La voie du bien-être

Depuis 5 ans, les terrasses du Casino accueillent chaque 21 juin des centaines de pratiquants de yoga. Un moment organisé à l'occasion de la journée mondiale de la discipline par l'association Yoga Shala Monaco.

Il n'est pas encore tout à fait 18 heures et ils sont déjà nombreux à s'amasser sur les terrasses du Casino de Monte-Carlo. Si d'ordinaire les robes de soirées, talons haut, smoking et chaussures vernies sont au rendez-vous à cet endroit si emblématique de la Principauté, les tenues chics ont laissé place à des vêtements plus décontractés. Tongs, baskets, shorts et autres leggings les ont remplacés. Pas de cocktail ni de rendez-vous mondain, mais des tapis qui se juxtaposent face aux salles de jeux. La musique, elle, est bien présente. 

Img 0192

Des mélodies indiennes résonnent alors que quelques rayons de soleil forcent le passage à travers les arbres qui cachent la méditerranée en arrière-plan. Sur les tapis, des aficionados du yoga. Si le 21 juin est synonyme de fête de la musique pour bon nombre de gens, cette date a surtout été décrétée par les Nations Unies comme celle de la journée mondiale du yoga. Il n'y avait donc pas meilleur jour pour l'association Yoga Shala Monaco que celui-là pour organiser son "cours gratuit pour tous". 

Un écho mondial

Avant de voir ce genre de rassemblements à Monaco, il fallait regarder du côté des grandes villes du monde. "Au départ, cela n'avait lieu qu'à Paris, Madrid et New-York, c'est d'ailleurs comme ça que j'ai eu l'idée de le faire venir à Monaco", confie Nathalie Keusseoglou, organisatrice de l'évènement. Si cela se démocratise au fil des ans, avec des cours en plein air et toujours plus de monde qui vient y participer, la Principauté a donc elle aussi eu droit à son cours yoga pour tous. Une aventure qui a débuté il y a désormais 5 ans, comme le rappelle celle qui est également professeur de la discipline. "J'avais cette envie de le faire et on avait demandé au Prince Albert II s'il voulait bien nous aider. Avec la SBM, ils nous ont gentiment proposé cet espace merveilleux qui est génial, parce qu'être devant le Casino, comme cela, c'est magique." Sur les terrasses du Casino, avec la mer dans le dos et quelques rayons de soleil de fin de journée, l'espace est bel et bien idéal pour venir profiter d'un cours qui s'adresse aux plus aguerris comme aux néophytes. 

Img 0186

"L'objectif est de donner un cours de yoga à des personnes qui n'en ont peut-être jamais fait comme à des gens qui sont très avancés dans leur pratique, il faut donc proposer un cours assez polyvalent. J'ai vu une jeune fille, le lendemain de la manifestation, qui n'avait jamais fait de yoga et qui était émerveillée. Parce que souvent, quand les gens commencent, ils n'aiment pas. Ils trouvent ça difficile mais pour savoir réellement si l'on aime ou pas le yoga, il faut au moins 10 leçons. Là, on essaie de faire un cours tellement polyvalent et accessible que cela leur permet d'avoir de bonnes sensations." 

Bien-être et respiration

Si au départ ce cours se faisait en journée, l'option de la fin d'après-midi a vite été retenue par l'association Yoga Shala, qui organise la manifestation. "Il faisait trop chaud, tandis que là, en le faisant de 18 à 20 heures, il n'y a plus de soleil sur les terrasses et cela rend le moment très agréable", explique Nathalie Keusseoglou. Cette année, ils étaient encore nombreux, plus de 200, à avoir répondu à l'appel lancé pour cette journée mondiale du yoga. Une constante depuis le début de l'aventure à Monaco. "Nous avons un nombre continu, où chaque année, entre 200 et 300 personnes viennent y participer." Et parmi ces pratiquants de yoga, il y a de tous les âges, et de tous les sexes, même si les hommes sont encore rares lors de ce genre de rassemblements. "Il y a des pays où il y a autant de femmes que d'hommes, surtout dans les pays nordiques. Je pense qu'ici les gens n'ont pas une bonne conception du yoga, il y a une certaine méconnaissance." Cela n'empêche cependant pas certains de ces messieurs de venir, tout comme les plus jeunes. Comme ces petites filles qui ont longtemps suivi les mouvements dictés par les professeurs avant de lâcher prise. Mais sans pour autant perturber l'harmonie qui régnait. 

Img 0198

"Il y avait des enfants, des nouveaux, des gens avancés, devant nous il y avait un monsieur qui est très avancé dans sa pratique. Tout le monde peut le sentir dans son corps, tout dépend de son niveau de concentration par rapport à ses pensées et à sa respiration, on peut très bien travailler sur le corps." Car c'est bien là le but du yoga, atteindre une sensation de bien être. Par le biais de mouvements lents, les pratiquants réalisent essentiellement des étirements, du renforcement musculaire, de l'assouplissement. Mais il y a aussi d'autres points que l'on peut travailler grâce au yoga. 

Img 0214

"On agit également sur un équilibrage nerveux, du système métabolique, circulatoire, donc il y a un bien-être qui se met en place. J'ai beaucoup de sportifs qui pratiquent le yoga pour accroître leurs performances, notamment au niveau de l'oxygénation et de la tonicité des muscles. Le yoga est bon pour le bien-être en général, pour la récupération après le sport ou entre les séances, pour la concentration, pour le mental, la respiration." La respiration est d'ailleurs l'une des clés de cette pratique, comme ont pu s'en rendre compte les nombreuses personnes venues sur les terrasses du Casino. Dès lors que l'on se focalise dessus, en réussissant à faire les choses calmement, cela permet de mieux travailler. "La respiration, c'est le baromètre qui permet de savoir si on est à l'écoute de soi ou pas.

Principe de conscience

Venu d'Inde, le yoga est donc une discipline qui amène au bien-être et donne l'opportunité à ses adeptes de travailler sur eux-mêmes. Pour le faire correctement, le calme devient l'ami du bien. Et surtout au niveau de la respiration. "Il ne faut pas mettre de brutalité dans le mouvement, mais le faire de façon calme, paisible. Le but est de travailler en conscience, ce qui permet d'être à l'écoute de soi-même. C'est pour cela que sur les séances, nous créons un environnement d'écoute, on cultive la gentillesse par soi-même, et on part de ça pour se dépasser. C'est accessible à tous, avec de bonnes instructions, on peut l'atteindre facilement parce que tout est déjà en nous.

Erika Tanaka Csm36 Yoga 18

Un environnement qui passe aussi bien par la musique, comme lorsque des chants ont été diffusés au départ, pour permettre aux personnes de se relâcher, que par le programme défini pour la séance. Et pour les présents, quatre professeurs avaient établi un menu particulier pour ce 21 juin. Salutations au soleil, postures debout, torsions détoxifiantes, postures plus lentes où les positions doivent être tenues plus longtemps, des éléments qui "aident à remettre les organes et le système au point." Mis en place par quatre professeurs (voir encadré), le programme du cours s'est terminé par un moment de méditation. 

Erika Tanaka Csm36 Yoga 14

"La méditation fait partie du yoga, les deux vont ensemble. Beaucoup de personnes pensent que le yoga n'est que des postures, mais on voulait mettre la méditation parce que c'est très simple et facile à faire. Quoi qu'il arrive, même en étant blessé, on peut faire de la méditation, ça permet d'avoir des changements profonds en soi." De quoi terminer la séance ensemble, dans une communion silencieuse, pour partager un ultime moment avant de se quitter. Et d'atteindre ainsi le but de cette journée pour l'association Yoga Shala. "L'idée de cet événement, c'est de partager, et je pense qu'on a réussi.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos

Les professeurs

Ils étaient 4 à dispenser leur enseignement lors de cette journée mondiale du yoga à Monaco. La première à intervenir était Cathy Brown. Avec plus de 30 années de pratique derrière elle, dont plus de dix ans à enseigner, Cathy a proposé "quelque chose de très général", glisse Nathalie Keusseoglou. Rien d'étonnant lorsque l'on sait que Cathy Brown veut ses cours accessibles à tous niveaux de pratiquants. Ensuite, Careen Cassir a pris le relais. Spécialisée dans le domaine de la pleine conscience, elle a été certifiée enseignante pour les plus jeunes et intervient notamment auprès des enfants. Ce fut ensuite à Nathalie Keusseoglou de prendre les choses en main, elle qui pratique depuis de nombreuses années et avait débuté avec son grand-père, lui-même pratiquant. Elle est membre du Insight Yoga Institute, qui œuvre à élever le niveau du yoga dans le monde en travaillant auprès de professeurs de la discipline. Et enfin Thierry Villette, expert en méditation, a clôturé le cours. "Un moyen de faire goûter aux gens des choses un peu différentes", précise Nathalie Keusseoglou.