De l'argent et des promesses

Engagée comme chaque année aux Championnats du Monde d'aviron de mer, la Société Nautique de Monaco a emmené plusieurs équipages à Thonon-les-Bains les 13, 14 et 15 octobre derniers. Avec, notamment, une médaille d'argent à la clé.

Un lac qui s'étend à perte de vue. Une eau qui finit par tutoyer le ciel à l'horizon. Pas de vague, seuls quelques remous provoqués par les nombreux coups de rames. Au milieu de tout ça, des centaines de rameurs donnant le meilleur d'eux-même pour aller chercher une place sur le podium. C'est le spectacle qui a eu lieu dans l'extraordinaire cadre du lac Léman du 12 au 15 octobre derniers. Thonon-les-Bains accueillait les Championnats du Monde d'aviron de mer, compétition qui avait eu lieu l'an dernier à Monaco. Et dans laquelle la Société Nautique de Monaco a ses habitudes puisqu'elle est normalement réservée aux clubs.

 Après deux titres ramenés de Lima, au Pérou, en 2015, et une édition maison en 2016 (un podium en double), la motivation était forte cette année. Une motivation également renforcée par le nouvel entraîneur de la SNM, Daniel Fauché. "Monaco est performant en Championnat du Monde d'aviron de mer depuis quelques années, mais à Thonon, les courses se déroulent sur un lac, ce qui ne va pas avantager nos rameurs. Et comme la compétition a lieu en plein milieu de l'Europe, la concurrence sera féroce." Et l'ancien membre de l'équipe de France avait vu juste.

Tout le gratin était présent

Quatre jours durant, plus de six-cent rameurs se sont ainsi affrontés sur les eaux partagées par la France et la Suisse. Ils étaient exactement 617 pour 32 nations représentées, soit un peu moins que les 700 qui s'étaient rendus en Principauté il y a un an. La Société Nautique de Monaco comptait quant à elle 6 embarcations pour 15 rameurs et 2 barreuses. Chine, Japon, France, Suisse, Brésil, Hongrie, Monaco, Suède, autant de nations venues du monde entier parmi les 32 présentes. 

Img 1381

En solo, double ou quatre barré, c'est donc sur un circuit de 6 000 mètres que toutes et tous ont sorti les rames pour aller chercher le meilleur classement possible. Et les ambitions monégasques n'étaient pas revues à la baisse malgré un plateau des plus relevés. "La Fédération Internationale permet que des gens qui ne sont pas du même club puissent ramer ensemble. Nous, il n'y a que des rameurs de Monaco. C'est un choix. Parce que si on court pour le club de Monaco, c'est bien que ce soient des licenciés de la SNM qui soient au départ", détaille Daniel Fauché.

Page 1/2

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos