Dans les paddocks

Sept séries étaient présentes sur la dixième édition du Grand Prix historique. D'avant-guerre aux années 70, petit tour d'horizon des différents modèles présents cette année.

Série A - Voitures de Grand Prix d'avant-guerre

Elles sont les plus anciennes qui étaient présentes sur le circuit. Celles aussi qui n'avaient pas de course, mais une parade. "C'est une décision principalement de sécurité car ce sont des voitures difficiles à conduire. Un pilote s'est éjecté à Ste-Dévote il y a quelques années, ce sont des voitures fragiles, donc on a préféré les faire défiler en parade pour raisons de sécurité", explique d'ailleurs Christophe Allgeyer, commissaire général adjoint du Grand Prix historique. Les véhicules présents dans cette série faisaient référence aux Grand Prix de Monaco datant d'avant-guerre. Pour l'anecdote, la pilote britannique Julia De Baldanza, qui roulait sur la Bugatti 35B, était au volant du premier modèle à avoir remporté le Grand Prix de Monaco en 1929.

Serie A   2

Série B - Voitures de Grand Prix de F1 et F2 (avant 1961)

Il est ici question de voitures ayant disputé les Grand Prix de Monaco entre 1948 et 1961, période marquée par la domination des véhicules à moteur avant. "A cette époque, les Formule 1 et Formule 2 courraient ensemble. Certaines F2, qui étaient moins cylindrées que les F1, étaient plus légères et pouvaient donc avoir de meilleures performances que les F1. Notamment à Monaco où ça tourne tout le temps", note Gery Mestre, président de la commission des voitures de collection. On y retrouvait de nombreuses Cooper-Bristol, Lotus, Maserati ou Gordini. 

Serie B   3

Série C - Voitures de sport à moteur avant (1952-1955)

Il fut un temps, très court, où les monoplaces ont été remplacées par des voitures de sport. C'était en 1952, pour une petite édition. Des véhicules à moteur avant de plus de 2 litres, mais aussi de moins de 2 litres pour celles qui avaient pris part à la Coupe du Prince Rainier la veille du GP. L'occasion de trouver des voitures "entièrement carrossées", comme le précise Gery Mestre, avec des modèles comme la Jaguar C Type, l'Aston Martin DB3 ou la Frazer Nash Le Mans Replica (Mk1 ou 2).

Serie C   1

Série D - Formule junior (1958-1960)

"Les Formule junior, c'est comme des petites F1, c'est marrant, elles font un beau bruit, c'est très spectaculaire. Les voitures ont toutes des formes différentes. Il y en avait beaucoup, donc on a fait deux courses dans cette série avec une finale le dimanche", détaille Gery Mestre. Dotées d'un moteur avant et de freins à tambours, ces petits bolides avaient notamment été mis en place pour permettre à de jeunes pilotes de glaner de l'expérience. Avec 48 engagés, cette série était la plus représentée sur la dixième édition du Grand Prix historique.

Serie D   1

Série E - Voitures de F11 500 (1961-1965)

Au début des années 60, la F1 interdisait la présence de compresseur et les cylindrées étaient limitées à 1 500 cm3 pour des raisons de sécurité. Grâce à la mise en place des moteurs à l'arrière des voitures, l'amélioration de la tenue de route des véhicules et des pneumatiques, les performances avaient fortement augmenté. Dans les voitures présentes au Grand Prix historique cette année, on pouvait retrouver des modèles de 4 ou 6 cylindres (classe 1) et de 8 ou 12 cylindres (classe 2), toutes construites entre 1961 et 1965. A l'exception de la Cooper T60, qui s'est imposée en 1962, les autres modèles vainqueurs étaient présents (Lotus 18, BRM P57 et BRM P261). 

Serie E   3

Série F - Voitures de F1 (1966-1972)

Cette série fait référence à la nouvelle formule du championnat de F1 avec l'arrivée des 3 litres de cylindrée. Cela marque donc l'autorisation des moteurs suralimentés mais aussi l'entrée en lice d'écuries qui vont marquer l'histoire de ce sport, à l'image de McLaren, qui avait débuté en F1 en 1966 avec Bruce McLaren, son fondateur, au volant de la monoplace. A noter que parmi les engagés se trouvait un pilote au volant d'une Lotus 49B, modèle sur lequel Graham Hill s'était imposé à deux reprises à Monaco (1968,1969). 
Serie F   1

Série G - Voitures de F1 (1973-1976)

Pour l'ultime série de la dixième édition, les voitures sont dans la lignée de la série F. Mais ne vont que jusqu'en 1976, là encore pour raisons de sécurité, comme l'explique Christophe Allgeyer. "On est toujours en 3 litres, mais on s'est arrêté en 1976 pour ne pas prendre de voitures turbo et à effet de sol. Cela parce que les moteurs sont très compliqués à régler et avoir ce type de voitures peut être dangereux. Même si les pilotes sont très bons, ça reste des amateurs." 
Serie G   3

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos