Jules Bianchi prend ses marques

Pour sa deuxième saison en Formule 1, le Niçois repartira au volant d'une Marussia MR03. Bien que son équipe soit la plus modeste du plateau, Jules Bianchi espère avoir la possibilité de confirmer ses bons débuts. Aujourd'hui, lors de la deuxième journée d'essais privés à Bahreïn, il a signé le sixième chrono.

En Formule 1, tout va très vite. Il y a deux jours, le boss du de l'écurie Marussia, John Booth, faisait grise mine. "Je mentirais si je disais que je n’étais pas un peu inquiet. C’est une chose de penser que vous pouvez résoudre vos problèmes, mais le faire en est une autre. Mais je reste optimiste."

Il faut dire que l'équipe russe, qui possède le budget le moins élevé de toutes les formations engagées en championnat du monde, avait des raisons d'avoir des maux de tête, après une session d'essais privés catastrophique la semaine dernière, déjà sur le circuit de Sakhir, à Bahreïn.

Moteur défaillant, voyants qui s'allumaient sans raison, système de carburants HS et même… un virus informatique qui venait tout chambouler dans les ordinateurs des ingénieurs : la totale.

Marussia 10330 Hi Res

Une éclaircie dans la grisaille

La belle détermination de l'Azuréen Jules Bianchi qui, à l'issue d'une séance d'essais à Jerez (Espagne), évoquait l'opportunité de créer la surprise en ouverture de la saison ("Nous sommes réalistes mais nous voulons aussi nous trouver en position d'inscrire des points en fin de course à Melbourne"), semblait alors un peu déplacée.

Heureusement pour lui, la journée qui vient de s'achever dans le golfe persique a été d'une tout autre facture. Au volant de sa Marussia MR03, désormais propulsée par un moteur Ferrari, le Niçois a pu boucler 68 tours.

Bianchi a réussi à tirer le meilleur parti de sa monoplace, puisqu'il s'est adjugé le sixième temps (1'38"092) derrière Sergio Perez, Fernando Alonso, Daniele Ricciardo, Felipe Massa et Jenson Button.

Marussia 10482 Hi Res

Le meilleur "rookie" de 2013
veut débloquer son compteur

Une bonne manière de se signaler avant d'arriver à Melbourne, en attendant de faire mieux dès demain, lors de la dernière session de tests avant le début du championnat.

S'il est le moins bien loti des trois pilotes français engagés en F1 en terme de matériel, Bianchi ne boude pas son plaisir. "Je n'aurais pas pu espérer un environnement plus favorable pour de faire mes débuts en F1. Depuis le début, je me suis toujours senti chez moi dans l'équipe", déclarait-il à l'annonce de sa prolongation de contrat chez Marussia.

Elu meilleur "rookie" (débutant) de l'année par les lecteurs du magazine britannique Autosport, Bianchi espère maintenant inscrire ses premiers points en Formule 1. L'an passé, son résultat le plus probant avait été une treizième place sur le circuit de Sepang, en Malaisie.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos