ont été très gentils avec moi donc ça s’est très bien passé. Avec encore un peu de courage et beaucoup de travail ça devrait aller de mieux en mieux.

Quelles est la plus grosse différence entre Nice et votre ancien club d’Aunis-La Rochelle en D2 ?  

Il y a beaucoup plus d’entraînements ici ! Je le savais bien avant d’arriver, tout le monde m’avait prévenu et notamment Sébastien Gardillou (le coach Niçois, ndlr) mais c’est normal car tu joues en D1. De manière générale, c’est l’ensemble du club qui est bien plus professionnel que ce que j’ai connu à La Rochelle.

Comment s’est faite votre venue à Nice?

C’est Sébastien Gardillou qui m’a contactée et je n’ai pas hésité une seule seconde. C’est un entraîneur réputé en France et quand il m’a proposé de jouer dans son équipe, avec d’aussi grandes joueuses, dans une ville comme Nice, j’ai accepté tout de suite.

Quels sont vos objectifs, personnels et collectifs, avec votre nouvelle équipe ?

Je n’ai pas vraiment d’objectifs personnels, je réfléchis avant tout pour le collectif. Si je suis venue en France il y a 5 ans, c'est uniquement pour jouer au handball, c’est mon métier et je vais tout faire pour aider l’équipe. Mon rêve est de remporter un titre avec ce club. Une coupe, un championnat… peu importe, j’espère juste gagner quelque chose ici.

Comment trouvez-vous la ville de Nice?

Je m’attendais à ce que Nice soit belle, mais quand je suis arrivée, je me suis carrément dit « Wouah c’est magnifique! ». La seule chose qui va vraiment me manquer part rapport à La Rochelle, c’est la famille tunisienne qui m’a accueillie quand je suis arrivée en France. Il m’ont tellement apporté que ça va être dur de vivre loin d’eux.

Avez-vous déjà eu le temps de visiter ?

Je n’ai pas encore trop eu l’occasion et j’avoue que pour l’instant j’ai plus vu Nice en photos sur le net qu’en vrai.

Quelle genre de personne êtes-vous en dehors du terrain?

J’avoue que ma vie tourne beaucoup autour du handball. C’est ma seule vraie passion. J’aime beaucoup aller à la mer, être en contact avec ma famille et mes amis en Egypte. Mais c’est le hand qui prend le plus de place dans ma vie.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos