Maré se sort du piège

Lors de la 4e spéciale du Dakar, Adrien Maré a connu ses premières difficultés de l’édition. Enlisé à plusieurs reprises dans les dunes péruviennes il est parvenu à terminer l’étape, améliorant même sa place au général à la clé.

Le départ façon “grand-prix” s’est effectué avec un peu de retard. Le brouillard a fait patienter les pilotes pendant une trentaine de minutes supplémentaires par rapport à l’horaire prévue. Mais cette 4e étape a finalement bien eu lieu. 

Une spéciale de 330 km qui a mis les coureurs à rude épreuve. Elle a vu s’imposer le français Adrien Van Beveren en 4h08’23”. Lui qui au passage, a pris la tête du classement général, 1’55” devant le Chilien Pablo Quintanilla.

Les longues étendues de sables aux dunes plus gigantesques les unes que les autres ont vraiment posé des problèmes à l’ensemble des participants. Adrien Maré, qui on le rappelle participe à son premier Dakar, a failli en faire les frais.

Un embrayage capricieux

C’est son premier véritable couac sur cette édition. Impeccable jusque-là, le membre de la Team Casteu Aventure s’est retrouvé en difficulté au cours de cette spéciale. La faute à une problème d’embrayage, qui a contraint le Français à s’arrêter pendant quelques instants. “Il aurait surchauffé. Adrien a donc pris le temps de faire le point avant de repartir. Il a retendu la molette de sa moto et pu redémarrer” déclare le clan Maré sur son compte Facebook. 

La suite de la course n’a pas été aisée pour autant. Cette spéciale a été très physique, “notamment au niveau des bras” confie-t-il. “Il fallait soulever la moto en permanence pour éviter de s’enliser. Il faisait une grosse chaleur ce qui a rendu le sable très mou. Cela nécessitait d’être prudent au maximum.” Le terrain très hostile de cette étape a donc forcé le membre du Moto Club de Monaco à ne prendre aucun risque. 

Malgré toutes ces péripéties, Maré finit tout de même 54e de l’étape. Grimpant même à la 47e place du classement général. Une bonne nouvelle après une journée compliquée.

Chacun sa route, chacun son chemin…

Pour le compte de la 5e journée de ce rallye-raid, il y aura deux parcours différents. L’un pour les motos et quads avec 266 kilomètres de spéciale. L’autre pour les voitures et camions avec 2 kilomètres supplémentaires. Ils partiront donc chacun de leur côté pour affronter le sable de Tanaca. 

Ils défieront notamment des enchaînements de montagnes de dunes pouvant aller jusqu’à 30 kilomètres. La complexité de l’épreuve entraînera à coup sûr une arrivée assez tardive des pilotes. Cette dernière, qui se fera à Arequipa, se situe à 2 320 m d’altitude. Départ de la course à 5 h 30 heure locale pour les motos. (10 h 30 heure française.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :