Courir pour la planète

Ils sont de plus en plus nombreux à se lancer. Eux, ce sont des runners et ils ramassent un déchet lorsqu'ils courent. Un geste éco-citoyen pour un mouvement qui prend de plus en plus d'ampleur. Y compris à Monaco.

Il n'est pas encore 10 heures ce samedi matin-là. Le soleil est revenu après quelques jours de pluie. Il fait même plutôt bon alors que l'automne a marqué son territoire, chassant les derniers restes de l'été indien qui faisait le forcing jusqu'alors. Frais, mais pas froid, l'idéal pour un footing. Les runners arrivent d'ailleurs un à un au fil des minutes. Certains ont un sac à la main. Plusieurs arborent le même t-shirt avec l'inscription "Run Eco Team". 

Quelques minutes plus tôt, c'est le fondateur du mouvement, Nicolas Lemonnier, un joggeur nantais, qui a fait son arrivée. Disparaissant aussitôt dans les pas de Sébastien Uscher. Ce dernier, responsable du rayon running de Decathlon, a suivi ses traçes pour donner écho à son mouvement sur Monaco et alentours. "Sois le changement que tu veux voir dans ce monde. Cette phrase de Gandhi me fait me dire que l'on parle souvent de choses que l'on ne maîtrise pas, mais si chacun agit à son niveau, sur des petites choses, que l'on se retrouve à être 60 millions à le faire, il n'y a plus de problème", confie le runner-triathlète. Mais le Run Eco Team, c'est quoi au fait ?

Un run, un déchet

Les réseaux sociaux sont une arme de communication massive. Nombreux sont ceux à l'avoir appris à leurs dépens. Mais cela peut aussi se muer en outil serviteur d'une bonne cause. C'est d'ailleurs le cas du Run Eco Team. A la base, un groupe Facebook nommé "A year of running" a réuni un grand nombre de coureurs à travers le monde. 

Img 2562

Parmi eux, Nicolas Lemonnier. Joggeur de 34 ans, il a commencé par se prendre en photo en ramassant un déchet lors d'une sortie et l'a postée sur ce groupe. Ce n'est qu'ensuite qu'il a créé le sien, baptisé "Run Eco Team" dont la devise est simple : "un run = un déchet". S'il réunit rapidement quelques milliers de membres, il va ensuite connaître une rapide expansion. La cause ? Mark Zuckerberg, co-fondateur de Facebook, va partager à ses millions d'abonnés l'initiative du Nantais. Depuis, le groupe ne cesse de prendre de l'ampleur. Et de faire des petits, à l'image du groupe "Run Eco Team Monaco", qui réunit aujourd'hui une centaine de membres.

 "Il y a beaucoup de coureurs de notre entourage, de runners de Monaco qui ont pris le pas. C'est énorme parce que c'est un petit territoire mais ce qui est bien, c'est que des gens connaissent le groupe sans forcément en faire partie et participent. Ils me voient au magasin et viennent en discuter avec moi en me disant qu'ils le font lors de leurs sorties", explique Sébastien Uscher.

Mouvement citoyen

De passage dans la région pour ses vacances, Nicolas Lemonnier a répondu à l'appel de Sébastien Uscher pour une sortie Run Eco Team le samedi 11 novembre. "J'en rêvais mais je ne m'attendais pas à ce que ça prenne une telle ampleur. Mon objectif de départ était simplement de courir, de ramasser des déchets et de partager ça avec les autres. Mais ça a pris une ampleur folle aujourd'hui", détaille, tout sourire, le fondateur du groupe.

Page 1/2

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos