Après l'Europe, les Mondes dans le viseur

Plusieurs jeunes licenciées de Femina Sports étaient présentes aux championnats d'Europe de gymnastique acrobatique à Riesa en Allemagne (25 septembre - 4 octobre). Trois d'entre elles ont raté de peu les finales.

La gymnastique monégasque se porte bien. Si l'on retrouvera des gyms de Femina Sports et de l'Étoile de Monaco aux prochains championnats du monde de GAM à Glasgow à la fin du mois (23 octobre - 1er novembre), neuf des jeunes filles entraînées par Kimberly Arnulf étaient présentes lors des championnats d'Europe de gymnastique acrobatique à Riesa, en Allemagne. 

Une belle expérience pour ces demoiselles qui représentaient la France mais aussi Monaco. Trois trios étaient ainsi sur le pont de la cité de la Saxe. Pénélope Fresko, Eva Arnulf et Emma Levaillant (11-16 ans) sous les couleurs monégasques et Eléonore Ré, Julia et Kiara Galati (11-16 ans) ainsi que Maud Voituret, Sabrina Dasilva et Maëva Desplat (12-18 ans) pour la France. 

Les finales n'étaient pas loin

Le niveau était assez relevé sur ces championnats d'Europe. Si quelques nations se sont particulièrement distinguées (Belgique, Grande-Bretagne, Israël, Portugal, Allemagne, Russie), certaines mettant leurs deux groupes dans le top 10, le trio français des 11-16 ans n'est pas passé loin de la finale. "Elles ont terminé à la 13e place mais elles étaient première réserve", note Kimberly Arnulf, la coach responsable de Femina Sports. Une première réserve qui s'explique par le fait qu'un pays ne peut avoir qu'une seule équipe qualifiée pour la finale (huit places disponibles). "Elles sont à un dixième de pouvoir rentrer en finale. On est presque au niveau de ces finales européennes, il faut donc le prendre positivement pour la suite."

Côté Monaco, le trio formé il y a tout juste un an par Pénélope Fresko, Eva Arnulf et Emma Levaillant a réussi un très bon passage sur la partie dynamique, où "elles se classent 17es. Mais sur le statique, elles ont commis une toute petite erreur puisqu'il leur a manqué une petite seconde sur leur pyramide", précise Kim Arnulf. Une faute qui leur fait perdre trois dixièmes, ce qui est synonyme de 5 à 6 places de moins au classement final.

Pour sa dernière année ensemble, le trio Français de Femina Sports en 12-18 ans a terminé à la 24e place. "Elles ont fait le job et se sont bien comportées. La voltigeuse a beaucoup grandi, donc on doit reformer un nouveau groupe.

La Chine dans le viseur

Il n'a donc pas manqué grand chose aux jeunes filles accompagnées par Kim Arnulf, mais aussi Yannis Odru et Rémi Chal Debauvais, pour faire mieux. "Pour le trio qui est à un dixième de la finale, elles ne s'étaient pas rendues compte qu'elles avaient ce niveau. On a du mal à faire des compétitions ou des meetins pour des problèmes de budget, donc elles ont du mal à se situer dans un classement, alors que les autres pays sont sur tous les meetings", précise la coach. 

Cependant, le bilan de ces championnats d'Europe reste positif et fait basculer les filles "dans une nouvelle ère. Elles sont dorénavant convaincues que c'est possible. On va donc mettre en place un travail spécifique pour accéder à des finales européennes en vue de 2017." Cependant, avant cela, il y aura les championnats du monde en Chine en mars 2016. Et si tout ce petit monde va travailler d'arrache-pied pour se rapprocher au plus près des finales, il y aura une nouveauté par rapport à Riesa.

"En Chine, on va également présenter sous les couleurs monégasques un duo mixte, Elie et Sarah Seggiaro, qui sont frère et sœur. Ce sera leur première compétition international mais c'est un duo prometteur qui pourrait également représenter Monaco aux prochains Jeux Olympiques de la Jeunesse à Buenos Aires (Argentine, en 2018. Ils doivent apprendre beaucoup de choses dans les prochains mois et acquérir de l'expérience", note Kim Arnulf. 

Quoi qu'il en soit, le club dirigé par la présidente Solange Ragazzoni a encore  de belles heures devant lui. 

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos