J'ai testé pour vous la Holi Run

Nouveau concept en vogue qui a débarqué sur la Côte d'Azur le week-end dernier, la Holi Run est une course où le but du jeu est de finir multicolore. L'occasion était donc trop belle, et pour fêter cette première Holi Run, nous l'avons testé pour vous.

En déplacement en Islande pour les Jeux des Petits Etats d'Europe en juin dernier, j'avais déjà pu apercevoir une "color run", comme ils l'appellent là-bas. Mais y participer, pas encore. Avec la première édition de la Holi Run qui s'est tenue à Villeneuve-Loubet le 3 juillet dernier, l'occasion d'aller courir et de ramasser de la peinture plein la tête était trop belle. Ni une ni deux, je fais les démarches nécessaires pour obtenir mon dossard et ma paire de lunettes. Inscription validée, il ne reste plus qu'à attendre la fin de semaine.

Img 6853

Arrive donc le jour fatidique. Il est près de 18 heures lorsque j'arrive sur le parking de Marina Baie des Anges où se situe le village animations et départ. Après avoir récupéré tout mon équipement (dossard, t-shirt officiel, lunettes de soleil), je me pose un moment à un point stratégique d'observation. Le monde afflue gentiment et les arrivées s'intensifient à mesure que le temps passe. Mon collègue m'a d'ailleurs lui aussi rejoint et nous sommes fin prêts à nous lancer dans cette aventure.

Allure libre et poudre d'amidon

Notre parcours sera le 5 kilomètres à allure libre. Pas question de forcer, nous sommes là pour travailler, pas pour performer. Pour s'échauffer, des cours de Zumba sont lancés dès 19 heures sur la scène présente pour l'occasion. Une horde de participants se prêtent au jeu et commencent à transpirer avec un peu d'avance. Car même si l'on se rapproche de 20 heures, il fait encore sacrément chaud. Les rires et les déguisements accompagnent les chorégraphies qui s'enchaînent sur l'aire de danse. De même que les échauffements collectifs débutent. Tous les participants ou presque sont désormais présents. Les organisateurs nous parlent de 3500 personnes. Pas mal pour une première.

A 20 heures, les courageux du 10 km s'élancent. Les sportifs en somme. Les vrais, les durs, ceux qui ont un dossard jaune. On n'est pas au Festival de Cannes (où les couleurs des accréditations décident de vos accès), mais chacun dispose de sa couleur de dossard en fonction du parcours choisi. Cinq minutes plus tard, les coureurs du 5 km chronométré s'élancent. Les dossards bleu ne sont donc pas forcément là pour s'amuser. Restent donc ceux qui portent un dossard rouge. Nous ! C'est d'ailleurs là qu'on retrouve les meilleurs déguisements. 

Img 6863

(on s'apprête à partir, on est encore tout propre)

Vahinés avec casques à bière, duos comiques, tout y est. Le top est donné, il est temps de se mettre à courir. Et aussi de remettre la machine en marche. Pas facile ! Le rythme n'est pas super élevé, mais on voit des bambins qui font suer leurs parents à courir. Ces petits n'ont pas encore saisi qu'il ne s'agit pas d'un sprint, mais leur endurance est déjà conséquente compte tenu de leurs petits corps. Mais il n'est pas question de se laisser distancer par ces petites têtes blondes. Un peu d'amour propre tout de même. 

A mesure que l'on avance, les selfies s'enchaînent, les premiers à s'arrêter de courir apparaissent, et le premier passage coloré devient de plus en plus proche. Pourquoi ? A cause du nuage de poudre d'amidon orangée que l'on voit se dessiner au loin.

"Fermez la bouche"

Premier passage et premier échec. Je ressors du portique quasiment sans trace. Échec cuisant, puisque seul mon short a viré au rouge alors qu'il est naturellement noir. Il fait assez lourd sur le bitume, et la poudre qui entre dans nos bouches ne facilite pas la respiration. Je manque de peu de m'étouffer en sortant de ce premier portique. Dès lors, tout s'enchaîne plus vite, chacun se fixant ses petits défis. Le mien, arriver au bout le plus coloré possible. Le temps, je ne le regarde même pas, ma montre est resté aux vestiaires tandis que mon téléphone ne sert qu'à immortaliser nos passages sous les arches colorées.

Img 6866

(Là, on avait déjà passé 3 arches)

Et plus ces arches passent, plus ma couleur évolue. Teinté de bleu et de nuances de vert, je commence à ressembler à Homer Simpson une fois le portique jaune passé. J'aurais dû m'en douter lorsque l'un des bénévoles, grosse poignée de poudre en main, m'a fixé et m'a clairement dit, "fermez la bouche !" Résultat, une moitié de visage jaune. Joie, je commence à toucher au but. Mon acolyte a d'ailleurs pris une sérieuse avance sur moi à ce niveau-là. 

Léger soucis à mesure que les mètres s'accumulent, mes genoux commencent à grincer. Histoire de profiter des derniers mètres, mais aussi, soyons honnêtes, pour reposer mes articulations en mousse, nous décidons de finir en marchant. Colorés et trempés, nos pieds ne bullent plus du tout, et le savon a disparu sur l'asphalte. Car après la troisième arche, une douche de savon mise en place par une des restaurants de plage avait motivé bon nombre de participants à se détourner momentanément du tracé.

Du rose avant la Holi party 

L'arrivée se rapproche, le ravitaillement avec. Mais aussi le dernier portique. Et là, on peut dire que la saucée ramassée a été conséquente. Du rose me tombe dessus de toutes parts. Mon collègue en ramasse, sans oublier de m'en envoyer une pleine poignée à travers la tête. Sympa le garçon. Quoi qu'il en soit, une fois l'arrivée passée, une chose ne s'arrête pas. Les sourires. 

Img 6895

(on a fini, on est super heureux, et surtout, on a jamais pris autant de couleurs en courant au soleil)

Depuis le début, on ne croise que ça. Et nos têtes ne dérogent pas à la règle générale, puisque nous aussi, malgré les différences de couleurs que nous arborons, affichons un large et béat sourire. Après une reprise de force à base de chips et bonbons Haribo, quelques verres d'eau et une boisson énergisante qui donne des ailes, on se dirige gentiment vers la Holi party. Le temps d'une dernière photo avant de rentrer se décrasser. Et de garder quelques souvenirs immortels d'une course sacrément sympathique. 

Img 6920

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos