Envers et contre tout

A l'occasion du traditionnel Challenge Denis Ravera, nous sommes allés faire un tour du côté du Rocher pour prendre des nouvelles de son club bouliste. Et malgré les difficultés inhérentes à la discipline, sa jeunesse s’annonce des plus prometteuses.

A l'ombre des pins du Club Bouliste du Rocher (CBR), il y a toujours du monde. Que ce soit au restaurant, véritable lieu de vie et de convivialité, ou sur l'un des deux terrains de jeu, lieu d’entraînement privilégié de ses membres. "Ils sont aujourd'hui 80 licenciés actifs, âgés de 9 à plus de 80 ans pour certains vétérans", souligne Dominique Verger, le directeur sportif du CBR. Un "volume très intéressant" quand on compare aux clubs alentours. Car malgré le dynamisme de ses épreuves sportives (tir progressif, de précision ou rapide en double…), le sport-boules souffre d'une image un peu vieillissante et peine aujourd’hui à recruter. "On est le plus actif sur la région", précise d’ailleurs Philippe Grauss, le président du club. "Et de très loin", confirme son directeur sportif. "Peut-être en région lyonnaise, ils s'en sortent mieux. Mais même au niveau de la fédération française, on est un peu en difficultés, on perd des licenciés". 

Pdt Et Dtn

Un club dynamique

S'il est impossible de ne pas subir l'érosion qui se ressent au niveau national, le Club Bouliste du Rocher reste dynamique. Que ce soit dans le versant traditionnel de ce sport - jeu en double, triplette et quadrette -, ou dans les épreuves sportives, ils sont nombreux à porter les couleurs de Monaco sur les terrains de jeux français et internationaux. A commencer par les jeunes, la grande fierté du club puisque le centre de formation compte aujourd’hui une vingtaine de sportifs de 9 à 23 ans. Et après la récente rentrée scolaire, le directeur sportif se montre confiant. "J’ai attaqué l’UNSS sport-boules. Il y a quatre-cinq jeunes qui m’ont dit c’est génial, je viens mercredi", annonce Dominique Verger, qui se sert de l'UNSS ainsi que de ses cours d'EPS au niveau 6e pour faire découvrir la discipline et amener de nouvelles recrues à Jordan Rugari et Fabien Peyret, les deux coaches. De quoi assurer la pérennité du CBR et la relève de Gianni Bresciano, Victor Leporati et autres comparses qui parcourent aujourd’hui les rendez-vous internationaux. Six jeunes, en U18 et U23, ont d’ailleurs participé aux championnats du monde qui se sont déroulés à Alassio en Italie du 24 au 28 septembre dernier.

Img 8019

Et du côté des seniors aussi, le club n'est pas en reste même s’il a perdu pendant l’été deux formations : l’équipe 2, qui évoluait en N4 et devait monter de division cette année, est mise en pause pour le moment, ainsi que les féminines. "On était renforcé par des filles qui venaient de l’extérieur. Celle qui gérait le groupe est tombée malade et on n’a pas pu assurer la pérennité de cette équipe", souligne le directeur sportif qui peut compter sur trois féminines pour représenter le club à l'international. Le club s’appuie aussi sur un solide groupe d'une vingtaine de seniors qui représentent la Principauté en championnat de France, en division Nationale 1. Quatre d’entre eux participeront également aux championnats du monde qui se dérouleront en Turquie du 5 au 9 novembre. "C’est un bon groupe qui vit bien, avec un bon niveau. Le championnat leur permet de s’entraîner et d’être compétitif car le week-end ils jouent. Il y a à la fois des épreuves sportives et traditionnelles, cela permet de les mettre en situation de haut niveau, d’autant que l’on retrouve ces épreuves-là dans les championnats du monde", explique le directeur sportif, qui ambitionne un jour pourquoi pas de faire monter ce groupe dans la division supérieure. 

Une nouvelle épreuve internationale

Img 7893

Et que ce soit à domicile ou lors des compétitions internationales, les licenciés du Club Bouliste du Rocher sont loin de faire de la figuration, puisque depuis quelques années déjà, la Principauté figure dans le Top 10 mondial. "On se situe entre la 6e et la 7e place", précise Dominique Verger. "A chaque fois, on ramène une médaille de bronze, chez les jeunes ou les seniors. Pour nous, petit pays, ce n'est pas manquer d'ambition que d'avoir cet objectif-là, compte-tenu de notre situation et du niveau international. C’est une excellente position". Une belle représentativité donc, qui se retrouve également dans le calendrier international. En septembre, le club a organisé deux rendez-vous d'envergure : le Challenge Denis Ravera (voir p. 24-25), destiné aux U18 et U23 et qui attire chaque année l'élite mondiale de la discipline, mais également le Challenge Laurent Ravera et Paul Frolla, compétition internationale de boules lyonnaises traditionnelles en double destinée aux seniors. Une belle vitrine à l'international pour le club, qui avait réalisé un coup d'éclat en 2016 en organisant les championnats du monde juniors à l'Espace Saint-Antoine. Aujourd’hui, Philippe Grauss et son directeur sportif ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin. "Nous organisons le Ravera pour les jeunes. Maintenant on aimerait organiser un concours adulte, également sur un week-end et sur invitation. On va inviter les meilleurs joueurs français, italiens croates", souligne le président qui non seulement ambitionne de réaliser ce projet dès l’an prochain mais a "plein d’idées. Il ne nous faut pas beaucoup, juste quatre jeux".

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos