Téo Andant, le maître du 400m c’est lui !

Sacré champion de France junior du 400m en 47”83 à Nantes ce dimanche, Téo Andant enchaîne les titres et impressionne. Récompensé de ses belles performances, il intégrera l'Équipe de France en mars prochain pour un Match International en Allemagne.

"Dernier virage dans les 150 derniers mètres, je le rejoins, je donne tout ce que j’ai, je casse et je tombe..." Cette image devrait courir dans la tête du jeune Téo Andant pour un bon moment. Âgé de 17 ans, il est devenu ce dimanche le nouveau champion de France du 400m junior en 47’’83.

La victoire est d’autant plus savoureuse pour le jeune sociétaire de l’AS Monaco Athlétisme qu'il s’est imposé au finish devant le Guyanais, Loïc Prévot. Favori de la compétition, son adversaire évolue en junior II et détient à ce jour le record de France cadets en championnats du monde sur le 400m en 46”3. "C’est exceptionnel ce qu’a fait Téo, on est sur un petit nuage, témoigne Jacques Candusso son entraîneur, spécialiste en demi-fond . C’est le bonheur euphorisant des grandes victoires."

Un avenir bleu, blanc, rouge ?

Nantes  Arrivee

Une fois n’est pas coutume. Nantes semble plutôt bien lui réussir. L’an passé, lors des championnats de France également il avait décroché le record du 400m cadets en salle, avec un temps de 48’’05. On comprend alors pourquoi, il affectionne tout particulièrement cette période de l’année: "j’aime participer aux championnats de France en salle et j’apprécie tout particulièrement la saison indoor. L’ambiance est différente et les courses le sont également", explique le médaillé.

Des titres et des performances pour un gamin qui a tout d’abord commencé par courir après le ballon. En 2012, il quitte son poste d’avant-centre du club de Roquebrune pour rejoindre l’AS Monaco Athlétisme. Sans le savoir, Téo Andant commençait cette année-là une belle histoire. Son potentiel et sa persévérance sont aujourd’hui largement récompensés. Le 4 mars prochain, il s’envolera pour l’Allemagne où il participera à un match international au sein de l'Équipe de France. Porter les couleurs tricolores, c’était un rêve d’enfant : "j'espérais en arriver là car c’était un réel objectif pour moi. C’est pour obtenir une place comme celle-là que les athlètes travaillent aussi dur. J’ai vraiment hâte de voir comment  ça se passe au niveau international." Une première sélection, pleine de promesses.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos