La No Finish Line gagne le cœur de Fontvieille

On nous avait promis des canards, des roses et même des hélicoptères. Et aucun n’a manqué à l’appel. La bonne humeur était là également. Celle des bénévoles qui se relayaient jour et nuit pour accueillir et sustenter les participants, comme celle des coureurs ou marcheurs présents. Sous la douceur de l’été indien, la No Finish Line édition 2015 ne pouvait pas se dérouler sous de meilleurs auspices.

Pour cette seizième édition, l’association Children & Future, organisatrice de la manifestation, nous a entraînés sur un chemin bucolique, champêtre même. Délaissant le Port Hercule, qu’elle a arpenté de long en large pendant seize ans – travaux d'aménagement du parking et du musée de l'automobile obligent - l’incontournable course caritative a pris ses quartiers du 14 au 22 novembre à Fontvieille. 

C’était donc dans le chapiteau, transformé pour l’occasion en village sportif, que les participants entamaient leurs tours de piste. Un périple de 1,37 km qui les emmenait le long de l'avenue des Ligures puis sous le tunnel de la rue des Guelfes, avant de longer la Roseraie Princesse Grace sur sa quasi-totalité. Les coureurs repassaient ensuite à l’intérieur du chapiteau, dans l’autre sens cette fois-ci ! Un petit arrêt au ravitaillement, où les bénévoles de l'association, tout sourire, redonnaient force et motivation aux coureurs endurants et c'était reparti pour un petit tour autour de l’étang aux canards.Dépaysement assuré.

Circuit un peu plus difficile

Si le circuit était un peu plus difficile - "il y a des endroits un peu plus étroits, beaucoup plus de virages. Il y a aussi deux petites montées, même si cela ne fait qu'un 1,50 m et 2,50 m de dénivelé", souligne Philippe Verdier, fondateur de la No Finish Line (voir notre interview) - cela n'a semblé effrayer ni les participants, venus nombreux, à l'image de ce mercredi matin, ni la foule qui les rejoignait alors que les douze coups de midi approchaient. 

Et les 45 infatigables qui, cette année encore, s'étaient embarqués dans le défi de courir durant les huit jours n’étaient pas en reste. Venus avec tentes, caravanes et mobil-homes, ils avaient investi l'arrière du chapiteau, au plus près de l’action. Les loges des artistes du cirque avaient même été transformées en dortoirs pour l'occasion. "La course est connue dans le monde entier pour ses huit jours et pour cette ambiance. Nous avons même dû refuser du monde et ne garder que les 45 premiers qui s'étaient inscrits", précise Philippe Verdier.

"Pour les enfants"

En solo, en équipe, des grands et petits, à quatre roues ou à quatre pattes… Sur le circuit, on papote, on téléphone, on fonce sans regarder en se focalisant sur sa respiration. A chacun son rythme. A chacun sa formule. C'est bel et bien cela le secret de la No Finish Line. 

En passant dans les allées, près de la Roseraie, Mado, 71 ans, accompagnée de sa chienne Choupette, 17 mois, enchaîne les tours, tranquillement mais surement. "Je viens pour les enfants. C’est ça qui me motive, il n'y a que peu de manifestations pour eux", souligne cette fidèle de toujours qui, depuis seize ans, parcoure chaque jour le circuit pendant "une heure ou deux". 

Plus loin, on peut entendre un coureur lancer un "Allez, allez plus vite. On fait quoi là ?" à ses coéquipières, qui marchaient pourtant d'un pas rapide. Pas sûr que ce soit très motivant. Au détour du jardin d'enfants, au contraire, deux joggeuses, elles, sont à fond. "Un Big Mac, ça fait 500 calories, il faut qu'on coure encore..." souffle l'une d'entre elles. Difficile de ne pas esquisser un sourire. McDonald's sponsorisait-il à sa façon la course ? 

183 sociétés monégasques

Ce ne serait pas la seule. Car cette année encore, nombreuses étaient les entreprises, fondations, associations, organismes publics à répondre à l'appel de la NFL. Au milieu de la foule, les t-shirts colorés, estampillés à leur nom étaient légions. Parmi elles, on reconnaissait notamment les "Smileys", le groupe de bénévoles de l'AMADE qui égaient les journées des enfants du CHPG, l'ACM/Sancta Devota, futurs vainqueurs du trophée en équipes ou encore la SBM. Un challenge qui a regroupé cette année 273 équipes, dont 183 sociétés monégasques (voir encadré chiffres). De quoi faire du chiffre en terme de distance. Car ne l'oublions pas, chaque kilomètre compte, et rapporte un euro pour les actions de Children & Future. Une vraie course du cœur. 

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos

Encore des records battus

- 13 617, soit 617 participants de plus que l'objectif de départ(12 524 en 2014)
- 383 179, soit 33 179 km de plus que l'objectif visé (342 323 km en 2014)
- 383 179 euros reversés
Résultats sportifs
Coupe du Prince : Robert Miorin (1 004 km)
Première femme (8ème classement général) : Mimi Chevillon (813 km)
En équipe : ACM/Fondation Sancta Devota, vainqueur 2014 (18 415 km)
Course homologuée des 24h
Homme : Fausto Parigi (227 km)
Femme : Chiara Milanesi (175 km)
Relais : Pompiers de Monaco (297 km)