9e GP historique de Monaco : les essais ont débuté

C'est cet après-midi qu'ont débuté les essais de la 9e édition du Grand prix historique de Monaco. Sept catégories de voitures datant des années 30 à la fin des années 70 vont concourir sur le circuit mythique de la Principauté. Notez qu'aujourd'hui, l'accès y est gratuit pour tous.

La 9e édition du Grand prix historique de Monaco, organisé par l'Automobile club de Monaco (ACM), débute aujourd'hui et s'étire jusqu'à dimanche. Cet après-midi (depuis 15 heures) et demain (8 h 30 - 19 h 30) ont lieu les essais. Dimanche, les sept séries concourront pour de bon (9 h 30 - 18 h 30). Aujourd'hui, chacun peut assister aux essais de ces monuments de l'histoire automobile gratuitement. Gery Mestre, président de la commission des voitures de collection à l'ACM nous a dit quelques mots sur cet événement.


Vous avez été élu en 2013, que représente ce rôle de président pour vous ?

C'est en quelque sorte le couronnement d'une vie consacrée à l'automobile. Mon père était dans l'automobile, mon grand-père et mon arrière grand-père également. Je n'ai pas coupé le lien. J'ai commencé à travailler dans ce domaine en 1970 et en 1982, avec Michel Ferry (commisaire général de l'Automobile club de Monaco), nous avions fondé une boîte nommée Vintage automobile et nous achetions et vendions des voitures de collection. Je fais partie de l'Automobile club depuis 1973.

Vous avez vécu toutes les éditions du Grand prix historique…

Absolument… La première a eu lieu en 1997, pour fêter les 700 ans de la dynastie Grimaldi. Et la demande était si forte que trois ans après, l'ACM a organisé un deuxième Grand prix historique. Ensuite, cela a eu lieu tous les deux ans. 

L'événement a-t-il toujours connu un grand succès ?

A chaque édition on fait le plein. On est obligés de refuser beaucoup de voitures. Cette année encore, nous avons environ 231 voitures au départ, en prenant en compte les sept catégories. Quasiment toutes les nationalités sont représentées. Les gens aiment beaucoup Monaco parce que le pays a un charisme. Monaco, c'est difficile à remplacer. C'est le plus vieux circuit qui existe actuellement. Il est sensiblement le même depuis 1929. C'est mythique, ça a été le premier circuit en ville. 

L'organisation est-elle aussi colossale que pour la F1 ?

Pour nous, presque, même si on a moins de contraintes. Pour les concurrents, ce n'est pas la même chose du tout parce qu'il y a plus de mécaniciens que de techniciens, alors qu'en Formule 1 moderne, c'est tout l'inverse. L'infrastructure autour des voitures est moins lourde.

Qu'y a-t-il de plus cette année qu'en 2012 ?

On a élargi la palette d'années des Formule sport. En 1952, il y a eu un Grand Prix où il n'y avait que des barquettes, pas de monoplaces. Et il y a eu une grosse demande des participants pour ces voitures là, donc on y a répondu. Il y a également eu un changement au niveau des Formule 3, elles doivent être d'avant 1979 et plus seulement d'avant 1985.


Samedi, la place en tribune vous coûtera 20 euros et dimanche 35 euros. Vous pouvez aussi bénéficier d'un forfait week-end à 45 euros. Vous pouvez réserver par téléphone au 00377 93 15 26 24 ou sur  www.formula1monaco.com.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :