Coletti prophète en son pays

Le pilote de Rapax team a décroché la victoire lors de la course sprint sur le circuit de Monaco. Parti de la troisième place, il a devancé Adrian Quaife-Hobbs et Mitch Evans. Un moment particulier pour le Monégasque, solidement installé en tête du classement général.

Et l'hymne monégasque retentit, 82 ans après la victoire de Louis Chiron lors d'un Grand prix de Monaco qui ne faisait pas encore partie du championnat du monde. Tout sourire, Stefano Coletti embrassait son trophée, devant le siège de l'Automobile club.

Un épisode qui sera peut-être l'acte fondateur de son ascension vers les sommets. Pour la troisième fois de la saison, après Sepang et Barcelone, le pilote de Rapax team a réussi à s'imposer lors de la course sprint. Sixième lors de la course longue (un format dans lequel il n'a pas encore décroché de succès cette année) jeudi, il avait certainement à cœur de se montrer sous un meilleur jour sur ses terres.

Parti en troisième position, selon le principe de la grille inversée, Coletti avait chaussé des pneus slicks, comme l'ensemble des concurrents. La fine pluie qui s'est abattue sur la boucle princière ne changeait pas radicalement la donne, mais c'était un paramètre à prendre en compte sur un circuit piégeux.

Le poleman, Adrian Quaife-Hobbs (MP Motorsports), connaissait un départ sans embûche. Ce n'était pas le cas de René Binder (Venezuela GP Lazarus), qui ne parvenait pas à contenir la fougue de Stefano Coletti et du jeune Mitch Evans (Arden international, 18 ans).

En patron

Lors du troisième tour, Coletti se portait à la hauteur de Quaife-Hobbs et profitait de sa vélocité pour le dépasser à la sortie du tunnel. Petit à petit, le "national" de l'étape se créait une honnête avance (environ deux secondes). Le leader de la course, n'avait pas l'occasion d'accroître son pécule, mais il le gérait efficacement. Le quintet de tête se tenait en cinq secondes jusqu'au drapeau à damiers. A la fin, le seul à pouvoir jubiler était bien Coletti, intraitable durant les trente tours disputés.

L'autre Monégasque en lice, Stéphane Richelmi (Dams) s'est emparé de la huitième place. Ce qui lui permet de marquer un point au classement, son troisième du week-end. Au général, Richelmi pointe désormais au quinzième rang.

Pour sa part, Stefano Coletti dispose désormais de 120 points, soit 24 de plus que son dauphin, Felipe Nasr (Carlin). Un bel avantage qu'il tentera de faire fructifier dans un mois, sur le mythique circuit de Silverstone.


Stefano Coletti : "Monter sur la première marche d'un podium et entendre l'hymne national ici, ça a toujours été mon rêve. Je suis très heureux de cette victoire. On était vraiment mal partis. Après mon crash de jeudi dans le premier virage, je croyais que mon week-end était fini. Et puis on gagne cette course, c'est incroyable. La voiture était très rapide, je pouvais faire ce que je voulais avec. Mon équipe a fait un excellent travail.
Concernant les pneus, je n'avais aucun problème, j'aurais pu faire encore dix tours avec. Le choix des gommes tendres était le bon.
A Silverstone, l'objectif sera de gagner la course longue. On doit progresser en qualifications pour s'approcher de la pole."


Les résultats du week-end

Le classement (après 8 courses sur 22)

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos