Carré d'As

Étoiles des bassins

La natation artistique, qui compte près de quarante licenciées, continue de former des jeunes filles performantes, régulièrement récompensées par de bons résultats. Un travail de longue haleine dont une partie importante se fait au sein de la catégorie avenirs.

Les premières notes de musique semblent familières. Bien que moins angoissantes. Dans une version enfantine du célèbre thème de John Williams pour Les dents de la mer, ces demoiselles du groupe avenirs (nées entre 2007 et 2010) débutent leur séance sur la musique "Baby Shark". Et il faut les voir. Toutes petites et toutes menues, dans leur maillot noir, sourire aux lèvres malgré la difficulté des mouvements. Et on ne parle là que de leur échauffement et des premiers exercices hors de l'eau. 

Img 5300

Elles sont âgées de 8 à 11 ans. Et pourtant. Le grand écart est déjà maîtrisé, la position du carpé travaillée grâce à l'espalier, où les "Raies Manta", comme on les appelle au club, y bossent aussi bien la tenue de la pose que leur ceinture abdominale. "Ce sont des choses sur lesquelles on doit les faire travailler, que ce soit la souplesse, le gainage, mais aussi les appuis, car sans ça, même si elles ont les positions, sans appuis, on n'arrive pas à avoir les hauteurs ensuite, ce qui est l'un des critères de notation des juges", précise Valérie Rodriguez, responsable de la natation artistique à l'AS Monaco natation.

Le groupe avenirs, la base de tout

Discipline très codifiée et difficile d'accès, celle que l'on appelait autrefois la natation synchronisée demande avant tout un investissement sans faille, comme tous les autres sports aquatiques. Et pour y débuter, il faut déjà avoir un certain niveau en nage, comme l'explique la responsable. "On les prend à partir de 5-6 ans avec de bonnes habiletés dans l'eau parce que c'est un sport complexe et il ne faut pas qu'elles se démotivent." D'autant qu'avant de pouvoir entrer en compétition, ces demoiselles (même si la discipline tend à s'ouvrir de plus en plus aux hommes) doivent franchir différents paliers. 

Img 5388

"Il faut d'abord passer par le Sauv'nage, puis le Pass'Port de l'eau et enfin le Pass'Compétition." Une fois cela validé, les pratiquantes de la natation artistique doivent débuter et valider des cycles de formation avec les synchronats découverte (minimum pour intégrer la catégorie avenirs), d'argent et or. Des cycles visant à valider l'entrée en compétition. "C'est la condition pour avoir accès aux compétitions de performance. Chacun de ces cycles permet d'accéder à des compétitions de différents niveaux en fonction des catégories d'âge.

Un travail qui paie sur le court et long terme

Pour réussir à valider toutes ces étapes et s'ouvrir, à terme, les portes des compétitions de haut niveau, les petites coachées par Valérie Rodriguez ont un programme d'entraînement drastique disséminé sur l'ensemble de la semaine. "Pour ce groupe de Raie Manta, qui évolue dans la catégorie avenirs (8 à 12 ans), on est sur 10 voir 12 heures d'entraînement par semaine pour les plus grandes du groupe, avec des séances particulières, comme le mardi où elles font de la natation pure avec Gilles Oncina. Le mercredi, c'est danse et gym, afin de les préparer à l'épreuve du parcours gymnique du synchronat d'argent et or et leur faire travailler la souplesse.

Img 5489

Des séances variées, qui permettent aussi de travailler plus efficacement le lundi et le jeudi, où, deux heures durant, les jeunes filles enchaînent, travaillent hors et dans l'eau. "Tout ce que l'on travaille hors de l'eau est là pour aider les nageuses à fixer les comptes, les positions et à tenir les hauteurs une fois dans l'eau. Que ce soit le grand écart ou les postures carpées, queue de poisson par exemple, c'est plus facile à comprendre en le faisant d'abord en extérieur avant de les exécuter dans le bassin.

Img 5986

Car une fois dans l'eau, il faut reproduire ces figures tout en se déplaçant, mais aussi en effectuant la chorégraphie prévue sur une musique, préalablement répétée sur la plage (partie hors eau adjacente au bassin). Pour ce faire, les haut-parleurs sous l'eau diffusent la musique, et les filles apprennent à compter, souvent à l'aide d'une barre métallique sur laquelle leur coach frappe en rythme. Un bon moyen de les préparer aux grandes échéances qui les attendent chaque saison. 

Img 6014

"Elles préparent déjà des compétitions en duo et équipe en visant les championnats de France N3 (niveau maximum pour la catégorie avenirs) et doivent valider au minimum le cycle de formation synchronat d'argent avec l'objectif d'atteindre la finale nationale des avenirs pour les nageuses nées en 2008 et 2007. On vise aussi une qualification en finale nationale jeunes. Pour ce niveau de pratique, l'obtention du synchronat d'argent est obligatoire et les 4 meilleures nageuses solistes et techniques de chaque inter-région se qualifient par année d'âge lors des championnats de France N3 puis concourent pour cette finale. Depuis 3 ans, on a toujours une nageuse de qualifiée chaque saison, donc on espère en avoir une cette année." D'autant que ces demoiselles ont à leurs côtés les juniors (photo ci-dessous) de Lucero Fosado Neeld, qui représentent pour elles un modèle à suivre ainsi qu'un bel exemple de performance.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos