Monaco Run : Soleil, sourires et pans-bagnats

Depuis 2011 et sa création, le Monaco Run ne cesse de grandir dans le cœur des aficionados de la course. Malgré l'annulation de la Riviera Classic cette année pour raisons sécuritaires, l'événement a une fois de plus connu un certain succès, avec quelques surprises au menu.

Pour les manifestations de ce genre, la météo est souvent un point important qui relève de l'inconnu ou presque pour les organisateurs. Et cette année encore, la Fédération Monégasque d'Athlétisme a pu compter sur le soutien du soleil. Au petit matin, le rituel est le même. Réveil musical pour les uns, petites courses d'échauffement sur le bitume pour les autres, mais tous ont le même objectif ou presque, parcourir les 10 km (ou le 3+7 du  relais) du tracé prévu par l'organisation. Une modification majeure avait d'ailleurs lieu cette année avec l'annulation de la Riviera Classic, course de 23,8 km qui relie Vintimille à la Principauté. "Ça a quand même été un coup dur, ça a manqué, mais on espère pouvoir la relancer l'an prochain", note Didier Boinon, le directeur de l'événement. 

Img 3598

Une annulation pour raisons sécuritaires qui a empêché le Monaco Run de se jouer au complet. Mais comme le veut l'adage de voir le verre à moitié plein, Didier Boinon a préféré voir le bon côté des choses. "Beaucoup de personnes qui étaient dessus les années précédentes sont venues sur le Run à Monaco, ça nous a permis d'avoir plus de monde en principauté, pour une épreuve réussie en terme d'organisation." Car le Monaco Run, c'est aussi une manifestation qui réunit un grand nombre de bénévoles. Et comme dans certains sports collectifs, la Fédération Monégasque d'Athlétisme aime sa 3e mi-temps. "L'après-course a été très réussie aussi parce que c'est important de souffler tous ensemble dans un moment de convivialité, autour de la piscine avec le pan bagnat, c'est aussi ce qui fait le charme de la journée."

Une course réussie, une surprise au relais

Si les bénévoles ont assuré et pu profiter de l'après-course, ils ont tout de même été mis à contribution par plus de 1 200 coureurs venus cette année. Si certains, comme un couple de Japonais, avaient choisi de se reporter sur le 10 km après l'annulation de la Classic, le podium du 10 km recevait quelques figures connues du Monaco Run. 

Chez les hommes, c'est Youssef Jaadi qui l'a emporté (30'40), lui le vainqueur de 2015, avec quelques secondes d'avance sur son premier poursuivant, Pierre Potteau (30'43), qui s'était imposé l'an dernier. Chez les femmes, c'est Hanan Farhoun (36'07) qui a pris la première place devant Adriana Di Guisto (38'28), la sociétaire de l'AS Monaco qui s'était imposée l'année dernière.

Img 3673

 A noter la 7e place au scratch pour Quentin Succo, de l'AS Monaco, qui termine 1er de sa catégorie (34'33, juniors). Mais la grande attraction de 2017 se trouvait du côté du Herculis Relay. Sur la ligne de départ se trouvait un certain Sebastian Coe, président de l'IAAF, qui faisait équipe avec la non moins célèbre Paula Radcliffe. "Je n'avais pas vraiment l'intention de courir, mais on était à Belgrade pour les championnats d'Europe en salle et Sebastian a dit qu'il serait là donc je lui ai proposé qu'on fasse le  relais. C'est très amical, familial, il y a des enfants partout, c'est à la maison pour moi puisque je vis ici, avec le beau temps, il y a une bonne organisation, donc ça plait beaucoup, surtout aux gens qui ont connu le sport élite comme Seb et qui veulent prendre du plaisir", déclarait l'ancienne championne à l'issue de ses 7 kilomètres. Et sur la cinquantaine d'équipes à avoir pris le départ, ce duo pas comme les autres a accroché la 3e place. De quoi garder le sourire tout au long de ce dimanche ensoleillé. 

La marche du soutien

C'est devenu une habitude depuis quelques années. Une marée rose qui s'élance du port Hercule et entame sa marche. Un périple qui a conduit cette année ce groupe de plus de 300 personnes sur la place du Palais. Eux, ce sont ces hommes et ces femmes qui s'associent à l'association Pink Ribbon Monaco. "L'association est née en 2011 de l'idée de la présidente, Natacha Frost, avec la volonté de sensibiliser la population à la lutte et au dépistage du cancer du sein", note Carine Dray, vice-présidente de Pink Ribbon Monaco. Pour Encadre 1

Aujourd'hui partie intégrante du Monaco Run, la marche Pink Ribbon connaît elle aussi un engouement en hausse. "On a de plus en plus de monde chaque année. Super temps, grand soleil, chiffres en hausse, c'est plutôt pas mal. Le parcours a évolué, il était plus court avant et là on passe dans des endroits stratégiques de la Principauté et du Monaco Run tout en étant accessible au plus grand nombre parce qu'on a beaucoup de participation en famille, des gens avec des chiens", note la vice-présidente, visiblement satisfaite de l'édition 2017.  

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos