Formule 1: Dans l'antre de Monaco

Des Français dans la cour des grands

Romain Grosjean (Lotus) : 
La persévérance a payé

Par rapport aux autres Français, Romain Grosjean, 25 ans, fait presque office d'ancien. La F1? Il connaît déjà bien le sujet. Pilote d'essai pour le team Renault dès 2008, son baptême du feu allait intervenir l'année suivante. Appelé pour remplacer Nelson Piquet Jr., indésirable après le Singaporegate (le Brésilien serait volontairement sorti de piste afin de faciliter la victoire de son coéquipier, Fernando Alonso), le jeune homme à la crinière folle avait rapidement déchanté. Sans avoir pu effectuer de séance d'essai en début de saison, il était jeté dans la gueule du loup durant sept courses, toutes décevantes. Sans abdiquer, il retournait faire ses gammes en AutoGP, en GT puis en GP2 Series, catégorie dans laquelle il a été titré en 2011.

Promu chez Lotus durant l'hiver, où il pourra se jauger par rapport au champion du monde 2007, Kimi Raïkkonen, Grosjean semble être le Frenchie le mieux loti. En Australie et en Malaisie, en dépit de deux abandons, il avait laissé une bonne impression, notamment grâce à ses chronos en qualifications (il était troisième sur la grille de départ à Melbourne). 

Jean-Eric Vergne (Toro rosso) : 
Un tremplin à ne pas manquer

En Australie, Jean-Eric Vergnes est devenu le plus jeune Tricolore de l'histoire à disputer un Grand Prix. A 21 ans, ce Francilien compose un attelage très juvénile avec l'Australien Daniel Ricciardo (22 ans) chez Toro Rosso. Au sein de cette écurie qui est supposée faire office de passerelle vers la maison-mère, Red Bull, Vergne a une belle carte à jouer. Car l'an prochain, le baquet du vieillissant Mark Webber devrait être à pourvoir. Chapeauté par la marque de boisson énergétique depuis sa majorité, il a fait des étincelles en Formule Renault 3.5 (vice-champion en 2011). Déterminé, tenace et doué sont les adjectifs régulièrement utilisés pour qualifier ce "rookie". Helmut Marko, le dénicheur de talents maison, lui accorde un certain crédit. Intéressant, même si le vent peut rapidement tourner. Pas forcément très en vue l'an dernier avec Toro Rosso, Alguersuari et Buemi ont dû faire place nette à de nouveaux espoirs du volant. Le dernier en date à avoir profité de cette rampe de lancement? Sebastian Vettel, vainqueur de son premier Grand prix en 2008 sous les couleurs du taureau rouge.


Page 1/2

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos