Les sportifs gardent la forme

Malgré le confinement, les sportifs monégasques ne perdent pas le nord. Dans un garage, sur un balcon, au milieu du salon, ils s'adaptent et s'entretiennent physiquement en attendant de pouvoir retourner fouler les terrains, pistes et autre terrain d'expression dont ils ont l'habitude.

Les athlètes de la Principauté de Monaco ne manquent pas d'imagination. Ni de conseils. Confinés chez eux, respectueux des règles, cela ne les empêche pas de continuer à travailler, physiquement, notamment, durant cette période où le sport est partiellement remisé au placard. Et ce malgré l'incertitude concernant les compétitions à venir (les championnats amateurs de handball, volley et rugby ayant déjà été gelés).

Capture D Ecran 2020 03 27 A 16 43 02

Il suffit de jeter un œil aux réseaux sociaux pour s'en convaincre, ou tout simplement s'en rendre compte. Ils ton nombreux à partager leurs séances à leurs ''followers''. Et certains font preuve d'inventivité lorsqu'il s'agit de corser un exercice, à l'image de la toujours pétillante Charlotte Afriat, violoncelle sur les épaules pour hausser la difficulté sur une séance de squatts ou pour la rendre plus exotique. 

Capture D Ecran 2020 03 27 A 16 40 58

"Je cherchais une idée un peu originale pour faire ma séance et quand j'ai vu le violoncelle, je me suis dit 'pourquoi pas'. Mais c'était vraiment pour sortir de l'ordinaire car niveau poids, il ne pèse que quatre kilos, donc ça n'a pas ajouté une grande difficulté à l'exercice, " confie, rieuse, la jeune fille de 17 ans, qui a d'ailleurs trouvé le moyen de continuer à courir. "Je m'exerce dans le parking, et tout le reste c'est à la maison.

L'adaptation comme maître-mot

Au fil des mesures de confinement de plus en plus drastiques afin d'endiguer la propagation du virus, les clubs de la Principauté ont fait eux aussi évoluer leurs programmes d'entraînement au gré des fermetures des enceintes sportives, comme le détaille Frédéric Choquard, de l'ASM athlétisme. 

Capture D Ecran 2020 03 27 A 16 45 24

"Au début, j'ai préparé un programme sur nos lieux de replis habituels en adaptant au mieux les séances (à ce moment là, seuls les rassemblements étaient interdits). Ils faisaient alors leurs séances seuls, afin de les responsabiliser mais aussi de respecter les consignes pour ne pas se regrouper. Il n'était pas question de donner un mauvais exemple. Lorsque les mesures se sont durcies (confinement), il n'était alors plus possible de sortir et chacun a dû trouver le moyen de travailler dans le cadre de son lieu de vie. Pour la course, ça devient compliqué mais ils peuvent continuer à faire du travail de musculation chez eux." 

Img 20200320 Wa0006

Du côté des jeunes basketteurs de l'AS Monaco coachés par Ludivine Fraget, la donne est la même. Difficile pour les sports co de s'entraîner depuis le départ, les regroupements ayant rapidement été interdits. Aidés par leur préparateur physique, Alexandre Lacour, les jeunes loups monégasques disposent d'un programme quotidien réalisable à la maison. 

Img 20200323 Wa0009

"C'est compliqué parce qu'on ne sait pas trop de quels espaces ils disposent , mais le préparateur physique leur fait un programme, quotidien, avec gainage, abdos, pompes, et un parcours training pour qu'ils gardent un peu de forme", glisse de son côté Ludivine Fraget. Les plus chanceux disposant d'un jardin, à l'image de Kevin Pimbley, du Monaco Beach-Tennis (actuellement à la Réunion), peuvent profiter d'un extérieur pour continuer de pratiquer leur discipline.

Whatsapp Image 2020 03 21 At 17 31 14  2

Pour les habitués de la course, il a d'ailleurs fallu revoir les priorités et certains ont trouvé de quoi compenser en changeant de pratique, à l'image de Benjamin Niel, gymnaste devenu pompier. "J'ai l'habitude d'aller courir mais pour compenser, je me suis mis à la corde à sauter. J'alterne entre des sessions de corde et des abdos, ou 45 minutes de corde, ce qui permet de travailler les membres inférieurs et la ceinture abdominale." Le tout depuis son appartement bien entendu. 

Travailler avec les moyens du bord

Confinement oblige, c'est à la maison que ce travail d'entretien physique s'effectue. Et c'est là qu'il faut savoir s'adapter à son environnement. "Sur leur travail de musculation, ils peuvent faire des squatts avec des charges supplémentaires sur eux. On a ajouté l'exercice de la chaise et on a aussi mis en place des exercices type burpees, du travail de fente pour combler le manque du chariot (les sprinteurs poussent habituellement un chariot lesté de poids). Il faut s'adapter à son espace, qu'on soit en maison ou appartement. Il y a aussi beaucoup de travail d'abdos et de gainage", glisse Frédéric Choquard. 

Image00001

Chez les gymnastes, on s'adapte aussi en fonction de son espace et du matériel dont on dispose. Alors que le Top 12 est pour le moment repoussé, les étoilistes s'entretiennent comme ils peuvent. Paul-Alexis Ranc s'est installé des anneaux sur son balcon, de quoi lui permettre de travailler ses figures à l'équilibre. De son côté, Thierry Aymes, le coach de l'Étoile, a installé un peu de matériel chez lui aussi, où il veille au grain des entraînements de son fils, Lorenzo, lui aussi membre de l'équipe de Top 12. 

Capture D Ecran 2020 03 27 A 16 41 50

Des gymnastes, de l'étoile comme du Femina, qui ne manquent pas d'inventivité sur les réseaux sociaux pour se lancer des défis en tout genre (voir encadré) où leur pratique de la gymnastique est mise à l'épreuve. Les réseaux sociaux sont d'ailleurs un bon réservoir pour observer les entraînements des sportifs monégasques. Les sœurs Caussin-Battaglia, Lisa (jetski) et Coline (aviron), ne sont pas en reste, leur balcon étant devenue une salle de sport ambulante. De quoi allier prise de vitamine D et activité physique. 

Attention à l'excès

En cette période où le maître-mot des sportifs est de garder la forme, difficile d'avoir une visibilité sur l'avenir et le retour des compétitions. Le but est donc de perdre le moins possible les bénéfices du travail effectué jusque-là. "Le tout est de garder une petite forme générale", résume ainsi Ludivine Fraget, dont les joueurs peuvent difficilement travailler techniquement, à moins de prendre part, si l'espace le permet, au #ThrillChallenge, où le but est dribbler entre des obstacles.

Image00005

Sans échéances précises, il peut parfois être difficile de garder la motivation. Mais, à l'image de Charlotte Afriat, sport rime souvent avec passion pour ces athlètes. "J'en ai besoin, si je n'en fais pas, je vais être chiante (rires). Là, j'ai bossé deux heures sur mes cours, mais après faut que je fasse du sport pour aller bien."

Image1

Cependant, il faut prendre garde à ne pas trop en faire, au risque de se blesser. Et ce surtout chez ceux dont la pratique sportive n'est pas une habitude, comme le détaille Martin Cottarre, ancien handballeur de l'AS Monaco, kinésithérapeute et aujourd'hui en charge (entre autres) de la préparation physique du Monaco Basket Association et du perchiste Valentin Lavillenie. 

Capture D Ecran 2020 03 27 A 16 44 30

"Il faut bien faire attention à la charge de travail qu'on s'impose. C'est pour ça que de notre côté, on propose des séances de 45 minutes à intensité moyenne en restant sur du travail au poids de corps. On préconise également de rester sur une fréquence cardiaque à 80% du maximum, c'est une recommandation de l'école française de cardiologie. Ce n'est pas parce qu'on a du temps qu'il faut en faire tout le temps. Et pour ceux qui habituellement ne font pas ou peu de sport, il ne faut pas excéder trois séances par semaine et il faut surtout se rapprocher de professionnels pour obtenir des conseils." 


Merci à tous ceux nous ayant envoyé photos et vidéos de leurs séances.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos
Photo_thumb_img_4256

Les pros aussi au travail

Si les athlètes amateur de la Principauté continuent de travailler à la maison, il en est de même pour les pros, qu'ils soient basketteurs ou footballeurs. Programmes concoctés par les préparateurs physiques, matériel récupéré avant le confinement, tout a été prévu. Même des défis, du côté des footeux, où chaque jour contient son défi physique afin d'entretenir la motivation et l'envie de pousser de chacun. Les basketteurs ont eux aussi pu récupérer de l'équipement afin de travailler à la maison et se maintenir en forme.


Photo_thumb_capture_d_ecran_2020-03-28_a_14-35-09

Des défis sportifs en tout genre

Ils pullulent sur les réseaux sociaux. Ces défis plus ou moins sportifs, demandant souvent plus d'adresse et d'équilibre que d'efforts (quoi que). On a ainsi vu de nombreux athlètes se prêter au jeu consistant à jongler avec un rouleau de papier toilettes. Mais à ce petit jeu, les gymnastes se sont montrés très créatifs, multipliant les défis à base d'équilibre et d'adresse. De quoi passer le temps tout en retravaillant certaines bases.