A la formation des boulistes

La formation est une préoccupation importante pour les différents clubs sportifs monégasques. Et au Club Bouliste du Rocher, on ne déroge pas à la règle. Avec un centre de formation en place depuis plus de dix ans, les résultats continuent d'affluer chez les jeunes boulistes.

Dans le Sud, on a tendance à ne voir le monde bouliste qu'à travers le prisme de la pétanque. Mais le sport-boules, ou la lyonnaise, comme on l'appelle aussi, a également ses plus fervents défenseurs et pratiquants. A Monaco, il suffit d'aller faire un tour sur le Rocher pour y découvrir un club à la vue imprenable sur la Principauté. Deux aires de jeu y accueillent les licenciés.

Parmi eux, des jeunes. Et parfois même des très jeunes. "Dès 9-10 ans ils peuvent commencer à venir", explique Dominique Verger, directeur technique du Club Bouliste du Rocher et responsable du centre de formation. Et quand on commence aussi tôt, il y a de fortes chances que la greffe prenne. D'autant que bien souvent, ce sont des enfants de Monaco ou alentours qui viennent signer leur première licence de bouliste au CBR.

De l'UNSS  à la pratique régulière

Difficile d'accrocher un enfant sur une seule et unique pratique sportive aujourd'hui. Et cela est d'autant plus vrai à Monaco avec la multitude de disciplines qu'il est possible de pratiquer. Mais pour cela, Dominique Verger a trouvé le bon moyen. 

Img 1601

Professeur d'EPS, il amène les plus jeunes au sport-boules par le biais du sport scolaire. "Eric Loto avait déjà mis des choses en place il y a plusieurs années et quand je suis arrivé, je me suis appuyé sur le vivier du Collège Charles-III pour faire ressortir quelques jeunes boulistes. On m'a permis de faire de l'UNSS en boule lyonnaise et je me suis ensuite permis de faire le pont entre l'UNSS et le CBR. Encore aujourd'hui, même si quelques jeunes sont venus de l'extérieur, la majorité est issue de l'UNSS", rapporte Dominique Verger, qui a débuté l'aventure il y a près de 15 ans. 

A l'époque, Eric Loto avait déjà mis en place des entraînements dédiés aux jeunes. Et s'il a été à l'origine du centre de formation, l'arrivée de Dominique Verger et la collaboration entre les deux hommes a permis, depuis, de franchir plusieurs paliers. "Il y avait une école de boules et on a mis ensuite en place ce centre pour essayer d'améliorer la formation des jeunes." Protocole d'accord avec la Fédération Française de Sport-Boules, amélioration des structures, mise en place de créneaux hebdomadaires dédiés, tout a pris forme rapidement.

Une première génération

"Nous avons procédé à l'achat de fournitures, de matériel sportif, à une mise à disposition d'un mini-bus et nous avons aussi obtenu un budget pour les déplacements. C'est bien que le club, qui n'était pas habitué à avoir des jeunes, ait accepté cette mutation car avant la mise en place du centre, ils étaient peu nombreux", rappelle Dominique Verger. 

Img 1402

Page 1/2

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos