Monaco terre de records

Avec la performance de Joshua Cheptegei sur 5 km route lors du Monaco Run, la Principauté a connu son 9e record du monde. L'occasion de revenir sur ces performances.

Monaco et les records, c'est une histoire d'amour qui dure depuis belle lurette. Notamment en athlétisme. Dans une discipline où les sprinteurs sont rois, c'est sur un relais 4x100m que l'histoire a débuté en Principauté. En 1991. Depuis, huit autres records du monde ont été établis à Monaco. Et, à l'image de son meeting, devenu au fil du temps un temple du demi-fond, les records ont eux aussi migré vers les longues distances. Tout en prenant, parfois, un peu de hauteur. Au cours des cinq dernières années, la Principauté est même devenue l'un des principaux pourvoyeurs de records, avec six meilleures marques mondiales entre 2015 et 2020. Et dans le cadre de la Diamond League, depuis 10 ans et sa création, 6 records ont été battus, dont 3 à Monaco. Témoin privilégié de ces performances exceptionnelles, Jean-Pierre Schoebel, directeur de la Fédération Monégasque d'Athlétisme, ouvre la boîte à souvenirs. 

3 août 1991 - Meeting Herculis - Santa Monica Track Club Floyd Heard, Carl Lewis, Leroy Burrell et Mike Marsh - (37''79) - 4 x 100 m (H)

"C'était à l'époque où les Français possédaient le record du monde et fait exprès, ce n'est même pas la sélection américaine, mais l'équipe du club de Santa Monica qui est venue. Ça permettait aussi d'avoir Leroy Burrell (double recordman du monde sur 100 m en juin 1991 et en 1994) et Carl Lewis (recordman du monde sur 100 m en août 1991) à un prix plus raisonnable qu'en épreuve individuelle. A l'époque, les cellules donnaient le temps. Il devait y avoir un centième de plus et je me dis qu'on échoue pas loin. Et Bernard Fautrier m'appelle au talkie-walkie et me dit, 'prépare tes sous, ce n'est pas pas 80, ils égalent le record, donc il faudra banquer' (rires). C'était notre premier record du monde, pour un jeune meeting (Herculis a été créé en 1987), c'était déjà bien."

Relais 4x100 Herculis 1991   Fma

2 août 1994 - Meeting Herculis - Noureddine Morceli  - (7'25''11) - 3 000 m (H) 

"Il était avec son manager, Amar Bramia. Les discussions avec Amar étaient parfois un peu perturbées (rires). Il voulait faire une grande course, un 3 000 m, il se sentait prêt, mais il voulait des lièvres. Et ce que j'ai trouvé mémorable et pimenté dans cette affaire-là, c'est que ce sont des Marocains, qu'on a pris comme lièvres, qui ont aidé un Algérien à battre un record du monde. À l'époque, on faisait surtout du sprint et des haies, le demi-fond n'est arrivé que plus tard et c'était la première fois qu'on partait là-dessus. C'était un peu nouveau pour nous et ça nous a amené un truc, parce qu'on a fait d'autres tentatives. Nourredine n'est d'ailleurs pas passé loin de battre le record du 1 500 m."

Morceli Herculis 1994   Fma

29 juillet 2008 - Meeting Herculis - Yelena Isinbayeva (5,04 m)saut à la perche (F)

"Avant qu'elle n'arrive et batte le record, on était passé très près à plusieurs reprises avec Sergueï (Bubka). D'autant qu'il a un record très en dessous de ses standards chez nous car il gagnait toujours aux alentours de 5,90 m (record à 5,94 m en 1993) et cherchait ensuite à passer directement au-dessus de 6 m. Yelena, on savait qu'elle avait le potentiel pour le faire. Elle vivait déjà à Monaco et c'est la première et seule résidente monégasque à avoir réalisé un record du monde ici, en Principauté. Elle le battait régulièrement à cette époque donc on ne l'a pas gardé longtemps (rires).

Isinbayeva Herculis 2008   Charly Gallo

17 juillet 2015 - Meeting Herculis - Genzebe Dibaba (3'50''07) - 1 500 m (F)

"Ça nous a permis de conjurer un peu le sort du 1 500 m masculin. Mais ce n'était pas forcément prévu car, au départ, elle ne devait même pas être là. Elle était engagée au meeting de Stockholm, qui avait lieu quelques jours après le nôtre. Mais sa fédération a mis un embargo dessus. Le samedi avant le meeting, on lance la proposition et le deal se fait là. Quelques jours plus tôt, à Barcelone, elle fait un gros temps (3'54''11). Il fallait donc ramener des filles de bon niveau et on prend notamment la championne du monde de 800 m en salle (Chanelle Price, en 2014) et elle a mis Dibaba dans de bonnes conditions. Dans ces moments-là, si l'athlète a un doute sur le lièvre, c'est fichu, alors que là, elle l'a mise sur les bonnes allures et elle a pu dérouler." 

Dibaba Herculis 2015   Charly Gallo

Page 1/2

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos