Marathon Nice-Cannes : champions et politiques au rendez-vous

Une marraine recordwoman du monde du marathon (Paula Radcliffe), un triple champion du monde d'athlètisme (Wilson Kipketer) sur la ligne de départ, des relayeurs au grand cœur (Raquil, Niyongabo)… Parmi les anonymes, on distinguait des patronymes célèbres. Les élus locaux, comme le maire de Nice, Christian Estrosi, ou encore le premier adjoint de Cannes, David Lisnard, étaient de la fête.

Le marathon, c'est le rendez-vous des quidams qui veulent se transcender et des coureurs minutieusement préparés qui veulent performer. Quand quelques pointures au nom évocateur déboulent sur le macadam, l'événement n'en est que plus beau.

Pour la sixième édition du marathon Nice-Cannes, les organisateurs n'avaient pas fait dans la demi-mesure au moment de choisir leur marraine. Qui mieux que la Britannique Paula Radcliffe, détentrice du record du monde de la distance (2 h 15' 25"), pour motiver l'immense peloton qui trépignait de bon matin sur la Promenade des Anglais ?

L'équipe cinq étoiles de Peace and Sport

Radcliffe, qui représentait également l'organisation Peace and Sport aux côtés de nombreux autres champions (lire par ailleurs), enchaînait les photos-souvenirs et lâchait quelques mots au micro face à la foule. 

En première ligne , aux côtés des favoris pour la victoire, on apercevait l'ancien athlète Wilson Kipketer. Triple champion du monde du 800 m, le Danois d'origine kényane n'avait pas l'intention ni les capacités de concurrencer les spécialistes de la distance. Mais il n'avait pas à rougir de son chrono, 3 h 15' 08" (499e position).

Tout aussi impliqués pour défendre les valeurs de Peace and Sport, dont le siège se trouve à Monaco, d'autres champions avaient décidé de s'engager en équipe. Dans cette épreuve disputée à six (la longueur des relais variait de 3 kilomètres à 10,8 kilomètres), on distinguait notamment l'ancien spécialiste du 400 m Marc Raquil, le joueur de squash iranien Kaveh Mehrabi et le Burundais Vénuste Niyongabo, champion olympique du 5 000 m à Atlanta.

L'équipe de Peace and Sport a terminé au 15e rang, en passant sous la barre des trois heures (2 h 57' 43").

David Lisnard en tête des politiques en baskets

Dans un autre registre, plusieurs hommes politiques du département avaient décidé de prendre part à la manifestation populaire organisée sur leurs terres. Fondu de course à pied, comme il nous l'expliquait récemment dans une interview, le premier adjoint de Cannes a réussi à atteindre l'objectif qu'il s'était fixé. Candidat aux prochaines municipales, il n'espérait pas battre son record personnel, mais visait une arrivée e 3 h 10' ou 3 h 15'. Mission accomplie pour l'élu de 44 ans, passé sur la ligne en 3 h 11' 03".

Img 4115


Plus âgé de 14 ans, le maire de Nice, Christian Estrosi, était également satisfait de sa performance (4 h 08' 55"). S'il n'a pas réussi à améliorer son temps de 2012 (3 h 59' 55"), l'ancien ministre a fait mieux qu'en 2011 (4 h 35'08").



Juste avant le départ, le conseiller municipal de Saint-Laurent-du-Var, Joseph Ségura, candidat à la succession d'Henri Revel en 2014, a pris la pose avec Christian Estrosi. Par la suite, n'a pas réussi à suivre la cadence du Niçois. Mais Joseph Ségura était heureux d'avoir obtenu sa médaille de finisher après 5 h 34' 41" d'effort.


Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos