Attrape-les si tu peux

Après plus de 20 ans d'absence, la pêche sportive a fait son retour dans les eaux monégasques lors d'un tournoi de marquage au début du mois d'août. Une première réussie pour les organisateurs, David Gamba et Guillaume Benoît, président et vice-président de la Fédération de Pêche en Mer de Monaco.

Au mouillage devant le Yacht Club de Monaco, les passants ont l'habitude d'y voir yachts et voiliers. Mais durant deux jours, ce sont d'autres embarcations qui ont pris place devant le YCM. A leur bord, une horde de pêcheurs venus en découdre pour le premier Monaco Tagging Tournament, organisé par la Fédération de Pêche en Mer de Monaco. Un tournoi de marquage donc, qui se déroulait en deux parties, la première ayant eu lieu quelques semaines auparavant au large de Beaulieu. 

Capture D Ecran 2018 08 29 A 10 11 36 Copie

"On connaît l'organisateur du tournoi de Beaulieu qui fait ça depuis 3 ans. Il était logique de bénéficier de sa visibilité et de ses contacts pour mixer les deux afin d'assurer un bon nombre de participants pour les deux étapes sur cette première année", précise Guillaume Benoît, vice-président de la FPM. Si les 18 bateaux des participants (un peu plus d'une centaine de pêcheurs) ont rejoint le YCM le vendredi soir, le concours ne se déroulait, lui, que le samedi. Et il ne fallait pas être en retard. "On va partir un peu avant 6 heures et on sera de retour entre 16 et 18 heures le soir."

Une journée en mer

Au petit matin, la centaine de pêcheurs inscrits a donc levé l'ancre pour se rendre au large de Monaco, là où les zones de pêche les attendaient. "La flotte s'est stationnée entre 15 et 20 miles du large. Certains sont allés jusqu'à 25-27 miles mais personne n'a dépassé les 30", raconte David Gamba, président de la FPM, qui a particulièrement apprécié le départ sous les premiers rayons de soleil. "Ce qu'on a vu le matin, dans les eaux du port, c'était très beau. Quand j'ai fait le compte à rebours sur les 18 unités, c'était assez émouvant de voir cela, de réussir ce départ en ligne au large du Larvotto. C'est à ce moment-là qu'on s'est dit que la pêche sportive avait encore un avenir en Principauté." 

Img 0536

Hormis un vent qui a poussé une partie des concurrents à s'orienter vers l'ouest, quitte à connaître quelques moments mouvementés - "on a mangé de l'eau pendant une heure, tout le monde était trempé, on s'est pris un tsunami sur le bateau (rires)"- tous ont cependant pu voir de belles choses, comme le confirme David Gamba, qui est également guide dans le sanctuaire Pélagos. "Les gars sont sortis dans d'assez bonnes conditions, on a eu pas mal d'observation, il y avait six baleines au niveau des bouées de l'est, les mecs en ont pris plein les yeux, avec beaucoup de dauphins et de faunes marines." 

Des équipages chanceux, d'autres moins

Si ce genre d'activité peut donner lieu à un sacré spectacle, le but était tout de même, pour nombre d'entre eux, de remporter le tournoi. Et à ce petit jeu, c'est l'équipage du vice-président de la FPM qui s'est distingué, sur le navire Chamsak, avec 3 poissons tagués (60 cm, 1,60 m et 1,70m), dont les poids étaient entre 60 et 80 kg. "On prend un poisson de 60 cm qu'on tague et qu'on relâche, qui était hors point, et tout de suite après on prend un poisson de 70 kg, d'environ 1,60 m qu'on a tagué et remis à l'eau dans de bonnes conditions. On s'est remis en pêche et on a pris une heure plus tard un poisson encore plus gros d'environ 1,75 m donc super bilan de notre côté", se réjouissait Guillaume Benoît à l'issue de la journée, malgré une fatigue évidente. 

Capture D Ecran 2018 08 29 A 10 26 21 Copie

Membre de son équipage, Gabriel Dulière a apprécié la journée et les combats menés pour sortir les poissons de l'eau. "Il faut être technique, faire attention à ne pas avoir d'accident, d'hameçons plantés dans les pieds, tomber à l'eau, etc. Remonter un poisson peut s'avérer être une sacrée bataille. On a mis trois quarts d'heure par animal, c'est assez physique, mais quand on voit le spécimen arriver, on est assez content et le remettre à l'eau est un vrai plaisir." Un plaisir partagé en équipe, comme l'explique celui qui pêche depuis petit. "Chacun a son rôle, une équipe remonte toutes les cannes et un s'occupe de celle qui a accroché le poisson, c'est son combat. Et le lendemain on s'en rappelle parce qu'on a mal au dos (rires). Une fois hors de l'eau, on l'oxygène bien en lui mettant le tuyau dans la bouche, une personne le tague, une autre décroche l'hameçon. Et, parfois, on saute à l'eau en le remettant dedans."

Une première positive

Pour David Gamba, cette première est donc une belle réussite. "Ça a été un très bon Monaco Taging Tournament. Des bateaux ont bien pêché, d'autres un peu moins. On est tous parti à l'ouest avec le vent, mais on a quand même cette chance d'avoir de plus en plus de thons près du bord, parce qu'avant ils devaient aller très très loin au large." Satisfait de l'avoir emporté, Guillaume Benoît soulignait également les retours positifs des différents participant, expliquant que "tous étaient super contents. On est dans un des plus beaux cadres de la Côte d'Azur, la pêche a été un peu difficile aujourd'hui, mais le bilan est plus que positif.

Dsc 5422

Après une journée passée en mer à lutter contre les éléments et les poissons, l'ensemble des participants a pu profiter de la remise des prix et d'un repas donné au Yacht Club, partenaire de l'évènement. De quoi finir en beauté. "Mais c'est sûr, il y aura une nouvelle édition de ce tournoi", promettait David Gamba. Le rendez-vous est pris. 

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos