Dossier

Les montagnes russes

Pour sa 25e édition, le Tournoi International de Judo de Monaco a mis les petits plats dans les grands. Un plateau de grande qualité, à nouveau dominé par les Russes, et une équipe monégasque qui fait une fort belle impression.

Quoi de mieux pour fêter son anniversaire qu'un plateau de grande qualité ? C'est ce dont a pu s'enorgueillir le Tournoi International de Judo de Monaco (TIJM) pour cette 25e édition du 9 décembre dernier. Une sélection russe composée de judokas figurant parmi les 60 meilleurs du pays, une équipe universitaire japonaise, la 8e meilleure de la nation mère du judo, et les habitués de l’Insep et de l’OJN, entre autres. Avec quelques têtes d’affiche en lice, à commencer par Loïc Pietri, champion du monde et d’Europe en -81 kg, et qui cherche désormais à retrouver son judo chez les -90 après une période de blessure. 

À cela, il faut aussi ajouter les Bordelais qui avaient brillé quelques jours auparavant aux championnats de France juniors, notamment face aux jeunes du Judo Club de Monaco, mais aussi la sélection portugaise et l’équipe roumaine, devenue une habituée. Bref, du lourd, du très lourd même, pour fêter la 25e édition du tournoi. Mais le TIJM ne l’est pas vraiment sans son équipe du JCM. Et cette année, grande première, tous les judokas présents sur la feuille sont licenciés au JCM. Mieux encore, 6 sont issus de la formation et les 4 internationaux monégasques, Yann Siccardi (-60 kg), Cédric Bessi (-73 kg), Nicolas Grinda (-90 kg) et Marvin Gadeau (+100 kg), ont également été de la partie. De quoi laisser naître quelques ambitions avant le tirage au sort.

Les Japonais en poule

Quinze équipes ont donc été réunies pour ce 25e TIJM. Quinze équipes réparties en trois poules de 4 et une de 3. Celle-là même où est tombée celle du JCM. Avec eux, alors que l’on avait plaisanté du fait qu’ils pourraient tout aussi bien se retrouver avec le Japon et la Russie d’entrée, c’est l'équipe venue du pays du soleil Levant qui leur a finalement été tirée, en compagnie des Génois. Abordable, mais pas simple pour autant. Notamment l’épouvantail japonais. Mais ce tirage n'a pas démoralisé les troupes coachées par François Bick. 

Tijm2018 0007

Ni même l'entraîneur, d'ailleurs, relativement confiant avant le premier match de ses hommes. Une confiance justifiée, les Italiens n'ayant eu aucune chance ou presque de renverser les Monégasques. A l'exception du jeune Louis Lallau et de Nicolas Grinda, les cinq autres combattants (Franck Vatan, Marvin Gadeau, Cédric Bessi, Yann Siccardi et Tizie Gnamien) ont tous remporté leur combat (5-2). De quoi s'assurer une présence au tour suivant, les Italiens ayant perdu à deux reprises puisqu'ils s'étaient auparavant inclinés face aux Japonais. 

Des judokas venus du pays du Soleil Levant trop forts pour les Monégasques, même si ces derniers ont tout de même fait mieux que leurs homologues italiens. "Yann a réussi à remporter son duel grâce à un combat tactique et Franck, notre vétéran, fait lui aussi un beau combat pour l'emporter", glisse d'ailleurs François Bick à l'entre-deux tours, fier de ses garçons. Qualifiés pour les quarts de finale, une première pour l'équipe monégasque, les judokas du Rocher n'allaient pas avoir la tâche facile.

Quart de finale pour les monégasques

Face à eux, les pensionnaires de l'Insep. Pas de quoi impressionner les garçons formés par François Bick et Marcel Pietri. Tout s'est d'ailleurs joué sur le dernier combat, c'est dire à quel point le match a été serré. Encore juniors, Tizie Gnamien s'est ainsi retrouvé face au champion de France seniors de sa catégorie (-81 kg). Et le jeune homme ne s'est pas démonté, faisant montre d'un beau judo, mettant en difficulté son adversaire. Mais c'est bien Nicolas Chilard qui a fini par l'emporter, permettant ainsi à son équipe de se qualifier pour les demi-finales (4-3). En repêchage, c'est contre le voisin niçois de l'OJN et de Loïc Pietri que tout se jouerait. Le fils de Marcel est d'ailleurs celui qui a ramené le point décisif face à Nicolas Grinda, mettant ainsi fin à une belle compétition pour les locaux. 

"On a battu les Italiens en tableau, on fait bonne figure face aux Japonais, on tient le match contre l'Insep, ce n'est pas passé loin. C'est bien aussi pour les jeunes car ils sont la relève et montrent que François et Marcel travaillent bien avec eux", glisse Franck Vatan, 41 printemps au compteur, quand certains du groupe n'en ont que 18. "C'est un beau message de voir un garçon comme Franck combattre avec des petits jeunes, car c'est aussi ça le judo, différentes générations qui se mélangent et là c'est magnifique car on réussit une superbe compétition. C'est même notre plus belle prestation et nous n'avons que des judokas du club, dont la plupart sont formés chez nous. Donc c'est d'autant plus satisfaisant", retient, souriant, François Bick. 

Tijm2018 0006

Pour Yann Siccardi, l'un des anciens du groupe, cette édition du tournoi pourrait bien s'avérer charnière pour quelques-uns d'entre eux, notamment chez les plus jeunes. "On a vécu une super journée, notamment dans l'attitude. Même si la médaille n'est pas au bout, on s'est bagarré jusqu'à la fin, on gagne des matches contre les Japonais, on perd de peu contre l'Insep, on a une équipe jeunes, surtout pour les copains parce que je ne le suis plus trop (rires), mais je suis sûr que d'ici quelques années, le JCM réussira à faire une médaille ici, sur le tournoi de Monaco. Car pour les jeunes qui sont venus nous voir aujourd'hui, ceux qui ont combattu aussi, tout le monde a vu que Monaco tenait la route face à des médaillés mondiaux, au groupe France, et ça, pour la construction des futurs sportifs, c'est important."

Les Russes règnent toujours

Si l'attention de certains s'est naturellement portée vers le groupe monégasque, un autre a une nouvelle fois montré sa qualité. Celui des Russes. Déjà triples vainqueurs du tournoi par équipe, les hommes de l'Est ont fait le boulot pour l'emporter. Et un boulot de qualité, puisqu'ils n'ont perdu que 3 combats sur l'ensemble du tournoi. La phase de poules a été un long fleuve tranquille (deux victoires 6-1 et une 7-0), tout comme le tableau final, les Russes ayant vaincu le Portugal et le Japon sur le même score fleuve (7-0). Face à l'Insep, en finale, ils n'ont abandonné qu'un seul point, celui du combat perdu par Tolib Dzhebov face au Français Israil Dakayev (-66 kg). "

Tijm2018 0035

Cette 25e édition du tournoi a été très belle, avec un superbe plateau mêlant Japonais, Russes, Roumains, Portugais, Français, mais aussi des équipes italiennes. La délégation de Monaco est celle qu'on prépare pour les Jeux des Petits Etats d'Europe et on voit que nos 8 combattants du club ont très largement tenu la route. Le plateau général était plus relevé que l'an dernier, notamment avec la présence du Japon. C'est la 8e université au niveau japonais, mais ils survolent tellement le judo qu'ils sont tout de même sur le podium. Les Russes sont issus des 60 meilleurs judokas de leur pays, des garçons aguerris qui ont battu les Japonais, une équipe en devenir. Mais je suis fier des nôtres quand je vois qu'on perd d'un rien contre les finalistes (Insep), qui étaient de jeunes judokas que l'on reverra sans doute lors de Paris 2024", note Marcel Pietri, directeur du tournoi. Une édition pleine de promesses pour l'avenir donc.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos