Les personnalités de l'AS Monaco omnisports

Louis Biancheri (président ASM) : "Un collège de sages 
pour l'année prochaine"

À la tête de l'ASM omnisports depuis trente-cinq ans, Louis Biancheri ne se lasse pas 
de l'univers sportif dans lequel il baigne. Il revient sur la remise des prix de la saison 
2012-2013 et parle d'avenir avec la construction de nouveaux locaux à la Zac Saint-Antoine.

Comment choisit-on le récipiendaire de l'insigne de vermeil ?

Cela concerne ceux qui ont été dirigeants, qui ont fait des choses exceptionnelles à l'ASM. Ils sont proposés par les sections elles-mêmes puis c'est examiné par un collège composé de tous les membres qui ont l'insigne de vermeil.

Cette année, c'est Arnaud Giusti qui l'a eu. Il n'a pourtant pas terminé sa mission...

Arnaud Giusti est l'un des plus jeunes. Effectivement, il y a eu des discussions, pas d'hésitation mais des discussions, pour savoir si on n'aurait pas mieux fait d'attendre encore un peu. Moi, je n'étais pas de cet avis parce que je connais Arnaud, je sais le travail qu'il fait à la mairie dans le cadre de la direction des services sportifs ainsi que pour la section basket. C'est remarquable. Il est consciencieux, intelligent et efficace. On est tous tombés d'accord.

Qui vote pour décerner les autres prix ?

C'est le conseil d'administration de l'ASM, composé de 25 personnes dont les membres de droit qui sont les dix-neuf présidents de sections. Mais j'aimerais modifier cela et faire en sorte que des gens extérieurs puissent voter également. Cela viendrait compléter le conseil et le rendrait hétéroclite. L'idée serait de mettre en place un collège de sages pour l'année prochaine. Il se peut qu'il y ait un journaliste sportif et des représentants de grandes Fédérations qui pourraient nous apporter des renseignements précis. Nous avons commencé à travailler dessus.

En quoi un collège de sages est-il nécessaire ?

Pour décerner les trophées d'or, d'argent et de bronze, les règles sont relativement précises. Il faut avoir atteint un certain niveau pour prétendre à chaque récompense. Le problème, c'est le choix du sportif de l'année. On ne considère que les trophées d'or car ce sont les meilleurs. Mais comment choisir ? Chaque discipline est différente d'une autre. Quelle est la valeur, par exemple, d'une deuxième ou troisième place en championnat de Nationale 1 de basket par rapport à une fille qui remporte un Open européen de taekwondo. Comment comparer les niveaux ?

Page 1/2

Vous aimez cet article, partagez-le :