Claude Eyraud  "On participe  à la respiration de l'événement"

Claude Eyraud est une figure bien connue des runners de la Principauté. Coureur émérite, il photographie aussi ceux qui avalent les kilomètres. Notamment sur la majeure partie des courses où des licenciés de l'AS Monaco Athlétisme prennent le départ.

Avec 549 courses au compteur, Claude Eyraud n'en est pas à sa première danse. Ancien du Crédit Agricole, choisir la succursale de Monaco était pour lui "un choix naturel".

 Avant d'y être client, vous avez également travaillé au Crédit Agricole ?

J'ai commencé à la Banque Commerciale pour l'Europe du Nord qui est une banque russe de 1962 jusqu'en 1969. Ensuite, je suis parti travailler en Suisse, où j'ai commencé à courir. J'ai quitté Genève pour travailler dans une banque américaine à Paris. Que j'ai quitté pour rentrer au Crédit Agricole. Puis je suis retourné à Genève chez Peugeot PSA International. Connaissant l'esprit coopératif du Crédit Agricole, c'était naturel d'y venir.

Qu'est ce qui vous a plu dans la course à pied à votre arrivée à Genève alors que vous faisiez du vélo avant d'y vivre ? 

Ce sont des efforts différents mais longs. C'est beaucoup d'endurance de toute façon. Moi je ne suis pas un sprinter. Celui qui ferait du 100 m évidemment, mais quand vous faites 6-7 heures de vélo... Je faisais des 100 km (à pied), il fallait courir pendant plus de 11 heures. C'est un effort long et lent. Et puis comme je dis, c'est aussi fraternel, convivial, il y a toute une équipe tout autour. On s'auto-stimule les uns les autres. On voit ça comme un sport individuel, mais peut-on parler d'individualisme quand on court aux côtés de milliers d'autres personnes ? Vous êtes dedans, vous participez à la respiration, à la vie de cet événement.

2010 08 22 0491 Modifie 1

Maintenant, en plus de la course, vous avez cet attrait pour la photo et vous suivez beaucoup l'AS Monaco Athlétisme et les événements de la Fédération Monégasque d'Athlétisme ?

J'ai toujours aimé la photo. J'avais fait une ou deux photos de courses à Evian, il y a très très longtemps. J'ai toujours aimé faire quelques photos, mais c'était difficile de les publier. Avec Facebook, c'est devenu beaucoup plus simple. Sur certaines courses, je cours puis je vais à la voiture chercher mon appareil. Pour l'AS Monaco, je fais tout ce qui est sur piste, les départementaux et régionaux d'athlétisme. Et s'il y a une place pour se joindre à un événement comme à Saint-Galmier (championnat de France de Cross), je suis partant. J'avais demandé s'il y avait une place pour moi et ils avaient dit oui, et puis j'ai renoncé, je ne pouvais pas, je ne supporte plus les voyages en voiture. J'aime bien aller avec eux, c'est le but principal en fait.

Course, photo, vous voyez-vous fairecela encore longtemps ?

Il n'y a pas d'échéances, pas de fin programmée. Si je ne peux pas courir, je continuerai à faire des photos. Je pourrais toujours faire quelques randonnées peut-être. C'est quand je regarde la carte d'identité que je vois la date de naissance et que je constate que je vais avoir 76 ans dans quelques semaines. Je ne me sens pas vieux dans l'esprit. Le corps, c'est plus difficile.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos