Adrien Maré s'accroche

Après une journée de repos programmée, Adrien Maré est de retour sur les pistes boliviennes. Après deux jours d'une étape marathon intense, qui a mis le pilote monégasque a rude épreuve et un break improvisé, il s'apprête aujourd'hui à entamer la dernière ligne droite de son périple en Argentine.

Les journées se suivent, mais ne se ressemblent pas sur le Dakar. Nous avions laissé Adrien Maré à la veille de la seule journée de repos programmée. Un break bien mérité pour le Monégasque après six jours de compétition et déjà plus de 3000 km sur les pistes d'Amérique du Sud. D'autant qu'une grosse étape l'attendait dès le lendemain. Une étape dite "marathon" étalée sur deux jours, avec une nuit dans un campement sans assistance, c'est-à-dire sans mécanicien.

Deux étapes, un "marathon"

Au delà-même de l'épreuve des deux jours, la 7e étape s'annonçait d'ores et déjà rudes pour les pilotes. Les pluies qui avaient touché la région rendant la circulation délicate sur les pistes rapides de terre et de sable. Un élément supplémentaire à rajouter à la fatigue et à l'altitude, puisque La Paz, ainsi que les deux étapes suivantes, se situaient sur l'Altiplano, un ensemble de hautes plaines qui culminent entre 3 600 et 4 200 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Parti 47e du classement, l'aventure a bien failli s'arrêter là pour le Monégasque pour qui jusque-là, malgré quelques difficultés, le Dakar s'était plutôt bien passé. "Une épuisante course qui a pesé sur son moral et qui a faillit le faire abandonner au bout de 200 kilomètres, tellement les efforts demandés étaient surhumains. La seule chose qui l’a poussé à continuer, est le soutien infaillible de ses proches et ses amis", pouvait-on lire sur le compte facebook du Team Casteu, samedi soir. "Durant sa course, Adrien a voulu aider un concurrent embourbé dans la boue mais en vain, il a été contraint de l’abandonner. Après des conditions plus que difficile et une navigation encore pas évidente, Adrien est finalement arrivé tant bien que mal au bord des larmes à Uyuni".

 P6j0450

Mais le "marathon" n'était pas fini. Et la deuxième partie de cette épreuve vers Tupiza s'annonçait également éprouvant, avec la spéciale la plus longue du rallye, soit près de 500 km. "Cependant, au grand étonnement d’Adrien cette journée s’est très bien déroulée avec au programme un paysage magnifique, une longue spéciale tant appréhendée mais très bien gérée, et de la piste comme notre champion aime", relate le Team du pilote, qui termine l'étape à la 62e place et 51e au général.

L'étape n°9 annulée

Mais l'arrivée à Tupiza allait réserver aux concurrents une surprise. Au vu des conditions météorologiques défavorables, les responsables du rallye ont en effet pris la décision d'annuler la spéciale de l’étape 9. "La situation est compliquée sur le bivouac et sur le tracé de la spéciale, il y a un risque d' inondation et d'orage", expliquait Marc Coma, directeur sportif de l'épreuve. 

C'est donc à leur rythme, sur les pistes de liaison, que les concurrents ont dû parcourir les 500 km qui les séparaient de Salta, en Argentine, lieu de départ de 10e étape. Pour le Team Casteu, ce sera "en deux temps, c'est-à-dire de faire la moitié du chemin aujourd'hui (dimanche) pour s'arrêter dans un hôtel à la frontière de l'Argentine, et de faire l'autre moitié demain. La journée de demain (lundi) est donc synonyme de soulagement, mais attention ce n’est pas pour autant qu’il faut baisser sa garde, la longue liaison pourrait être difficile à traverser à cause de la pluie qui a du faire de nombreux dégâts".

 P6j0434

Effectivement, l'heure n'est pas au relâchement. Car si le bout de la route approche - l'Argentine étant le dernier pays de ce Dakar 2018 - le périple n'est pas encore fini. Il reste encore 5 étapes à parcourir, à commencer par celle qui emmènera aujourd'hui le pilote jusqu'à Belén à travers 424 km de liaison et 373 km de spéciale, dans les dunes de sable. Notons que pour la première fois depuis le début du Dakar, les véhicules d’assistance pourront intervenir en spéciale. La journée se terminera sur les chapeaux de roue, avec un concours de navigation qui se jouera dans les croisements de rios. Tout un programme !

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos