Dossier

La boxe a fait son come-back

Depuis quelques années, la boxe a signé son retour en Principauté. Si les galas organisés par la Société des Bains de Mer ont contribué à ce retour, l'arrivée du duo Laurent Puons-Andrei Micallef à la tête de la Fédération Monégasque de Boxe et de l'AS Monaco boxe en est aussi une des principales raisons.

Il fut un temps où la boxe avait une place de choix à Monaco. Il faut pour cela retourner dans les années 70-80, époque au cours de laquelle de grands boxeurs étaient venus combattre à Monaco. Parmi eux, Carlos Monzon, Marvin Hagler et bien d'autres encore. Et puis le "noble art", comme est surnommée l'anglaise, a progressivement déserté la Principauté, n'y revenant qu'avec parcimonie. Jusqu'en mars 2013, date à laquelle la Société des Bains de Mer, avec le promoteur sud-africain Golden Gloves, a relancé la machine. Les réunions se sont ainsi multipliées, que ce soit au Sporting ou au Casino, mais aussi d'autres meetings, organisés par la Fédération Monégasque de Boxe et l'AS Monaco boxe. "C'est positif de voir cela, parce qu'on parle de retour de la boxe à Monaco. Ce qui veut dire qu'à part les organisations de gros évènements avec la SBM et un grand promoteur, il n'y en avait plus. Quand on est passé à la présidence de la Fédération en 2014, on s'est fixé l'objectif de relancer la boxe en Principauté," note Laurent Puons, président de la FMB.

Organisation

Mais avant de pouvoir lancer les grandes manœuvres, il a fallu un peu de temps pour que le nouveau bureau directeur prenne ses marques. D'autant qu'il y avait beaucoup de choses à remettre en place, comme l'explique le boss de la Fédération. "Il a fallu qu'on se mette au parfum de ce qu'il y a à faire, de comment fonctionne une fédération et on s'est rendu compte que la fédé n'en était pas réellement une. On a lancé un site, on a créé un règlement sur la boxe amateur et professionnelle, comme ce qui se fait dans toutes les fédérations. On veut être irréprochable. Il nous fallait mettre en place les règlements et commissions, c'était l'objectif premier, qui arrive à son terme", détaille Laurent Puons. 

Car s'il est un ancien boxeur, il n'avait, jusqu'à sa prise de fonction, jamais officié dans une fédération sportive. Et comme l'objectif principal reste la relance de la boxe à Monaco, cet homme de défi n'a pas mis longtemps à mettre les petits plats dans les grands. Preuve en est avec la signature de Johann Duhaupas. 

Page 1/2

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos