Les carabiniers du prince Physiquement parés

Football : quand les Carabiniers deviennent "canonniers"

Leur maillot blanc au scapulaire noir n'a rien à voir avec celui des Gunners d'Arsenal. Mais une fois sur le terrain, les hommes de Rodolphe Perruchon, passé par le centre de formation du PSG, aiment faire parler la poudre. La section football, avec ses 23 joueurs, est la plus étoffée. Relativement jeune, renforcé par trois pompiers français (trois étrangers sont autorisés dans le Challenge prince Rainier-III), le collectif dont fait partie Jean-Christohe Agosta, fan inconditionnel de la Juventus Turin, fait bonne figure dans son championnat. "Nous sommes très actifs, on se retrouve souvent en dehors pour manger une pizza", assure ce dernier.

Les carabiniers-footballeurs en profitent également pour mettre sur pied des manifestations mêlant le sport et les actions caritatives. "En juin, nous organisons le tournoi inter-armes. La saison dernière, nous avons reçu la garde royale d'Espagne, le 1er spahi de Valence, la police et la gendarmerie. Christian Karembeu était notre parrain." Au terme de la compétition, prolongée par une soirée de gala, les Monégasques ont pu reverser 1 500 euros à l'association Carlesimo, qui soutient les enfants atteints de maladies graves, et 3 000 euros à Peace & sport. Tout en poursuivant leur route dans le Challenge prince Rainier-III, ils se réuniront lors de l'Oktoberfoot. Pendant la fête de la bière, les "footeux" se mobiliseront à nouveau pour une œuvre de charité.

Badminton : les fous du volant

L'équipe de badminton des carabiniers participe aussi au Challenge Albert II, à l'image de la section beach-volley. "Notre tournoi est organisé par le club de badminton Charles-III de Monaco", précise Nicolas Maradi, responsable de l'équipe. Ils n'ont participé que deux fois au Challenge et ils espèrent bien remettre ça en mai prochain. "Nous ne sommes que trois groupes corporatifs à pratiquer ce sport pour l'instant. En plus des carabiniers, il y a la Sûreté publique et les sapeurs-pompiers. Nous aimerions que d'autres équipes monégasques voient le jour dans l'avenir. Nous pourrions faire de plus grands tournois." Dans la compagnie des carabiniers du prince, il y a trois équipes de double dont une mixte, et deux joueurs de simple. Au total, cela fait donc sept carabiniers, plus l'épouse d'un d'entre eux. Les passionnés du volant ont repris l'entraînement en octobre, au stade des Moneghetti. "Entre 8 heures et 10 heures, nous avons un créneau dédié au sport." On croit facilement que le badminton est un sport de plage, un sport de détente. Pourtant, "c'est assez difficile", commente Nicolas Marradi.  "Le terrain est petit, ça va très vite et c'est bien plus technique que ce qu'on imagine. Et puis c'est le sport de raquette le plus rapide du monde. Le record de vitesse est de 421 km/h ! Il s'impose devant le squash et le tennis. Notre équipe y a tellement pris goût que certains joueurs aimeraient intégrer le club Charles-III."

Pétanque : "On participe pour s'amuser"

Chez les carabiniers du prince, on tire, mais on pointe aussi. "C'est la troisième année qu'on participe au Challenge entreprises. On y joue en tête à tête, en doublette et en triplette. Il y a deux poules de dix équipes, puis des rencontres éliminatoires", explique Philippe Lefèbvre, responsable de l'équipe. Les étapes de ce challenge corporatif se déroulent tous les mercredis, d'octobre à mars, dans l'antre du Club bouliste de Monaco. "Nous sommes sept carabiniers et un employé du mess. Nous pouvons prendre dans l'équipe un membre de la famille ou une personne qui travaille régulièrement pour la compagnie." Tous les quinze jours, les boulistes tentent de coordonner leurs emplois du temps et de s'octroyer une soirée d'entraînement. "On aimerait gagner le challenge bien sûr, mais on participe pour s'amuser surtout", relativise Philippe Lefèvre.

MMA : courage et maîtrise

Le commandant Philippe Rebaudengo chapeaute les entraînements de MMA (mixed martials arts). Quoi de plus normal puisqu'il préside la Blackout academy de Monaco, club de MMA local. "Je travaille avec trois intervenants, Franck Rizzo, Stéphane Manint et Rémi Toscan. Ils ont suivi trois mois de formation à la gestuelle policière, au sein de la police nationale française. Ils sont donc devenus moniteurs." Le MMA est un mélange de disciplines. Boxe française, kickboxing et lutte se mélangent avec du judo, du grappling ou encore du jiu jitsu brésilien. Depuis environ cinq ans, la plupart des militaires et policiers français pratiquent ce sport. La mission des moniteurs de la compagnie est de former les carabiniers aux techniques professionnelles d'intervention et de défense. Ce sport sert même de test d'évaluation aux éventuelles recrues. Un test comportemental autant que physique. "Quand on doit s'affronter physiquement, on ne triche plus. C'est là que l'on voit comment l'individu se maîtrise, gère son stress et son courage." Excellent pour parfaire son self-control. Et parfait pour entretenir sa condition physique, puisque le MMA sollicite tous les muscles. "Cela transmet de réelles valeurs de respect. Respect du coach, de l'adversaire et des règles. Ce n'est pas du tout du "free fight" comme on pourrait le croire."

Publié le

Page 3/3

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos