Herculis : l'adieu au roi

Usain Bolt, la course d'après

Présent face à la presse deux jours avant le meeting Herculis EBS, Usain Bolt n'a éludé aucun sujet. Parlant de concurrence, de succession et d'avenir.

Le roi est mort, Vive le roi ! Non, Usain Bolt n'est pas mort. A l'heure où nous écrivons ces lignes, "Lightning Bolt", comme il a été surnommé il y a près de 10 ans, avait encore un ultime sprint à remporter. Celui des Mondiaux de Londres. Sa dernière danse. Lui qui a éclairé l'athlétisme et le sprint à une époque où l'ombre planait au-dessus. La vitesse, le sourire et le sens du spectacle d'un homme ont contribué à ce que la discipline reine de l'athlétisme retrouve de l'éclat. 

Les superlatifs n'ont jamais manqué pour évoquer l'immense carrière de celui qui restera sans doute encore un moment comme le plus grand sprinter de tous les temps. Huit fois médaillé d'or aux Jeux Olympiques, champion du monde à onze reprises, c'est un athlète hors pair et un showman de premier ordre qui va quitter un monde qu'il incarne depuis près de 10 ans. A l'aube de son ultime sprint, c'est une nouvelle page de la vie d'un monument qui va s'écrire.

Une succession
 aux allures sud-africaine

Man 2625 3
Difficile de dire aujourd'hui qui succèdera à Usain Bolt comme vitrine de l'athlétisme, ainsi qu'au panthéon des recordmans. Mais s'il en est un qui s'affirme aujourd'hui comme un coureur de premier ordre, c'est bien le Sud-Africain Wayde van Niekerke. Lors de son passage face à la presse, Bolt a d'ailleurs regretté de n'avoir jamais affronté le jeune homme. "Je n'ai jamais refusé un challenge, c'est simplement que ça n'a pas pu se faire mais j'aurais aimé qu'on se confronte. Au meilleur de sa forme, je n'aurais pas eu de problème pour le battre sur 100 ou 200 m", a détaillé le Jamaïcain. Ce qui ne l'a cependant pas empêché de dresser un portrait élogieux de van Niekerke. "J'ai réussi tout ce que je voulais. Je vais désormais m'arrêter et Wayde est un athlète fantastique. Quand on me parle de mon successeur, c'est celui qui me semble être le plus fort. Il pourrait même s'aligner sur 800 m", a d'ailleurs lâché Bolt. Ce à quoi van Niekerke a réagi, toujours plein de respect pour son aîné. "Pour l'instant, prendre le relais d'Usain, c'est inimaginable. Ce qu'il a fait pour ce sport est fantastique. Pour ma part, j'ai encore beaucoup de travail. Le 800 ? Non pas pour le moment."

La vie d'après

Une première course en dessous des 10 secondes lors du Herculis EBS, de quoi permettre à Bolt de se mettre en conditions avant Londres. Des mondiaux à l'issue desquels il va tourner la page de sa carrière de sportif. Sans pour autant arrêter le sport, comme il l'a confié lors de son rendez-vous face à la presse. "J'ai pas mal de pistes pour la suite, mais je ne sais pas encore réellement. Ce qui est sûr, c'est que je vais continuer de m'entraîner parce que mes copains m'ont dit que j'allais devenir gros d'ici deux ans et je veux éviter ça." 

Img 9605

Un temps évoquée, sérieusement ou sur le ton de l'humour, sa reconversion comme footballeur professionnel ne se fera sans doute pas, "il faudrait que je me remette à l'entraînement dans des courses longues et difficiles, donc je n'ai pas évacué l'idée complètement, mais je ne me stresse pas trop avec ça." Surtout, l'homme le plus rapide du monde veut désormais profiter, avant d'aller aider son coach. "J'ai dit à mon coach que je serai son assistant en Jamaïque, dans notre club, mais d'autres projets sont à l'étude." A croire qu'une surprise pourrait encore arriver...

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos