Liz Junio, maillot jaune du coeur

Licenciée à l'UC Monaco, Liz Junio a récemment participé au Tour de Force. Un Tour de France pour les amateurs désireux de rouler pour la bonne cause mais aussi et surtout, se faire plaisir.

Ils étaient une centaine à participer à ce Tour de Force 2017. Parmi eux, Liz Junio. D'origine luxembourgeoise, cette accro du vélo est licenciée à l'UC Monaco depuis plus de trois ans. Femme de défi et de cœur, le 24 juin dernier, elle s'est élancée des Vosges, dans le Nord Est de la France, avec pour objectif parcourir et gravir toutes les routes et montagnes que les Christopher Froome, Romain Bardet et autres grands noms de la discipline ont emprunté par la suite pour le Tour de France. Même dans la difficulté, elle n'a jamais lâché.

Fullsizerender  1

"Le mental est très important"

Du massif des Vosges en passant par le Jura, les Alpes, le Massif Central et les Pyrénées, en moins d'un mois, Liz Junio aura parcouru 3 540 km répartis en 21 étapes. "C'était une belle aventure, même si ça n'a pas toujours été facile. Le mental est très important pour pouvoir tenir", concède la Luxembourgeoise. "Nous avions 10 à 12h pour boucler une étape. Et il y a eu des jours où les conditions météo ne nous ont pas toujours facilité la tâche. Dans le Jura notamment, nous avons souffert. Il pleuvait et il faisait froid, j'étais complètement frigorifiée, surtout les doigts. Je n'arrivais pas à enfiler des vêtements secs. Certains ont d'ailleurs abandonné." Mais heureusement, dans la difficulté, la sociétaire de l'UC Monaco qui a choisi d'effectuer ce Tour de Force seule, a pu trouver de la solidarité dans l'effort.

Img 4299

"Il y avait une bonne ambiance. J'ai reçu beaucoup de soutien qui m'ont permis d'aller au bout." Si le mental était de mise, il est évident qu'une bonne préparation physique l'était également. Ne fait pas le Tour de France qui veut. "Je parcours environ 12 000 kilomètres par an. Ce qui nous revient à 250 par semaine à peu près. Mon mari est moi ne partons jamais sans nos vélos. Et puis il y a aussi mon coach particulier qui me remet chaque semaine un programme", souligne la cycliste. "Même si c'était parfois difficile on finit par s'habituer. On se lève le matin, on prend son vélo et on repart."

Une arrivée sur les Champs Elysée

20375860 1849611742023065 5162666764984618672 N

Liz Junio aura donc pu compter sur son mari Richard, mais aussi sur ses amis cyclistes de  l'UC Monaco pour l'accompagner sur les routes. "Mon mari ainsi que des membres du club sont venus pour rouler avec moi sur certaines étapes. Comme sur celle qui reliait Embrun à Salon-de -Provence." Liz Junio peut être fière de ce qu'elle a accompli quand on sait combien souffrent les professionnels sur le Tour. À son retour, c'est devant sa télévision qu'elle revivait ce magnifique périple avec cette fois de vrais pros sur la selle. "Je reconnaissais des endroits. Comme par exemple des escaliers où j'avais fait une pause. Et parfois lorsque j'en voyais un qui peinais, je me mettais à le soutenir en disant, si j'ai réussi à le faire, tu peux le faire aussi."

Fullsizerender  2

Après avoir grimpé 48 804 mètres de dénivelé positif, passé plus 170 heures sur son vélo, consommé 78 583 kcal, c'est sur les Champs Elysée, au pied de l'Arc de Triomphe que la Luxembourgeoise a posé pied à terre et clôturé son premier Tour de Force. "Je suis fière d'avoir relevé ce défi". À 52 ans, Liz Junio a encore beaucoup de kilomètres devant elle, alors bonne route !

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos

Pour la bonne cause

Un événement organisé chaque année depuis 2012 par la famille du jeune William Wates, tué en 1996 en Amérique du Sud alors qu'il avait décidé de prendre une année sabbatique à l'issue de ses études. "Ses proches ont décidé de créer la fondation William Wates Memorial Trust qui aide les jeunes issus des milieux défavorisés par l'art, le sport et l'éducation à se tenir éloigné du crime et de la violence", explique Liz Junio. Pour participer à ce Tour de Force il ne suffit pas simplement de payer son inscription. Au-delà du purement sportif, l'engagement est aussi moral et financier. Chaque participant se devait de récolter un minimum de 3 000 livres pour prendre prendre le départ. Première mission accomplie pour Liz Junio qui en a récolté 3 543. L'aventure pouvait donc commencer.