Vol au-dessus du Port

Depuis le mois de décembre et jusqu'au 11 mars, une nouvelle activité a pris place sur le port Hercule. Grâce à la société Skydream et à la mairie de Monaco, ceux qui le souhaitent peuvent découvrir le vol en soufflerie.

En passant sur le port Hercule, il est possible de voir des personnes vêtues de jaune et de noir flotter dans un cylindre transparent. Etonnante activité que le vol en soufflerie au premier abord. Mais cette nouveauté, une première dans le sud-est de la France, et donc à Monaco, permet bel et bien de se sentir pousser des ailes. "Vous allez ressentir les mêmes sensations que si vous faisiez de la chute libre. C'est comme si vous sautiez d'un avion", lance Stéphane Mattoni, sourire aux lèvres et gérant de la société Skydream. Une machine mobile qui a ainsi pris place juste à côté de la patinoire. Ouverte depuis le 6 décembre, la soufflerie sera présente jusqu'au 11 mars. 

Voler dans un bocal

A l'image de la version mobile présente à Monaco, les professionnels de la chute libre et saut en parachute sont habitués à s'entraîner en soufflerie fixe. Un moyen de pratiquer et s'entraîner à enchaîner leurs figures tout au long de l'année. "Un saut en parachute à 4 000 m d'altitude, cela représente une minute de travail en chute libre. Et dans une journée, on va faire maximum 10 à 12 sauts par jour. Tandis qu'en soufflerie, on peut travailler 90 minutes par jour", explique Stéphane Mattoni, également moniteur/instructeur et capitaine de la Monaco Parachute Team. 

Dsc 0003

Les créneaux de vol chez Skydream sont de deux minutes. Même si cela paraît court, la débauche d'énergie est très intense. "Toutes les parties du corps travaillent car il faut résister à l'air qui est soufflé pour maintenir la bonne position", explique l'ancien "para". "Quand vous sautez d'un avion, vous rencontrez une masse d'air relative en fonction de votre position. On joue avec la résistance et on se déplace. C'est le même principe ici." Pour jouer le rôle de l'air, deux moteurs qui envoient du vent pouvant aller jusqu'à 320 km/h. De quoi aller voir ce qu'il se passe à 6 m de haut, comme le peut le cylindre de 2,20m de diamètre. Si le vol ne dure que 2 minutes, l'expérience totale atteint 1 h 30 (briefing, mise en tenue, vol, etc). 

Apport communal

Et si le projet a pu voir le jour en Principauté, c'est aussi grâce à la mairie de Monaco. "La mairie organise le projet communal junior. Un simulateur de vol faisait partie des projets de cette année et c'est nous qui avons trouvé l'emplacement", expliquait d'ailleurs Nicolas Croési, adjoint au maire, lors de la présentation de l'activité. Une belle initiative, d'autant que le projet est 100% "munegu". "Je suis d'ici et nous avions monté une société monégasque pour lancer notre idée", confie Stéphane Mattoni. Si l'emplacement ne peut les accueillir que jusqu'au 11 mars, des pistes étaient déjà à l'étude pour la suite. Notamment du côté de Beausoleil au stade du Devens, où Skydream pourrait s'installer à l'issue du 11 mars...

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos