Charles Leclerc prêt avant Monaco

Présent à Monaco dans le cadre d'une conférence de presse organisée dans le bâtiment de la direction de course, le jeune pilote monégasque Charles Leclerc a pris le temps face à la presse de revenir sur son début de saison et ses ambitions pour la suite de l'année.

Détendu, souriant, lisant parfaitement les trajectoires, Charles Leclerc est apparu aussi à l'aise face aux journalistes, hier, que dans son habituel baquet. Présent devant la presse, majoritairement régionale, le Monégasque a bien entendu évoqué le futur Grand Prix de Monaco, qui aura lieu le 26 mai prochain.

Dic 5436

"J'ai hâte de courir à la maison c'est toujours particulier, mais avant il y a quand même Barcelone. Mais j'essaie de l'aborder de la manière la plus normale possible, c'est important pour ce week-end là de ne pas l'approcher d'une différente manière. Mais c'est sûr que j'ai hâte de rouler ici d'autant que c'est un de mes circuits préférés."

Un bon début de saison

Auteur d'un début de saison probant, où il aurait pu remporter son premier GP à Bahreïn (3e à cause d'un problème moteur), le Monégasque a dressé un bilan de son début de saison. Et comme souvent, il s'est montré très lucide sur ses performances.

Dic 5416

"Je suis plutôt satisfait. Malheureusement la dernière (Baku) ne s'est pas passée comme je l'aurais souhaité, j'ai fait une erreur le samedi, mai  ça arrive et il faut passer à autre chose. Le premier week-end, en Australie, m'a permis de m'habituer un peu à mon nouveau team. La panne de Bahreïn, cela arrive, c'est compliqué d'anticiper ça, mais l'erreur de samedi à Baku m'a coûté une meilleure place pour le dimanche."

Au cœur de nombreuses discussions, son duo avec Sebastian Vettel a été évoqué ce jeudi. Et comme souvent, c'est avec habileté et honnêteté que le jeune homme a répondu. Car s'il se montre respectueux de son aîné, comme de ses principaux concurrents, il n'en est pas moins dénué d'ambitions pour sa deuxième année en Formule 1. 

Dic 5496

"On a eu quelques courses ou il y a eu des consignes, j'en ai comprises certaines, je suis prêt à les respecter jusqu'à un certain point, mais jusque là ça été acceptable. Maintenant c'est à moi de faire le job pour essayer d'être devant. L'an dernier les Seb, Lewis ou Valterri ne me voyaient pas vraiment comme un concurrent, ce qui était normal, maintenant ça a un peu changé, parce que j'ai la voiture pour me battre plus devant, mais le respect est ce qui prédomine dans les paddocks."

Ferrari, un autre monde

Fan d'Ayrton Senna, même s'il ne l'a jamais vu courir, "c'est mon père qui m'a transmis sa passion pour lui", Charles Leclerc a avoué avoir toujours eu un faible pour "les voitures rouges", et ce depuis sa plus tendre enfance. Rejoindre l'écurie au cheval cabré a donc forcément eu un goût particulier pour lui, d'autant que cela l'a fait entrer dans une nouvelle dimension.

Man 0147

Mais cela ne l'empêche pas d'avancer et d'espérer de bons résultats, à Barcelone, d'abord, avant de réussir, pourquoi pas, une belle performance à la maison. "Les deux dernières années, ici (en F2 et F1 chez Alfa Sauber l'année dernière), ça n'a pas été très positif (deux abandons sur problèmes mécaniques). Pour ma première en F1 ici l'année dernière, j'avais beaucoup aimé le circuit. Malheureusement la chance n'avait pas été avec nous ce week-end là, on avait cassé les freins, mais je pense que la performance était là jusqu'à ce moment-là."

Dic 5500

Avant Monaco, il faudra d'abord en passer par Barcelone, là même où les Ferrari avaient réalisé de très bons tests hivernaux. "Je me sens bien sur cette piste mais compliqué de faire une différence là-bas. On va voir comment ça se passera mais je suis sûr que Mercedes sera à nouveau très fort." Réponse dimanche 11 en fin d'après-midi.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos