Le calme avant la tempête

Kendra Harrison, Wayde van Niekerk et Renaud Lavillenie, superstars du meeting Herculis HBS parmi tant d'autres, se sont prêtés ce jeudi à une dernière interview avant d'en découdre sur la piste.

L'échéance approche à grands pas et pourtant tous avaient l'air décontracté. L'habitude sûrement. Que ce soit à la perche, au sprint, au 100m haies ou au javelot, quelques athlètes se sont prêtés au jeu du traditionnel question-réponse avant le 30e meeting Herculis EBS qui aura lieu ce vendredi au stade Louis-II. Parmi eux, l'Américaine Kendra Harrisson, le Sud-Africain Wayde van Niekerk et le Français qu'on ne présente plus, Renaud Lavillenie.

"Je ne fixe pas de limite"

Img 9778

Son large sourire cache une détermination à toute épreuve. La jeune Kendra Harrison est sans conteste la grande favorite du 100 m Haies. Détentrice du record du monde en 12"20, celle qui a remporté l'an passé la Ligue de Diamant espère faire sensation. Même si elle ne l'avoue qu'à demi-mot, sa retenue en dit long. Il est évident que l'Américaine à des envies d'encore. Alors lorsqu'on lui demande si ce soir à Louis-II un nouveau record pourrait s'établir, elle lâche seulement un "c'est possible". Avant d'ajouter, "avec mon coach on y pense. Nous avons étudié différentes techniques afin d'améliorer le franchissement des haies. J'ai confiance en moi, en mon coach et en ma préparation. Je ne me fixe aucune limite chronométrique". La concurrence est donc prévenue et plus particulièrement l'Australienne Sally Pearson, championne olympique en 2012 qui revient à son meilleur niveau, après deux années tronquées par les blessures.

L'étoile montante

Img 9792

Il y a Bolt et … van Niekerk. Le sprint cette année sera sans conteste l'épreuve la plus attendue. Alors que beaucoup voient en lui l'héritier du géant jamaïcain, la nouvelle étoile de la piste fait preuve d'humilité. "Pour l'instant, prendre le relais d'Usain, c'est inimaginable. Ce qu'il a fait pour ce sport est fantastique. Pour ma part, j'ai encore beaucoup de travail." Le recordman du monde du 400 m (43"03), ne semble pas enclin à être ou à se comparer à la légende. Ce qu'il veut, c'est être lui-même. Être la doublure d'une légende ne l'intéresse pas. Même si pendant la conférence, il a exprimé tout naturellement son respect et l'admiration qu'il porte à celui qui mettra un terme à sa carrière à l'issue des Mondiaux de Londres en août prochain. "Je veux montrer qui je suis et ce que je vaux. Je veux rester moi-même." A 25 ans, Wayde van Niekerk n'est pas du genre à se mettre la pression. Comme il l'a très clairement expliqué, les records, ce n'est pas sa priorité. "Descendre sous les 43 secondes, c'est évidemment possible, assure-t-il. C'est pourquoi je continue. Mais ça ne se programme pas. Ce sera peut-être à Monaco, à Londres lors des Mondiaux ou l'année prochaine." Patience !

"Je monte en puissance"

Img 9866

Son titre de champion de France semble l'avoir remonté à bloc. Après un début de saison entaché par les blessures, "Air Lavillenie" retrouve de la hauteur. "J'ai toujours pris du plaisir à sauter, mais je n'étais pas en mesure de m'exprimer. Là, j'arrive à une période où je suis bien en forme", confie l'Auvergnat. Et le recordman du monde, qui n'est pas du genre à se contenter du minimum, aimerait réitérer sa performance de la semaine dernière et pourquoi pas faire mieux. "Je ne vais pas me satisfaire d'une barre à 5'80 m. J'ai toujours été capable de sauter très haut ici. J'espère faire 5,90 m et pourquoi pas 6,01 m." Et si le meeting monégasque est une étape importante pour le recordman du monde, comme tous les athlètes qui ont défilé ce jeudi, ce qu'il ambitionne, c'est bien sûr une performance aux Mondiaux. Son objectif est clair : "se remettre en place et arriver à Londres avec des certitudes."

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos