Thalys Beltram : "Les Barbies, je leur coupais la tête"

La dernière fois que nous avons rencontré Thalys Beltram, septuple championne de France de taekwondo (junior et espoir), elle refusait de partir s'entraîner à l'Insep. Celle qui ne voulait pas quitter Monaco se trouve désormais à Paris pour ses études, mais continue de camper sur ses positions.

Déjà, Paris, non." Voilà la réponse que faisait Thalys Beltram à son père, Patrick, lorsqu'il s'agissait d'aborder le sujet Insep, en décembre 2013. "Je suis bien ici. Il fait toujours beau, j'ai tous mes amis…" Avant même d'avoir son sésame en poche, la grande crainte de Thalys était de ne se consacrer qu'au taekwondo et de ne pas faire ce dont elle rêvait. "Je n'ai pas envie de devenir entraîneur plus tard. Après mon bac, j'ai envie de faire des études", affirmait la jeune femme aux boucles brunes.

Alors que nous lui passons un petit coup de fil après la coupure estivale, nous nous entendons dire : "Je suis à Paris, là. Je vais à l'Université américaine. Je fais une prépa pour aller étudier la publicité aux États-Unis ou en Angleterre l'an prochain." Elle entend notre surprise et nous rassure : "Il ne fait pas (encore) trop froid".

"Ça fait quelques semaines que je suis ici et c'est vraiment différent. C'est gigantesque", raconte l'étudiante de 19 ans. "J'adore Monaco. Mais j'ai saisi cette opportunité. Dans les universités qui me plaisent, il y a de bonnes structures pour s'entraîner. On choisit ses heures de cours en fonction du sport", lance-t-elle, enthousiaste. 

"Études et sport, je pense qu'on peut lier les deux"

Pas question de laisser tomber le taekwondo, donc. "Il me fallait trouver un club qui me permette de m'entraîner et de continuer de combattre pour Monaco. Mon coach de l'ASM (Angelo Spataro) m'a aidée." Ce sera le Taekwondo club Paris-Saint-Germain. Mais toujours pas d'Insep en vue. "Je préfère rester dans des clubs familiaux, comme celui de Monaco. Je travaille pour mes études et mon sport en même temps. Je pense qu'on peut lier les deux", assure Thalys.

Guérie de ses tendinites aux deux genoux qui l'ont privée de plusieurs compétitions, elle envisage de participer au Tournoi international de Paris, en décembre, et aux championnats de France, en février. Après avoir développé un tempérament fort dans sa discipline, la taekwondoïste est en train de forger sa poigne de femme. Lorsqu'elle était en seconde, la sportive a négligé le lycée et redoublé. Elle vivait taekwondo.

"Je ne réalisais pas trop ce que ça représentait, jusqu'au moment où on a dû faire nos choix post-bac. Beaucoup d'entrées se font sur dossier. Je me suis dit que ce n'était pas possible, que je n'irais nulle part comme ça et je me suis mise à travailler."

"Pour eux, une fille ne fait pas de sport de combat"

"Le sport nous apprend à nous dépasser, à aller chercher ce que l'on veut", la voix douce dessine les contours d'une personnalité solide. "J'étais un peu garçon manqué, petite. Les Barbies, je leur coupais la tête ou les cheveux", raconte la demoiselle, morte de rire. "Mon père voulait des garçons, donc ça m'a un peu conditionnée. Mais maintenant, j'adore faire du shopping. Je suis assez mode."

Quant à la réaction des gens lorsqu'elle révèle sa pratique du taekwondo, elle s'en amuse. "Ils sont surpris. Pour eux, une fille ne fait pas de sport de combat. Pourtant, c'est très bon. Ça nous apprend à contrôler nos émotions par exemple. Je suis plus rassurée quand je suis seule dans la rue aussi. Beaucoup de femmes ne sauraient pas se défendre en cas de problème. Ça doit être angoissant."

Et est-ce que c'est une arme de séduction ? "Pas trop, non (elle rigole). Quand on dit à un garçon qu'on fait un sport de combat, il entre en compétition et prend la relation pour un jeu !"

Lors des entraînements, c'est le moment où les duels sont mixtes et où l'on peut se jauger. "Ce qui est sûr, c'est qu'ils nous considèrent comme de vraies combattantes. Certains ne réalisent même pas que nous sommes des filles, ils y vont. Alors on se dit que si on perd, c'est pas grave parce que ce sont des garçons et qu'ils sont plus forts. Et si on gagne, tant mieux, la victoire n'est que plus belle !"

Publié le

Liste des Clubs : ASM Taekwondo

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos