Automobile Club de Monaco, une histoire d'histoires

Le Grand Prix de Monaco a fêté cette année sa 75e édition. Avec, en son sein, une multitude d'épisodes qui ont contribué à construire sa renommée, sa légende.

Que ce soit la famille Noghès, aux origines, ou l'équipe Boéri, qui a grandement révolutionné l'Automobile Club de Monaco, ou des pilotes tels que Graham Hill, Jackie Stewart ou Ayrton Senna, trois noms qui ont fait la légende du Grand Prix de Monaco, l'histoire du GP regorge de petites histoires. Il faut juste avoir le bon guide pour savoir où porter notre regard.  

Au commencement

Comment évoquer l'histoire du Grand Prix sans s'attarder sur sa création. Il y a souvent dans l'histoire un homme derrière chaque avancée majeure ou grande réalisation. La course dévouée aux Formules 1 à Monaco n'échappe pas à la règle. Devenu Automobile Club de Monaco en 1925, celui qui s'appelait avant le Sport Vélocipédique Monégasque est alors dirigé par "le groupe Noghès". Alexandre, le père, est président tandis que son fils, Anthony, officie en qualité de Commissaire général. "Lorsque l'ACM a voulu rejoindre ce qui est aujourd'hui la FIA, Anthony Noghès est allé place de la Concorde à Paris pour demander à ce que l'ACM devienne membre, on lui a répondu : votre club est prestigieux, il organise le rallye, des concours d'élégance à Monaco, mais il ne fait pas d'épreuve sportive sur le territoire de la Principauté, donc vous devez en organiser une sur votre sol", détaille Michel Ferry, directeur de course sur le Grand Prix et mémoire vivante de l'ACM. Anthony Noghès, 35 ans à l'époque, ne se démonte pas et fait inscrire le club, certifiant qu'une épreuve aurait bien lieu l'année d'après. 

1950   34  13    Fangio Juan Manuel   Alfa Romeo 158

"L'ACM a été inscrit sous cette réserve et lorsqu'il est rentré en Principauté de Monaco, il s'est entretenu avec le pilote monégasque Louis Chiron, pour voir quelles étaient les possibilités pour faire un circuit, et c'est un tracé qui, dans les grandes lignes, est celui que l'on a aujourd'hui, puisque seule la partie de la route de la piscine a été modifiée dans les années 70." Les courses urbaines étant légion dans la région à l'époque, les installations sont mises en place et le premier Grand Prix de Monaco a ainsi eu lieu en 1929 suite au pari un peu fou du fils Noghès. "Pour la petite histoire, la course a eu lieu sans Louis Chiron. Il s'était engagé aux 500 miles d'Indianapolis et n'avait pu venir courir à Monaco pour ce premier Grand Prix."

Une édition marquante

1987   Podium Avec Senna Ayrton  Alboreto Michele Et Piquet Nelson

Il est toujours difficile de ressortir une édition particulière dans l'histoire d'une course telle que celle-ci. Surtout quand votre GP a été intégré au championnat du monde de la discipline en 1950 avec une présence annuelle depuis, en dehors de 1952, où seules les voitures de sport avaient couru en Principauté. Mais pour Michel Ferry, une année a particulièrement marqué son expérience de directeur de course. "C'était en 1982, une année où il y a eu 5 vainqueurs potentiels, j'étais en bas avec mon drapeau à damier, mais je ne savais pas lequel avait gagné !" Difficile de croire à cette possibilité quand on regarde le fonctionnement d'un GP aujourd'hui, mais à cette période, la technologie actuelle n'était pas là pour aider les hommes de terrain. "À l'époque, on n'avait pas des liaisons aussi précises qu'aujourd'hui et plus ou moins au hasard, j'ai défini le vainqueur, qui était Riccardo Patrese. J'ai baissé le drapeau sur lui, mais je n'en n'étais vraiment pas sûr." Et au final, c'était bien Patrese le vainqueur. 

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos