Agnes Hornyak : “Je veux être à la hauteur des espérances”

Agnes Hornyak est une arrière gauche hongroise de 32 ans qui arrive directement du club hongrois de Györ, l’un des plus prestigieux du handball féminin mondial. En neuf années passées là-bas, Agnes a absolument tout gagné et notamment 7 championnats hongrois et 2 Ligue des Champions. À Nice elle vient relever un des derniers grand défi de sa magnifique carrière, dans une équipe où elle aura un immense rôle à jouer...

Troisième et dernière recrue à passer sur le grill, Agnes Hornyak. La Hongroise de 33 ans est d'ailleurs la doyenne des joueuses qui ont intégré l'effectif de Sébastien Gardillou cette année. 

Agnes tout d’abord, comment se passe votre préparation physique?

Ça se passe bien même si la chaleur est le seul gros problème que je rencontre depuis que je suis ici. En Hongrie on avait l’air conditionné dans le gymnase, alors qu’ici il faut se battre tous les jours contre la chaleur. Ça a été vraiment dur au début, je commence un peu à m’habituer mais j’ attend la pluie avec impatience.

Quelles sont vos premières impressions sur l’équipe et le club?

L’ambiance est très chaleureuse. Le coach et les filles sont super sympa donc ça facilite l’adaptation à cette nouvelle vie. J’appréhendais de quitter Gyor (ville au nord-ouest de la Hongrie) après y avoir passé 9 longues années. Ça n’est jamais simple de tout quitter et recommencer à zéro mais pour le moment tout se passe à merveille.  

Quelles est la plus grosse différence entre ici et votre ancien club ?  

La plus grande différence c’est l’atmosphère de travail. Là-bas il y avait les meilleures joueuses du monde à chaque poste et très peu de place pour les autres. Ici il n’y a pas de superstar, tout le monde a à peu près le même niveau et ça donne une ambiance beaucoup plus saine et amicale.

Pourquoi avoir choisi de venir à Nice plutôt qu’ailleurs ?

Le cadre de vie a été un paramètre important pour moi. La ville, la mer, la France… c’est avant tout pour ça que je suis venu ici. La vie n’est pas toujours simple en Hongrie donc j’avais envie de voir autre chose.  

Vous êtes-vous fixé des objectifs au moment de signer à Nice ?

Je veux avant tout que l’équipe se qualifie pour la coupe d’Europe. J’attaque les dernières années de ma carrière et je veux faire quelque chose de bien ici avant d’arrêter. Il y a beaucoup d’attente autour de moi et je veux être à la hauteur.

Que pensez-vous de ces premières semaines de vie niçoise ?

Nice est une ville magnifique et les gens sont vraiment très sympathiques. Pourtant, venir ici n’a pas été si facile que ça. C’est la première fois que je quitte mon pays. Il faut s’acclimater et avec la barrière de la langue ça prend encore plus de temps. Je me sens bien ici et mon fils aussi, donc je vais tout faire pour que ça se passe le mieux possible.

Avez-vous déjà un lieu favori sur Nice ? Sans parler du gymnase bien sûr…

Je l’aime vraiment bien moi le gymnase! (rires) Plus sérieusement j’adore la plage bien sûr, la promenade des Anglais et le Vieux Nice. J’ai déjà trouvé un super petit restaurant de fruits de mer en ville mais j’ai encore le temps de découvrir de nouveaux endroits.

Avec l’équipe, on a déjà prévu d’aller à Marineland, on fait beaucoup de choses en dehors du terrain et j’adore ça. Je passe mon temps à rire avec les filles, c’est génial.

Que faites-vous quand vous n’êtes pas en train de jouer au hand ?

Je n’aime pas rester à la maison donc je vais à la plage dès que j’en ai l’occasion. Pour moi la Côte d’Azur, si je compare à la Hongrie, c’est comme être en vacances tous les jours. J’ai hâte d’avoir un jour de libre pour visiter la région.  

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos