Corentin Bailet, lutteur globe-trotter

A 15 ans, ce membre du Stade laurentin s'apprête à vivre une incroyable expérience. Afin de promouvoir la lutte, Corentin Bailet va parcourir le monde en compagnie de quatorze autres jeunes français. Avant le départ, son club et sa famille se mobilisent pour réunir la somme nécessaire pour effectuer ce "road trip" long de 100 jours. Au total, ils vont devoir trouver 12 500 euros.

Quand on est ado, c'et le genre de choses qu'on imagine régulièrement, sans jamais y penser sérieusement. S'échapper du lycée pour pratiquer son sport favori sur quatre continents différents ? Avouez que ça relève du fantasme.

Et pourtant, ce doux rêve va bientôt devenir réalité pour Corentin Bailet, un jeune licencié du Stade laurentin retenu pour porter le projet "Wrestling around the world", initié par le vice-président de la Fédération française de lutte, l'association Trek école et la section sportive du collège Anthonioz De Gaulle de Cluses (Haute-Savoie).

Cheveux en pics gélifiés, œil rieur, le garçon semble déborder d'énergie. Pendant que sa mère, Séverine, nous dessine les grandes lignes du périple qui l'attend, Corentin chahute gentiment avec son petit frère dans le gymnase du parc Layet où il enchaîne les heures d'entraînement.

"Lorsque la Fédération française a appris que la lutte était menacée d'exclusion du programme des Jeux olympiques, elle a décidé de monter une action pour défendre son sport, qui est présent depuis la première édition des JO (en 1986, ndlr). Et on nous a fait savoir que Corentin pouvait avoir le profil pour faire partie des jeunes choisis pour promouvoir cette discipline."

Dsc 0156

"C'est quand même énorme"

En février 2013, la Commission exécutive du Comité international olympique (CIO) a proposé l'exclusion de la lutte du programme des Jeux de 2020. Finalement, en septembre dernier, un vote des membres du CIO a validé son inscription à la liste des sports qui seront représentés en 2020 et 2024.

Tout en renforçant la position de la lutte, qui sera peut-être à nouveau sur la sellette après cette période de sursis, "Wrestling around the world" a pour objectifs de permettre aux quinze jeunes retenus de découvrir tous les styles de lutte qui cohabitent sur le globe, mais aussi d'aller à la rencontre de nouvelles cultures et de mode de vies parfois très éloignés du quotidien d'un jeune Français (liste des points de chute dans la carte ci-dessous).

Elève appliqué de seconde générale au lycée des Eucalyptus, trois fois médaillé de bronze aux Championnats de France minimes, Corentin Bailet a donc été choisi pour faire partie de l'aventure. 

"J'en parle un peu avec mes copains, ils sont plutôt jaloux, ils me disent que j'ai de la chance de faire le tour du monde. Pour le moment, je n'avais visité que l'Italie et Londres, avec l'école. Je pense que ça va me faire bizarre d'être loin de ma famille, mais on pourra communiquer et s'envoyer des photos. Et puis, c'est quand même énorme", sourit Corentin, qui a débuté la lutte à l'âge de 5 ans.

 

Afficher la carte du périple "Wrestling around the world"

Encore des fonds à rassembler

Séverine Bailet, qui est secrétaire du Stade laurentin lutte, voit d'un bon œil ce projet, même si cela chamboule le quotidien de la famille. Avec Yann, le papa, elle doit batailler pour réunir la somme nécessaire pour effectuer "ce road trip" de grande ampleur.

"Au total, il faut qu'on trouve 12 500 euros. C'est vraiment compliqué parce que pour le moment, la Fédération ne nous aide pas financièrement. J'ai frappé à beaucoup de portes, comme au Conseil régional ou au Conseil général, mais ce projet ne rentre dans aucune case et Corentin n'a pas le statut de sportif de haut niveau. Et à l'échelon municipal, c'est aussi compliqué puisque nous sommes proches des élections. Donc on va voir les entreprises laurentines et on essaye de solliciter quelques banques aussi."

Avant le 10 avril, les Bailet devront avoir réussi à rassembler au moins 4 000 euros pour permettre à Corentin d'effectuer la première partie de ce voyage de 100 jours découpés en trois tranches. Du 22 avril, elle mènera le groupe de lutteurs à travers toute l'Europe.

Autant dire que le temps presse pour le jeune lutteur, qui compte aussi sur des dons de particuliers pour faire grossir sa cagnotte(1)"On a directement annulé nos prochaines vacances, parce qu'on sait qu'il va falloir faire beaucoup de démarches pour y arriver", expose Séverine.

Page 1/2

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos