Quatre victoires pour Lewis Hamilton, une pour Nico Rosberg : les deux pilotes Mercedes ont tout raflé depuis l'ouverture du championnat. Une situation de rêve ? Cela pourrait, mais ce n'est pas totalement le cas…

Les 25 points engrangés à Barcelone, avec six dixièmes d'avance sur Nico Rosberg, n'ont pas semblé ravir le Britannique Lewis Hamilton. Sa nouvelle victoire célébrée, ce dernier a fait savoir que cela "n'aurait pas du être aussi serré entre [eux]."

L'esprit d'équipe ? Pas de souci pour Hamilton, tant que c'est lui qui mène le bal. "M’imposer avec une plus grande avance à l’arrivée, c'est sur cela que je travaille. C'est comme ça que les choses devraient être, comme pendant les courses où j’ai terminé devant lui avec une confortable marge, en Malaisie et en Chine."

1070855132 1735231152014

En développant son propos, l'Anglais a tenté de repréciser son idée, mettant en avant sa quête de perfection, plutôt que sa volonté d'écraser son partenaire : "Je ne suis pas une personne négative d’ordinaire, je suis juste un perfectionniste. J’aurais dû être plus rapide, je n’aurais pas dû éprouver tant de difficultés à le battre."

Rosberg : "Je n'aime pas le voir devant"

De son côté, l'Allemand, sans se montrer aussi incisif, a rappelé que cela ne l'amusait pas plus que ça d'admirer l'aileron arrière de l'autre pilote Mercedes"Même si on se connait depuis longtemps et qu'on s'entend bien, je n'aime pas le voir devant !"

Pour combler son retard, Nico Rosberg tente de peaufiner des réglages encore perfectibles. "Comme toujours en F1, la différence se fait sur des détails. En ce qui me concerne, je sais ce que je dois améliorer. La journée de test accomplie la semaine dernière à Barcelone après le Grand Prix d'Espagne nous a permis de plancher sur certains paramètres sensibles, tels que le brake by wire (système de freinage apparu cette année) et la procédure de départ."

40949128 414183032014

Des ajustement indispensables si Rosberg, qui a grandi à Monaco, veut réussir le doublé dans les rues de la Principauté.

"Je suis impatient de prendre la piste. J'ai hâte de piloter la W05 sur ce tracé très différent des autres. Peut-être que les Red Bull vont se rapprocher de nous. En tout cas, pour moi, après la victoire décrochée ici l'an dernier, il n'y aura qu'un seul objectif : doubler la mise."

Prost, Lauda, Berger : les anciens se régalent

Ce duel au sommet a en tout cas le don de ravir les observateurs, et notamment les anciens pilotes. Hier, c'est Alain Prost qui a livré sa position sur le sujet.

"Il y a au moins une belle bataille actuellement et c’est bon pour la F1. Lorsqu’une équipe domine, il faut qu’elle laisse ses pilotes se battre entre eux. Je ne sais pas combien de temps cela va encore durer, mais ce qui est bien, c’est que si la domination de Mercedes se poursuit, les pilotes seront libres jusqu’à la fin de la saison. Bien sûr, il y a un risque que leurs relations se ternissent", a déclaré le Français, qui n'a pas souhaité voir dans ce duel une réplique de celui qui l'opposait à Ayrton Senna.

Diaporama Img 1630

Nikki Lauda, président non-exécutif de Mercedes GP, a forcément un regard plus policé sur cette rivalité : "C’est de plus en plus serré entre les deux, ce que j’apprécie, Nico s’est bien battu. J’ai bien regardé, je pensais que Nico serait devant mais à la fin Lewis a fait sa spéciale, il est vraiment très bon. Ces choses arrivent et Nico va se battre et va revenir, à Monaco ou peut-être même demain, on verra", estimait-il (à tort pour le moment) après les qualifications à Barcelone.

Gerhard Berger, aujourd'hui président de la commission monoplaces de la FIA, estime que la situation peut dégénérer.

"J'ai dit à Niki (Lauda) qu'il allait devoir surveiller ses ouaillesMême s'ils se connaissent bien, Lewis et Nico vont s'affronter pour le gain du championnat et cela va provoquer des frictions. On a déjà pu constater à Bahreïn et même à Barcelone que l'intensité de leur lutte a déjà détérioré leurs rapports."

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :