"La suite logique"

Récent vainqueur des Asian Le Mans Series, Stéphane Richelmi commence à faire de la course d’endurance une vraie spécialité. Avec la World Endurance Championship 2018 en ligne de mire, le pilote Monégasque s’attend à une année passionnante pour la discipline.

13 courses, 11 podiums, 7 victoires, 2 titres. Ce sont les chiffres de Stéphane Richelmi en course d’endurance. Ses deux titres, ce sont ceux de la WEC 2016 et tout récemment des Asian Le Mans Series, remportés le mois dernier avec sa nouvelle équipe, Jackie Chan DC Racing. Une compétition qui s’est déroulée à la perfection pour lui. “On avait une super équipe. Avec le travail de Jota Sport (écurie de la Jackie Chan DC Racing depuis 2017), on savait qu’on était au top que ce soit au niveau de la voiture ou de la stratégie. En plus de ça, j’étais avec deux très bons coéquipiers. Des jeunes, sérieux. Thomas Laurent est l’une des révélations de l’année, tandis que Harrison Newey est un super pilote Silver (troisième pilote dans la hiérarchie). En plus, on s’entendait à merveille, cela compte beaucoup.

Vsa Alms Fuj17 Gr8r1623

Pourtant, en endurance, plus que dans toute autre discipline, la course n’est jamais gagnée d’avance. “Il fallait ne pas faire d’erreurs, ce qui peut arriver très vite. Vous n’êtes également jamais à l’abri d’un soucis technique. On a par exemple eu un problème de boîte de vitesses en Thaïlande qu’on a parfaitement géré pour éviter qu’elle ne se casse.” Un petit couac qui ne le privera pas du Trophée final. Une manière parfaite de se mettre en condition avant les championnats du Monde.

Une année pas comme les autres

De retour à Monaco, c’est un tout autre secteur auquel se consacre Stéphane Richelmi, celui du bâtiment. Car s’il est passionné de course tout au long de l’année, il garde une activité permanente avec son entreprise “M2C” (Monégasque 2 Construction). De quoi l’occuper quand il n’est pas sur les circuits. Ces derniers, c’est d’ailleurs avec l’équipe Jackie Chan DC Racing qu’il devrait les retrouver. Sauf retournement, c’est bien pour la Team dirigée par David Cheng qu’il devrait courir lors de la prochaine WEC. Elle qui se déroule pour la première fois sur un an et demi, avec au passage deux éditions des 24 h du Mans.

Vsa Aslm Zuh17 Dc9t8690

C’est très excitant de savoir que l’on va faire cette course mythique à deux reprises. Elles vont peser lourd pour le classement général, il ne faudra pas se rater”, confie-t-il. C’est également avec la DC Racing qu’il devrait découvrir l’Oreca 07, dernier modèle du constructeur français du même nom. “J’ai vraiment hâte de découvrir ces nouvelles sensations. La voiture est bien plus rapide avec 100 chevaux supplémentaires par rapport à l’Oreca 05.

Un objectif commun

Si le nom du conducteur Silver qui l’épaulera lors de la prochaine WEC n’est pas encore connu, son premier coéquipier devrait être, sauf surprise, le sino-néerlandais Hon-Ping Thung, dernier vainqueur des 24 h du Mans avec l’équipe “Jackie Chan”. Bien entouré, le pilote Monégasque ne cache pas ses ambitions de victoire. “Si je participe à cette compétition c’est bien entendu avec l’idée de remporter le titre à nouveau. La DC Racing est une super équipe. Pour elle, c’est vraiment important de s’imposer cette année. Notamment sur les courses en Asie, chose qu’ils n’ont pas réussi à faire l’an dernier.” 

Vsa Alms Fuj17 Gr8r2138

Pour lui, cette nouvelle victoire en endurance serait “la suite logique, pour moi, comme pour l’équipe. En 2017 ils ont fini deuxièmes en LMP2, gagné Le Mans, mais ont raté la première place finale de peu. Cette année, il faut gagner. En ce qui me concerne, ça prouverait une nouvelle fois que c’est une discipline qui me sourit, qui me correspond.

Pour cela, il faudra terminer devant Nicolas Lapierre, avec qui il a remporté le titre en 2016. Son ancien coéquipier d’Alpine sera l’un de ses principaux rivaux, et Stéphane en est conscient. “On se connait très bien. Je sais ce qu’il vaut, et vice versa. Ça sera une véritable lutte jusqu’au bout. Quand on a gagné ensemble, j’étais un peu le travailleur de l’ombre de l’équipe car Nico était plus expérimentée. Même si j'étais pilote Gold, ils le mettaient plus en avant au niveau de la stratégie, un peu à mon détriment. Maintenant, je compte bien prouver une nouvelle fois que je suis capable de gagner (il sera pilote Gold à nouveau).”

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos