Iurea se rapproche du record

Armand Iurea, licencié à l'AS Monaco athlétisme, a couru le marathon de Barcelone en 2 h 35 m et 41 secondes, s'octroyant ainsi la 39e place. Un très beau temps qui permet à l'athlète de se rapprocher du record du club (2 h 25 m 14s) et de battre le sien de 8 minutes.

La section hors stade de l'AS Monaco athlétisme s'exporte plutôt bien à l'étranger. Et depuis le début de saison, les coureurs battent leurs records personnels. Le dernier en date ? Armand Iurea. Le 10 mars, celui qui a rejoint le club en septembre s'est attaqué au marathon de Barcelone avec dans l'idée de passer sous les 2 h 40. "Je m'étais préparé une playslit de 2 h 40, l'objectif était de passer la ligne d'arrivée avant qu'elle ne finisse. Je visais 2 h 38", glisse-t-il dans son débrief de course. 

Et tout s'est plutôt bien passé pour le bonhomme puisque la mission a été un succès. 2 h 35 et 41 secondes. C'est ce que le chrono officiel affichait lorsqu'il est passé en dessous. Une belle récompense pour une coureur qui a également battu son record personnel de 8 minutes. "Auparavant, il se préparait tout seul sur marathon", explique Laurent Di Giusto, entraîneur hors route à l'AS Monaco athlé. "Depuis qu'il a rejoint le club, il n'a fait que progresser et cela se voit avec ce chrono où il améliore son record sur la distance de 8 minutes."

Une course rondement menée

Très vite, Armand Iurea a compris qu'il pourrait aller chercher un meilleur temps que celui qu'il s'était fixé. Parti en compagnie d'un compatriote croisé dans le sas de départ, ce dernier vise les 2 h 33, soit 5 minutes de moins que l'objectif définit. Très vite, le licencié de l'ASM athlé comprend qu'il va pouvoir le rythme et aller chercher un bien meilleur temps que prévu. 

A mi-course, après avoir pris le temps d'observer la Sagrada Familia, il rejoint un groupe de coureurs et maintient sa stratégie d'alimentation (1 gel toutes les 20 minutes et un peu d'eau tous les 2,5 km). Les jambes suivent et le rythme ne faiblit pas. Les conditions sont optimales et le vent est même avec lui lorsqu'il arrive à la partie longeant la plage. La fatigue ne se fait sentir qu'à l'orée des 10 derniers kilomètres mais n'a pas empêché Armand d'aller chercher ce bon chrono.

"Avec un plan structuré, il a réalisé une bonne préparation progressive, avec un kilométrage moyen (110 km / semaine), mais il peut encore progresser, notamment au niveau de sa gestuelle de course sur sa foulée", glisse son coach, tout de même fier de son poulain. 

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos