Loïc Pietri à l'aube d'un nouveau défi

Après la désillusion des Jeux Olympiques de Rio, Loïc Pietri a décidé de passer chez les -90 kg. Et c'est à Monaco qu'il a tiré pour la première fois dans sa nouvelle catégorie. L'occasion, aussi, d'évoquer avec lui son nouveau challenge.

"Je me sens bien. En ce moment, je prends du plaisir à l'entraînement, à faire du judo, j'ai de bonnes sensations, j'espère que ça va se voir sur la compétition, après, c'est une compétition de reprise, d'entraînement. Même s'il y a un enjeu, mais ça reste une reprise, donc il n'y a pas de pression. Je reste quand même déterminé, comme d'habitude." C'est par ces mots et dans un large sourire que le judoka français a débuté notre entretien. 

Img 2493

Un sourire revenu après une période, bien que courte, où le Niçois était encore frustré de sa sortie prématurée à Rio. "La frustration reste, mais je ne suis pas non plus quelqu'un qui a un tempérament à déprimer, à se laisser aller. Une fois que c'est passé, je continue, j'avance, ce n'est que du sport, il faut le garder à l'esprit. J'ai raté une compétition, mais j'ai quand même fait une belle olympiade, je ne peux pas dire que je regrette toutes les médailles que j'ai faites pendant ces 4 ans et je ne regrette pas ce que j'ai fait dans cette catégorie (-81 kg)." Champion du monde en 2013 à Rio, c'est l'or olympique qu'il visait en août dernier. Mais les événements en ont décidé autrement. Car s'il ne se cherche pas vraiment d'excuse, reste que sa blessure (entorse au genou droit en janvier) l'a coupé dans sa préparation, ce qui ne l'a pas aidé à arriver dans les meilleures conditions aux Jeux. "C'était une saison un peu pourrie, mais il faut laisser ça derrière soi et avancer." 

Nouvelle ère

En allant voir ce qui se passe dans la catégorie de poids supérieure (-90 kg), le jeune homme de 26 ans sait que ce sera plus dur, mais son quotidien en sera aussi plus simple. Pollué par les régimes réguliers pour se tenir au poids, il peut désormais se faire plaisir à table comme sur les tapis. "Je me sens assez libre, avec une contrainte en moins, parce que toujours faire attention à ce qu'on mange, quand on est sportif de haut niveau et qu'on a de grosses séances d'entraînement, c'est assez difficile. Je suis donc assez satisfait de ça. Là, je suis dans une catégorie où je n'ai pas de statut à assumer, je dois juste aller chercher ce que les autres ont pris." 

Sans pour autant se voir comme un outsider, car il reste connu sur le circuit, l'ancien pensionnaire du dojo monégasque sait aussi qu'il aura fort à faire pour aller détrôner les garçons en place. "Les mecs me connaissent, je ne suis pas fou non plus. Les 90 vont me prendre au sérieux, mais après ça enlève un poids. C'est aussi un état d'esprit, il faut savoir se libérer. Longtemps, j'ai protégé mon territoire, tout le monde travaille contre toi, donc là, ce sera un peu la même chose, mais je le ressentirai moins." 

Mc0076

Conscient de son judo, il sait aussi qu'il va se frotter à des gabarits plus importants. Et sans doute plus grands que lui. "Les mecs en face auront plus d'allonge, mais pour moi, c'est presque un bien, parce que je fais des mouvements à genou ou alors je passe en dessous, et là, quand je prends les mecs en -90, c'est le niveau français. Mais j'arrive à bien lancer mes attaques, je suis limite plus juste dans mes mouvements. Il faudra voir ce que ça va donner en compétition. Je dois beaucoup bouger, jouer avec les distances pour ne pas me laisser trop envahir, même si j'aime bien qu'on m'envahisse, parce que j'ai un judo à passer en dessous, et si le mec m'envahit et fait une erreur, je vais le cueillir. Donc c'est à moi de bien ajuster mon travail de garde et je pense que mes attaques correspondent bien à la catégorie."

Plaisir retrouvé

Et quoi de mieux pour se tester qu'une compétition à la maison ! Alors qu'il n'avait tiré qu'une fois lorsqu'il était encore chez les juniors, Loïc Pietri a donc pris part pour la première fois au TIJM cette année en tant que senior. C'était aussi pour lui l'occasion de vérifier les sensations ressenties à l'entraînement. "C'est bien de repartir par la base, de repasser par des compétitions plus petites et Monaco c'est parfait. Il y a de l'international, ce ne sont pas forcément les titulaires, mais il y a différents types de judo. Je pensais reprendre un peu plus tard et puis quand j'ai vu le tournoi... J'ai commencé le judo ici donc je me suis dit, allez je l'ai jamais faite, je vais aller faire un tour, je vais aller chercher des sensations, prendre du plaisir." 

Img 2512

Et le garçon s'en est plutôt bien tiré avec trois victoires en trois combats. Impliqué, sérieux, Loïc Pietri n'a pas fait de détails face à ses adversaires. De quoi bien entamer sa nouvelle route. Mais pas question pour autant de se fixer des objectifs trop élevés pour le moment. "Si j'arrive à glaner une place dès cette année, tant mieux, mais ce n'est pas le principal. Il ne faut pas se précipiter, s'écouter un peu aussi, et quand on apprend à partir au bon moment, c'est là qu'on arrive à faire la différence. Le but du sport est d'identifier ce qui ne va pas pour ne plus faire les mêmes erreurs et je prends toute ma carrière comme ça."

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos