Un week-end de gala pour les archers monégasques

En déplacement à Nîmes ce week-end, 3 représentants de la Première Compagnie de Tir à l'arc de Monaco ont pu se mesurer à l'élite de la discipline.

Habitués aux compétitions départementales et régionales, les Monégasques se déplacent depuis plus de 20 ans à Nîmes pour affronter des adversaires d'un tout autre niveau. Cette année, les trois représentants de la Principauté (André Scipioni, Francis et Sandrine Picaud) ont pu se mesurer aux meilleurs archers du Monde dans le Gard à l'occasion des Indoor World Series (Coupe du monde de tir à l'arc). 

Parmi eux, des médaillés aux JO de Rio (2016) comme Brady Ellison (USA) ou le Nîmois Jean-Charles Valladont et des champions du monde, notamment Sébastien Peineau. "Evidemment, c'est impossible d'aller les chercher, ils ont un niveau beaucoup plus élevé que nous. Certains ont tiré 598 points (sur 600), ce sont des choses surréalistes. Les Coréens et les Américains passent leur vie avec un arc à la main", plaisante Sandrine Picaud.

Ang 5213

Sur le même modèle que le ski, la Coupe du Monde de tir à l'arc se décompose en 6 manches (Strassen, Macao, Rome, Séoul, Nîmes et Las Vegas dans cet ordre). Les athlètes se réunissent pendant un week-end et s'affrontent lors d'une phase à élimination directe en fonction de la catégorie (des minimes aux seniors) et de l'arc utilisé (classique ou à poulie).

"On observe leurs mouvements, leurs arcs et leur façon de faire"

Plus de 1 200 archers de 50 nationalités différentes s'étaient donc réunis dans le hall de la Parnasse à Nîmes pour l'avant-dernière étape de la saison. "C'était impressionnant. Il y avait 77 cibles réparties dans 2 salles, jamais on ne verra ça ailleurs. On est dans un autre monde. Dans les compétitions régionales, si on atteint 120 personnes, c'est déjà exceptionnel", souligne l'archère monégasque. 

Sandrine Picaud

Pas le temps de s'ennuyer pendant le week-end car le ton était donné dès les qualifications de vendredi. Les sportifs devaient tirer 60 flèches (deux séries de 10 volées de 3 flèches) sur une cible à 18 mètres. L'enjeu est important car seuls les 32 premiers de chaque groupe participaient aux phases finales.

Les Monégasques étaient engagés chez les "Compound Master", comprenez l'arc à poulies pour les + 45 ans (hommes et femmes). Le règlement est différent par rapport aux autres catégories car ils n'y a pas de phases finales, seulement des qualifications. Chez les hommes, André Scipioni (521 pts - 92e/100) et Francis Picaud (484 - 98e) ont tenté de bien figurer au milieu des expérimentés "même si le plus important était ailleurs. On ne fait pas attention au classement (le vainqueur termine à 587 pts). Ces rencontres sont une opportunité pour nous car nous n'avons pas de coach à la Compagnie. Nous échangeons beaucoup avec les internationaux français, ils nous donnent des conseils. Nous pouvons observer leurs mouvements, leur façon de tirer mais aussi leurs arcs, beaucoup plus modernes que les nôtres."

Ang 5215

Sandrine termine elle à la 17e place (sur 25) chez les femmes avec 535 unités. "Pas très en forme," elle a vécu un jour sans. "C'est vrai que je ne suis jamais contente de moi car je sais que je peux toujours mieux faire, c'est mon caractère." L'archère espère vite rebondir car les championnats départementaux à Mandelieu se profilent dimanche prochain. Si elle est au meilleur de sa forme, "un podium est jouable."

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos