Hajime !*

C'est le rendez-vous annuel du judo en Principauté de Monaco. Et pour sa 23e édition, le Tournoi International de Judo de Monaco - 3e Trophée Gérard Bertrand a une fois encore donné du beau spectacle sur les tapis de la salle Gaston Médecin. Avec quelques surprises au menu.

Le Tournoi International de Judo de Monaco (TIJM) ramène chaque année des judokas de talent. L'édition 2016 n'a pas dérogé à la règle. Venus de Russie, d'Arménie, de Roumanie, de Géorgie, d'Italie et surtout de France, les combattants présents composaient 16 équipes avec un représentant par catégorie de poids. Un format unique dans le monde du judo, comme l'explique Marcel Pietri, directeur de l'événement. "On est dans un format qui n'existe pas ailleurs, puisqu'en équipe, normalement il n'y a que 5 catégories, alors que nous on met les 7 et dans ce format-là, on intéresse les gens et ça motive les jeunes, parce qu'ils n'ont pas connu ce format qui existait à mon époque. Ça les étonne de voir toutes les catégories représentées." 

Img 2428

Un système qui connaissait cette année sa 3e édition et qui a pris le nom de Trophée Gérard Bertrand, en hommage au président défunt du Judo Club de Monaco et de la Fédération Monégasque de Judo. Et si les Russes faisaient à nouveau figure de favoris, malgré une équipe en deçà de celle envoyée l'an dernier, ce sont les licenciés du club de Sainte-Geneviève (SGS) qui ont créé la surprise en s'imposant. De quoi offrir spectacle et suspense à l'assistance pour ce 23e TIJM. 

La France très représentée

Comme souvent sur le TIJM, l'Hexagone comptait nombre de représentants, puisque pas moins de 9 équipes françaises étaient engagées. RSC Montreuil, Insep, France Police, Sainte-Geneviève, Olympic Judo Nice (OJN), Saint-Gratien ou encore Poissy étaient donc de la partie. Quelques habitués étaient même présents, mais s'il en est un qui n'est pas passé inaperçu, c'est bien Loïc Pietri. 

Mc0076

Le champion du monde et d'Europe était présent pour la première fois en senior sous l'œil avisé et attendri de son papa, Marcel Pietri. Une compétition de reprise pour le Niçois qui officie désormais dans la catégorie des -90 kg (voir p. 36-37). Au sein de l'équipe de l'OJN pour l'occasion, celui qui s'entraîne habituellement à l'Insep (Paris) a tout de même aidé ses copains à monter sur la troisième marche du podium. Pas mal pour une reprise, d'autant que Loïc Pietri a remporté tous ses combats. Mais il n'était pas seul sur les tapis et c'est bien l'équipe de Sainte-Geneviève qui a fait sensation. 

Les Russes au tapis

Ils n'étaient pourtant pas favoris, loin de là. Car, même si la Russie avait aligné une équipe moins forte sur le papier que lors des deux précédentes éditions, tout le monde ou presque les voyait réaliser le triplé cette année. Mais c'était sans compter sur ces garçons venus de l'Oise. Après avoir disposé de l'équipe du Liberty Oradea (Roumanie) et des Portugais, ce sont les Russes qui sont passés à la trappe face à la SGS. Et pourtant, tout ne fut pas facile dans cette demi-finale épique. Menés 3-0 après les trois premiers combats, les Russes sont finalement revenus à 3-3. 

Le dernier combat, qui fut de toute beauté, a donc finalement vu la victoire de Sainte-Geneviève grâce à Da Rocca qui l'emportait sur le fil. Les tenants du titre s'arrêtaient donc là et les Isariens pouvaient récupérer en vue de leur finale face à l'Insep. Une finale qui a vu les Ipon se succéder lors des premiers combats, et ce des deux côtés. Très disputé, le match s'est soldé sur un 4-3 en faveur des nouveaux venus. L'OJN et les Russes se sont partagé la 3e marche du podium.

Monaco joue de malchance

La sélection monégasque était elle aussi bien évidemment présente. Mais cette année encore, elle n'a pas pu compter sur ses principaux lieutenants. Yann Siccardi, touché au genou quelques semaines plus tôt, était donc indisponible, tout comme son compatriote Cédric Bessi, victime d'une pubalgie. C'est un groupe remanié qui s'est présenté sur les tapis de la salle Gaston Médecin. Le jeune Benjamin Scariot (-66 kg) a d'ailleurs fait une belle impression.

Img 2444

 Quelques anciens de la maison étaient également présents, à l'image de Franck Vatan ou Bastien Mayet et ont contribué à la performance honorable de l'équipe. "On a fait un premier tour contre France Police, une équipe qui était à notre portée sur le papier, et après concrètement ça s'est plus que bien passé parce que tout le monde a été à son meilleur niveau. Je pense notamment à Benjamin Scariot qui a été très bon, même s'il a un peu pêché dans les dernières minutes, mais il a bien géré. Contre la Russie, il n'y a pas eu vraiment de match parce qu'ils sont clairement au-dessus, mais contre l'Arménie, on a vu de belles choses, on a fait plus que de la figuration", analysait d'ailleurs François Bick, le coach des Monégasques, à l'issue du tournoi. "Je suis vraiment content pour les jeunes parce qu'ils ont commencé au club, ils étaient dans les gradins il y a un an ou deux et espéraient un jour pouvoir le faire, donc je pense qu'on peut être satisfait."


*Engagez le combat.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos