Rudy Rinaldi : "on a réussi à garder la forme physiquement"

La saison de bobsleigh s'est récemment achevée pour Rudy Rinaldi et son équipe de la Monaco Bobsleigh Team. À Monaco pour quelques mois, l'heure est au bilan, mais les pensées déjà tournées vers l'avenir.

Après une tournée de cinq mois sur les pistes de la Coupe d'Europe et du Monde, Rudy Rinaldi est de retour sur le rocher. De l'Allemagne en passant par le Canada pour finir en Corée du Sud, le pilote du Monaco Bobsleigh Team revient sur cette saison marquée de satisfaction, entachée tout de même de quelques déceptions. Il évoque également avec nous les objectifs du calendrier 2017-2018, mais aussi sa collaboration avec Boris Vain en bob à 2.

La saison a plutôt bien commencé avec une troisième place en Coupe d'Europe...

De manière générale, la saison s'est plutôt bien passée dans son intégralité. On en retire beaucoup de positif malgré quelques déceptions. Mais c'est vrai que nous avons fait un bon début de saison en Coupe d'Europe à Konigsee en Allemagne. Le niveau était très relevé. Nous avons terminé sur le podium aux côtés du triple champion du monde, l'Allemand Francesco Friedrich. C'était une belle performance. C'est aussi en Coupe d'Europe que nous avons fait notre premier top 10 à 4 avec Killian Cabioch, Thibault Demarthon et Boris Vain.

Les débuts en Coupe du Monde semblent avoir été plus compliqués ?

Les deux premières courses ne sont pas très bien passées. Nous avons débuté sur des pistes assez compliquées qui demandent beaucoup d'expérience. On ne les a pas faites en bob à 4 pour cette raison d'ailleurs. Nous avions fait de bons entraînements, mais ça ne s'est pas vraiment déroulé comme on l'espérait avec Boris. À Whistler, au Canada, je termine 15e avec une bonne deuxième manche où je fais le dixième meilleur temps alors que j'avais fait vingtième à la première. On était capable d'atteindre le top 10. Si je devais garder quelque chose de positif, je garderais ça. Et puis à Lake Placid aux Etats-Unis, je fais 14e.

Img 4043

Les résultats ont été un peu en dents de scie cette saison, quelle en est la raison ?

Les deux manches de début de saison ont compliqué les choses. Cette année à chaque Coupe du Monde, nous avions un mauvais départ. Les dix premiers sont tirés au sort et après tout dépend des résultats des courses précédentes. Je partais souvent en 22, 23 ou en 24e position. Les conditions sont moins bonnes. La glace n'est plus la même que pour les premiers partants. L'ordre de départ est très important. Les premières manches étaient souvent moins bonnes que les secondes pour cette raison. L'année prochaine, nous voulons vraiment faire des bonnes performances dès le début pour partir dans les dix premiers à chaque course.

Quelle est votre plus grosse déception cette saison ?

C'est sûrement la dernière course de la saison qui se déroulait sur la piste olympique de Pyeonchang. On est parti quasiment trois semaines là-bas. Pendant deux semaines, les entraînements se sont bien passés. On a réussi à garder la forme physiquement jusqu'à la fin de la saison. On avait le meilleur chrono aux deux entraînements. On s'attendait donc à faire une performance. Mais c'était vraiment la semaine de trop. Pendant deux semaines, les entraînements se sont bien passés. On a manqué notre poussée. Je n'ai pas réussi à replier ma barre de poussée. On a fait 22e à un centième du top 20, donc on n'a pas pu faire la deuxième manche. C'est vraiment ma plus grosse déception. Surtout après une saison à s'accrocher, c'est vraiment difficile de s'arrêter là-dessus.

Img 4235

Un nouveau bobeur a intégré l'équipe cette saison. Il s'agit de Killian Cabioch, comment s'est passée son intégration ?

Ça s'est bien passé pour lui. Il a participé à une manche de Coupe d'Europe avec nous à Saint-Moritz. Il n'a pas eu de problème à s'adapter. Il s'est donné à 100 %. On l'a gardé avec nous le reste de la saison en tant que remplaçant. Il faisait tous les entraînements et surtout, il a vu comment ça se passait en Coupe du monde et le niveau qu'il faut avoir. Ça lui a donné envie de continuer et je pense que cet été, il va bien s'entraîner pour repartir avec nous la saison prochaine.

Vous pratiquez le bob à 2 avec Boris Vain, a-t-il toujours pour projet d'arrêter votre collaboration pour rejoindre l'Équipe de France ?

Finalement, Boris a décidé de faire une croix sur l'Équipe de France et les Jeux Olympiques. On a le même âge et on a commencé ensemble. Les Jeux, c'est tous les quatre ans. Donc il préfère se consacrer à la Coupe du Monde avec moi. Il y a de la complicité entre nous et c'est un atout de plus pour notre duo, je pense. C'est difficile de trouver quelqu'un qui a la même force et la même rapidité que vous.

Img 4108

Comment préparez-vous la saison à venir ?

J'ai un mois de vacances. Après j'attaque la préparation physique de mai à septembre. Tout ce qui est préparation physique (athlétisme et haltérophilie) ce sera à Monaco et une fois par mois pendant une semaine, on ira en Italie ou en Allemagne pour travailler sur la glace. Là-bas, il y a des infrastructures couvertes. Toutes les équipes s'entraînent comme ça.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos