Les étoiles de la piste

2017 - La der'de l'éclair

2017 était synonyme de trentième édition pour le meeting. Et pour marquer le coup, quoi de mieux qu'un roi du tartan sur le sol princier. C'est le cadeau que les organisateurs ont réussi à faire au public monégasque. Un cadeau à la saveur particulière. Année de championnats du monde, 2017 avait été cochée par un certain Usain Bolt pour mettre un terme à une carrière remplie de succès et de records. Et c'est à Monaco que le Jamaïcain, star planétaire du sprint, avait choisi de réaliser sa dernière sortie en meeting. Il a suffi qu'il apparaisse sur le tartan pour y finir son échauffement, alors que le 3 000 m féminin se courait encore, pour que le public se lance dans une salve d'applaudissements à son encontre. 

Man 2625 3

Si la tension grimpait à mesure que le départ du 100 m se rapprochait, le stade s'est levé comme un seul homme au moment du coup de pistolet. Gêné dans sa préparation, pas encore passé sous les 10 secondes avant Herculis, Bolt a franchi la ligne d'arrivée en 9''95 sous les applaudissements et hourras de la foule. Tour d'honneur, dédicaces, selfies, le Jamaïcain a fait le job auprès des fans avant de recevoir sa médaille des mains du Prince Albert II. Et comme une légende a droit à certains égards, une rétrospective de ses plus grands succès a été projetée avant que ne lui soit remis un Hercule d'or par le Souverain. Bolt a conclu sa soirée par une danse avec la troupe Élégance et sa fameuse posture. Le tout devant un public totalement acquis à sa cause.

Des perfs en pagaille

Dans l'ombre du roi Bolt, nombre de performances ont été réalisées ce soir-là. A commencer par celui qui était alors vu comme son potentiel successeur, le Sud-Africain Wayde van Niekerk. Spécialiste du 400 m, champion du monde (2015) et olympique (2016), le recordman du 400 m et du 300 m s'est distingué sur le tartan monégasque en remportant sa course, signant au passage le record du meeting (43''73). Autre attraction de la soirée, la Russe Maria Lasitskene. Patronne de saut en hauteur, l'athlète qui évolue sous drapeau neutre, a été autorisée à concourir. Et elle n'a pas déçu, culminant tout en haut du classement final avec une barre à 2,05 m. 

Man 2115 3

De quoi établir un nouveau record du meeting. Elle a d'ailleurs été imitée par Caster Semenya durant la soirée. La Sud-Africaine a amélioré sa marque de l'année passée, établissant un nouveau record du meeting ainsi que la meilleure performance mondiale (MPM) de l'année et le record de la Diamond League (plus le record national). Chez les hommes, sur la même distance, Emmanuel Korir a établi la MPM de l'année, de même qu'Hellen Obiri sur le 3 000 m féminin ou Evan Jaeger sur le 3 000 m steeple masculin et Elijah Motonei Manangoi sur 1 500 m masculin. De quoi affirmer un peu plus la domination du demi-fond à Monaco en terme de performances de haute volée.

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos