ESVL muscu-gym : l'union a fait leur force

L'haltérophilie, "sport de vérité" pour les jeunes

Parmi la "population" des haltérophiles, qui s'élève à 80 personnes (dont 17 féminines), les moins de 18 ans sont très largement majoritaires. Un constat plutôt étonnant, vu de l'extérieur. Mais tout ce qu'il y a de plus logique quand on écoute Jean-Paul Bulgaridhes.

"Nous avons la chance d'avoir Jean-Paul Fasulo, qui a été champion de France cadets, juniors et seniors, et qui est professeur d'EPS au collège Romée. Il a un très bon contact, il fait découvrir notre sport à beaucoup d'élèves", assure celui qui a occupé la présidence de la Fédération française d'haltérophilie, musculation, force athlétique et culturisme (FFHMFAC) pendant douze ans (il n'a pas réussi à obtenir un quatrième mandat en mars 2013) et qui fait partie des instances nationales depuis près de quatre décennies.

Img 5629

"Certains ados manquent parfois de repères. Il en trouvent dans ce cadre, on leur donne envie de s'investir dans quelque chose. L'haltérophilie, c'est un sport de vérité. Vous voyez immédiatement de quelle manière vous progressez."

"Pas plus dur qu'une autre discipline"

Ancien conseiller technique fédéral de La Réunion, Steeve Portelli est aujourd'hui le coach de l'ESVL. Il veille à la progression des 18 Villeneuvois engagés en séries nationales, mais aussi des plus petits.

"Chez nous le plus jeune a dix ans. A cet âge-là, il faut évidemment rendre les séances ludiques. On travaille plus sur la coordination et la souplesse. Il n'y a quasiment pas de poids sur les barres.", résume l'entraîneur, présent à la salle sept heures par jour à la salle.

Img 5697j

"L'haltérophilie, ce n'est pas plus dur qu'une autre discipline. D'une année à l'autre, il y en a peu qui abandonnent. Après, certains se destinent à la compétition, alors que d'autres préfèrent pratiquer en loisir."

Au sommet de la pyramide nationale

La méthode villeneuvoise porte en tout cas ses fruits. Lors de la saison qui vient de s'achever, l'ESVL a terminé en tête du classement du championnat de France Elite et du Grand prix fédéral.

Img 5656

Avec, notamment, un champion de France junior Elite (Alexis Boucher, photo ci-dessous), des podiums féminins chez les jeunes (pour Catherine Richet, photo ci-dessus, et Ambre Dulio en cadettes, et Emmanuelle Ronco chez les juniors) et une deuxième place en Nationale 1A pour son équipe senior féminine (Estefania Juan Tello, Marie-Eve Beauchemin, Chloé Mamone, Emmanuelle Ronco, Meggy Cadet), l'Etoile sportive s'est encore enrichie de "quelques" trophées.

Nia Filles

Img 5688

"Je suis très satisfait parce qu'on a atteint les objectifs qu'on s'était fixés. Maintenant, il faut maintenir ce niveau d'exigence et se projeter vers d'autres échéances", indique Steeve Portelli.

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos