Dossier

AS Monaco natation synchronisée : l'élégance aquatique

Après un passage de trois ans dans le centre d'entraînement de Chenôve en Bourgogne, d'où elle est originaire, elle a posé ses valises à Monaco. "Ça fait une dizaine d'années que j'entraîne à Monaco. Au départ, je suis venue parce que la présidente, madame Lambin-Berti, n'avait plus d'entraîneur et m'a demandé de dépanner. Finalement, je suis restée." 

Licenciée à Monaco et responsable de la section natation synchronisée, elle relance le club de Nice. "J'y forme des entraîneurs et je passerai la main petit à petit."

Le geste libre

Fin de la séance dans l'eau. "Il faut vérifier que la chorégraphie s'accorde bien avec la musique", glisse Chantal en allant brancher la sono. À notre grand étonnement, c'est une Clarisse d'un mètre quatre-vingt qui se hisse hors de l'eau. "Tu dois être la plus grande de ta classe, non ?", demande-t-on. "Eh bien non, il y en a une qui me bat !", s'exclame la demoiselle. 

Observée par son entraîneur, elle entame cette fois un ballet de bras. Sur le sol, elle répète ses déplacements et imite le mouvement des jambes en battant des bras et des mains. Chantal ne laisse rien au hasard, la coupe, lui demande de recommencer. 

Elle affûte chacun des gestes précis et gracieux de Clarisse. Pendant cette semaine de stage, elle est à l'eau tous les jours, de 13 heures à 18 heures. N'est-ce pas trop long ? "Trop long, non. Dur, oui", avoue la jeune fille aux yeux clairs. "Mais ça nous permet de nous exprimer dans l'eau. Nos gestes sont libres, ça fait du bien."

Publié le

Page 2/2

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos