Show time !

Les patineurs monégasques ont assuré le show lors de leur rendez-vous annuel, le 2 mars dernier. Un championnat doublé du gala de fin de saison du Skating Club of Monaco. Le tout sous l'œil bienveillant d'un certain Philippe Candeloro.

Les minots du Skating Club of Monaco ont fière allure sur la glace de la patinoire du stade Rainier-III. Justaucorps colorés et chignons pour les unes, vestes rouges de la fédération et casque vissé sur la tête pour les plus petits. Un festival de couleurs détonantes sur une patinoire étincelante. Il faut dire que le soleil, une fois n'est pas coutume, a lui aussi rejoint la partie. Des conditions idéales pour ce jour de fête qui vient récompenser les efforts d'une saison malheureusement trop courte. "Tant qu'on n'aura pas une structure définitive, on sera toujours pénalisé. La mairie nous aide bien, y compris avec des amplitudes horaires intéressantes. Mais pour faire évoluer un sport, il faut qu'il y ait des petits qui s'y intéressent très vite et qui puissent le pratiquer longtemps", rappelle le président Franck Nicolas, qui dresse tout de même un bilan positif de cette sixième saison du SCOM. "Il y a un réel engouement et beaucoup de monde à tous les entraînements. On a un lien avec les parents, la fédération et la mairie. Fort de ce lien, les choses se mettent en place". En attendant d'obtenir enfin le Graal pour lequel il se démène depuis des années, le club continue sur sa bonne lancée puisqu’ils étaient pratiquement 200 licenciés cette année, répartis dans ses trois sections (patinage artistique, hockey sur glace et freestyle), sans compter les initiations au curling.

"Dans un mouchoir de poche"

Les jeunes patineurs sont convoqués de bonne heure ce samedi-là. Au programme, le Championnat de Monaco organisé par la Fédération monégasque. Un rite de passage obligé afin de valider chaque année les progrès réalisés et permettant l'obtention de "cristaux", ces fameux sésames pour le niveau supérieur. L’occasion aussi pour famille et amis, venus garnir en nombre les tribunes, d'admirer la glisse de leur fine lame. D'ailleurs, sur la glace aussi on a battu des records, avec 63 inscrits, répartis en douze catégories, des débutants au Nationale 2 avenirs. Soit une douzaine de plus que l'an passé, environ la moitié des licenciés de la section patinage artistique dirigée par Valérie Gallo. De quoi faire la fierté de Christine Sabbatini, la coach, et de son équipe composée de Pierre Simond, Elisa Phily, Soraya Sammari et Magda Sabbatino ainsi que de Lie-Lou, Lilly, Camille et Aure, quatre monitrices en formation et membres du club de longue date. 

Img 1365

D'autant que les progrès sont visibles, aussi bien pour les pitchouns débutants, engagés sur un parcours technique imposé, que pour les plus expérimentés, venus présenter un programme personnalisé. "Parmi les juges que nous invitons, certains reviennent d'années en années et peuvent apprécier les progrès de nos patineurs. Ils ont été très surpris du niveau, vu le peu d'heures annuelles qu'ils ont", souligne la coach satisfaite de ses jeunes protégés. "Les enfants sont dans un mouchoir de poche. Les points au niveau technique sont très proches. Tout s'est joué sur la qualité de la gestuelle, de l'interprétation musicale et du rayonnement du patineur. Et bien évidemment sur le patinage et la glisse".

Première à domicile

Mais avant de laisser place au show, une autre section du SCOM a fait son entrée en piste. L'avantage de la formule "championnat le matin, gala en fin d’après-midi", adoptée l’an dernier par le club. Pour l'occasion, un mini-tournoi de hockey a été mis en place pour les jeunes de Fabien Bonilla et Pierre Brouillard. Le tout premier - à domicile de surcroît - pour cette nouvelle génération toujours plus nombreuse. Avec deux équipes l'an dernier (une jeune et une seniors), la section en a vu une troisième se créer cette saison. "Nous avons une dizaine de jeunes entre 7 et 11 ans qui s’entraînent le samedi matin, une autre équipe d'une quinzaine de joueurs entre 13 et 15 le jeudi soir plus les seniors", précise Fabien Bonilla. 

Img 1709

Si leurs aînés participent à des tournois, les pitchouns, eux, se contentent d’oppositions en entraînements. L’absence de structure permanente ne permettant ni aux uns ni aux autres d'intégrer un championnat. Il leur serait de toute manière difficile de rivaliser avec des adversaires qui s'entraînent à l'année. "C'est pour cela que c'est important pour nous de faire un match en fin de saison. Durant la partie, j'ai entendu les enfants sur le banc qui, en attendant d’entrer en jeu, disaient 'oh, c'est fantastique les matches'", souligne Fabien, le sourire jusqu’aux oreilles. Car rien de mieux pour motiver les troupes, d’autant plus si le succès est au rendez-vous. Les petits Barracudas ont en effet battu les deux formations niçoises invitées. Difficile de croire que certains savaient à peine patiner, déraper et faire une marche arrière il y a encore quelques mois…

Le phénomène Candeloro

Erika Tanaka Csm 2019 Patinage 19

La glace libérée des crosses et palets, place au spectacle. Avec un guest d'honneur, qui n'en est pas vraiment un puisqu'il s'agit du vice-président du club (voir interview p.53). Absent l'an dernier en raison des Jeux de Pyeongchang, Philippe Candeloro a fait un aller-retour express, le temps d’une journée, pour admirer les progrès de ses jeunes licenciés. Pour leur plus grand bonheur et aussi celui de leurs parents, qui se sont succédé en quête d'un autographe ou d'une photo avant son entrée en piste.

Aux côtés de Malcolm Klein, le secrétaire général du club, ce patineur bien connu pour son franc-parler a fait de ce gala de fin d'année un véritable show. Mais surtout un moment de partage aussi bien avec les tribunes, qui n'ont pas désempli de la journée, qu'avec les jeunes patineurs. Quittant sa casquette de showman pour celle de professeur, il a délivré conseils et encouragements aux vainqueurs du championnat (épreuve matinale), revenus ce soir-là présenter leur programme solo. A l’image de Caterina Cassina, avec qui il n'a pas hésité à reprendre quelques pas, ou encore de Davide Lewton-Brain, représentant de Monaco à l'international, venu présenter son programme court. Celui-là même avec lequel il a décroché la 24e place lors des championnats d'Europe seniors (21-27 janvier, Minsk). "Il a sorti le triple lutz récemment, on va le lui demander", l'encourage Candeloro, appelant le public à taper dans les mains.

Mais il n'y a pas de gala sans ballet de groupe. Et cette année, c'est le thème de la valse qui a été choisi avec, pour les petits, une des musiques phares de "La Belle au Bois Dormant", les plus aguerris devant évoluer sur "Le beau Danube bleu" (Johann Strauss). Et c'est au vice-président qu'est revenu le mot de la fin. Rejoint par Davide Lewton-Brain et Aiden Buttiero, les deux représentants de la Fédération monégasque de patinage à l'international, le médaillé olympique a également montré qu'il n'avait rien perdu de sa superbe en reprenant son célèbre salto arrière et ses pas de D'Artagnan lors d'un petit solo. Une journée parfaite pour une fin de saison en apothéose.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos