Trophée du Rocher : et de 5 !

L'AS Monaco danse sportive et Monaco Rock and Danses ont organisé ce samedi, à l'Espace Léo Ferré, la 5e édition de leur compétition annuelle. Avec 115 couples de danseurs de 6 à 80 ans, la manifestation est devenu un incontournable du calendrier sportif des danseurs.

Il en a gagné du galon, le Trophée du Rocher. Né il y a cinq ans, ce qui était alors la première compétition officielle jamais organisée par l'AS Monaco Danse Sportive s'est aujourd'hui transformé en une étape majeure du calendrier sportif de bon nombre de danseurs et de danseuses. Pour la plus grande satisfaction de sa  présidente Mirella Piano. "La première année, on ne s'attendait pas à un tel succès. Puis, on a vu que les gens étaient contents parce qu'on les accueillait bien, qu'on les mettait dans de bonnes conditions, avec une belle piste de danse.  On est contents parce que ça c'est confirmé au fur et à mesure", souligne Mirella Piano, "Et ce qui est bien, c'est que le mot dans le milieu, le mot qui passe, et le Trophée du Rocher devient une compétition recherchée. De par sa localisation à Monaco, mais aussi de par sa salle. C'est l'une des rares compétitions en France qui ne se fait pas dans un gymnase".

Man 9035

Cette année, ils étaient encore plus d'une centaine à se réunir sur la piste de danse de l'espace Léo Ferré. Des danseurs venus des quatre coins de France. "Nous avions des personnes de Colmar, de la vallée du Rhône, de Grenoble, Toulouse, Paris.. Un peu de toute la France, mais aussi d'Italie", souligne Mirella Piano, très satisfaite du plateau de cette 5e édition. "La qualité des compétiteurs présents cette année a augmenté. On a eu beaucoup de jeunes, dont notamment un finaliste aux championnats du monde, un Youth qui a 16 ans. On a eu aussi la chance d'avoir l'école d'Ajaccio d'Alizée et de Grégoire Lyonnet, qui étaient présents et qui sont venus avec 11 de leurs couples d'un très bon niveau aussi."

Une deuxième place pour Olivier Borzillo et Julie Bordonnat

Man 8941

Toute l'après-midi, sous les yeux d'un public venu encore nombreux cette année, les catégories d'âge et de niveaux se sont succédé sur la piste de danse, sur des "danses latines" (samba, chacha, rumba, paso doble, jive) et/ ou "danses standards" (valse lente, tango, valse viennoise, slow fox, quick step). Des débutants aux plus confirmés, venus pour la plupart grappiller des points, puisque comme chaque année, la compétition était organisée sous l'égide de la Fédération française de Danse. "Les couples de compétiteurs doivent faire au moins 5 compétitions dans l'année scolaire pour monter de niveau. Ils se déplacent en fonction des endroits, de la qualité de la compétition, des juges.... Et nous, on commence à rentrer dans celles qui sont agréables à faire", rappelle la présidente, qui avait également quelques couples engagés sur cette compétition. 

Man 8700

Ils étaient six au total. "Nous avions deux couples de danseurs confirmés, un en senior - Gilles et Marion Montandon - qui a terminé 4et un en catégorie "adulte", Olivier Borzillo et Julie Bordonnat, qui a terminé second (en danses standards). Et nous avions également un duo juvénile et 3 en juniors qui, pour la plupart, participaient là à leur première compétition", souligne Mirella Piano, très satisfaite des résultats de ses protégés, et qui donne déjà rendez-vous à tous le 9 janvier 2021.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos