Place au Trophy !

Le 30 juin, les Monte-Carlo Fighting Masters reviennent sous une nouvelle forme, le Trophy. Un nouveau concept qui devrait encore faire des siennes et ravir le cœur des amateurs de sports de combat. Programme.

Le dicton est formel… On ne change pas une équipe qui gagne ! Ce qui n'empêche pas pour autant de tenter de se surpasser. Après le succès des trois premières éditions, les étoiles du kickboxing seront de retour en Principauté pour une nouvelle déclinaison des Monte-Carlo Fighting Masters : le "Monte-Carlo Fighting Trophy" (MCFT), premier du nom. Au programme, sept combats qui se dérouleront le vendredi 30 juin en salle Gaston Médecin lors d’une soirée de spectacle une nouvelle fois organisée par l'Académie Internationale de Monaco de Kick-Boxing, MuayThaï et Krav Maga, Félicia Pouget, Cécile Gelabale et Claude Pouget. Et qui dit nouveau nom dit nouveau concept. De quoi garantir un beau succès à ce digne héritier des rendez-vous de la Principauté. 

Une racine commune

En trois éditions, les Monte-Carlo Fighting Masters (MCFM) se sont faits un nom, et ce, grâce à "leur concept unique au monde qui présente autant de combats que de championnats du monde", rappelle Claude Pouget, directeur technique de l'Académie. Dès lors, pas question de changer l'identité d'un rendez-vous aujourd'hui mondialement connu et surtout reconnu. C'est comme cela qu'il y a quelques mois est née l'idée du Monte-Carlo Fighting Trophy, un nouveau concept qui se veut lui un peu plus "ouvert et qui permet de recevoir aussi bien des athlètes confirmés que des stars en devenir", explique le directeur technique. "Nous avons pensé que ce concept-là pouvait aussi avoir du succès. Nous avions également une forte demande de la part des combattants. On passait à côté d'athlètes montants qu'on ne pouvait pas présenter parce qu'on ne pouvait pas les mettre en championnat du monde de suite. C'était le moyen de leur permettre de s'exprimer parce qu'il y a des talents extraordinaires et que, pour être consacré, il faut aussi passer par ces paliers-là."

Public Montecarlofightingmasters

Mais ce nouveau format n’entend pas se substituer à la manifestation originale. "Cela nous permet de garder les deux possibilités", confirme Claude Pouget. D'ailleurs, pour bien marquer l’affiliation des deux rendez-vous, tous les codes des "Monte-Carlo Fighting" demeurent présents. La racine du nom de chaque événement reste la même, l'identité visuelle également. Idem pour le déroulé de la manifestation avec la conférence de presse le jeudi et la pesée des combattants, le jour même. Seul le lieu changera cette année puisque toutes deux se tiendront sur le Port Hercule, au Restaurant-Cabaret l'Été, partenaire de ce MCFT. La soirée, elle aussi, se calquera sur le principe de sa grande sœur, en proposant aussi bien des combats accessibles à tout public et de très haute qualité, que du spectacle avec musique, ringers... 

Deux ceintures éponymes

Si elle fait figure de tremplin pour les jeunes espoirs professionnels de la discipline, le menu de cette 4e édition des "Monte-Carlo Fighting" ne déroge pas à la tradition instaurée ces dernières années par l'événement. "La carte est particulièrement détonante, car elle rassemble sur les 7 combats et les 14 combattants 13 champions du monde, c'est dire la richesse et la belle affiche que nous avons, avec des références uniques", souligne le directeur de l’événement. Au pro­gramme donc sept rencontres et plusieurs types de récompenses : les "co-main vent" ou têtes d'affiche, qui regrouperont à la fois des cham­pionnats du monde et un championnat d'Europe sous l'égide de la Fédération WAKO PRO, la Coupe de S.A.S. le Prince Albert II, sans oublier une Monte-Carlo Fighting Mas­ters Belt. 

 Mcfm Auteur   Edward Wright 373

Cette toute nouvelle récompense, créée spécia­lement pour l'occasion, sera également accompagnée d'une autre innovation : la ceinture Monte-Carlo Fighting Trophy. "Nous n'en avions pas eu la nécessité avant car chaque combat avait sa propre ceinture mondiale", rappelle Claude Pouget. "Beaucoup d'événements avec une certaine assise organisent une ceinture à leur effigie. De fait, de par la notoriété de notre manifestation, nous avons décidé de créer les nôtres. La MCFT’s Belt, lorsque l'un des deux combattants est un grand espoir, qui n'a pas encore de titres, et la MCFM Belt pour les athlètes confirmés qui pourraient figurer sur la carte du MCFM." 

Du Monde…

Et pour cette première édition, c'est un beau spectacle qui s'annonce, avec en point d'orgue la Coupe de S.A.S. le Prince Albert II. C'est d'ailleurs pour cette dernière que le combat phare mettra aux prises deux poids super-lourds : le Marseillais Fabrice Aurieng (1.87m pour 110 kg) et l'Ukrainien Roman Kryklia, 2 mètres pour 100 kg de muscles. Pour ces deux champions de monde, qui totalisent chacun environ une trentaine de victoires par K.O, "le combat va être ouvert", prédit Claude Pouget. "Tous les deux sont très talentueux. Ce sera l'expérience contre la jeunesse.

Divers   Salle Oo 12

Notons qu'un deuxième Phocéen sera sur les rings ce vendredi soir là, également chez les supers lourds. Nordine Mahieddine, le champion d'Europe WAKO PRO en titre, y remettra sa ceinture en jeu lors d'une rencontre avec le Lituanien Sergej Maslobojev, surnommé "Marteau de forgeron". Ce MCFT accueillera également un duel 100 % féminin. Placé dans les Masters Belt, il opposera l'Italienne Chiara Vincis, 22 ans, et la jeune Française Mallaury Kalachnikoff, une véritable guerrière de 22 ans avec à son actif 25 combats pour 22 victoires. "C'est son vrai nom, et elle le porte bien ! ", souligne Claude Pouget.

Et des Mondes

Le Monte-Carlo Fighting Trophy sera également l'occasion d'assister à trois championnats du monde WAKO PRO. Ceux venus l'an dernier pour les Masters retrouveront le Niçois Grégory Grossi, qui fera son retour sur le ring monégasque dans sa catégorie de prédilection cette fois, celle des poids lourds. "Ce sera plus naturel", prédit Claude Pouget qui voit un combat ouvert face au Polonais Dawid Kasperski, triple vainqueur de coupe du monde WAKO et champion d'Europe WAKO 2016. Il devrait en être de même d'ailleurs pour celui qui opposera le Français Giovanni Gross à l'Azeri Elshad Alaskarov, champion du monde K1-Rules WAKO 2016, dans la catégorie des poids coqs. Enfin, le Français Eddy Slimani, détenteur de plusieurs titres mondiaux et européens, mettra à profit toute l'expérience tirée de ses 218 combats, 209 victoires, pour tenter d'accrocher le titre mondial des Light Welter (-64,5 kg), face au Hongrois Antoine Habash (96 combats pour 78 victoires). 

Grossi   Casella Oo 15

Notons qu’au total, ils seront deux Niçois lors de cette soirée. Et c'est le voisin Johny Tancray, une légende de la discipline, qui lancera officiellement les hostilités en pre-ouverture de la manifestation pour une Trophy’s Belt. "C'est une légende. Il a 44 ans et termine sa carrière, ce sera peut-être son dernier combat. Et ce sera la première fois qu'il boxera à Monaco", précise Claude Pouget. Une opposition aux airs de passation de pouvoir puisque l'Azuréen rencontrera Karim Jabri, dit "Golden Boy" qui, à 25 ans, facture déjà 36 combats pour 30 victoires, dont 10 par KO. Rendez-vous donc le 30 juin à partir de 20 h 30 à la salle Gaston Médecin pour découvrir ce que réservera cette toute première édition des Monte-Carlo Fighting Trophy !

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos